Fin du MINAS GERAIS et MATO GROSSO SUD

DU 29 MARS AU 9  AVRIL 2016

Nous venons donc de quitter la région d’OURO PETRO, le lundi soir nous ne coucherons qu’à une vingtaine de kms derrière une station service au calme.

MARDI 29 MARS

Nous prenons la direction de Capitolio, que nous avaient indiquée ARI et ARIANA, on traverse BELA HORIZONTE, très grande ville, mais pas beaucoup de circulation sur les extérieurs.

Nous avons encore 1800 Kms pour rejoindre BONITO

Les paysages sont jolis, un peu montagneux et l’on arrive aux abords du Parc de CANASTRA.

20160330_173719Une petite ferme

MERCREDI, JEUDI

Arrêt au bord du lac à CAPITOLIO, avec les hérons, les aigrettes et les colibris comme seuls voisins. Excepté le matin vers 7h et le soir à partir de 17h 30 où les gens viennent faire leur jogging le long de la promenade.

P1130832 P1130831 P1130830 P1130828

 

P1130866P1130897 P1130915 P1130910P1130895 20160329_165441

Notre bivouac

P1130889  P1130881 P1130875

P1130869Des enfants qui viennent nous rendre visite

P1130825 P1130870

Des vaches pour Jean (pour lui rappeler le chemin de Compostelle)

P1130822

Un boa que nous trouvons au bord du sentier en nous promenant dans les environs.

Nous ferons également la connaissance d’un dentiste qui parle bien français. Il nous a donné des renseignements et il possédait cette voiture (avec une plus grosse bien sur)

Il faut préciser qu’au Brésil nous voyons énormément de Coccinelles, mais rarement aussi jolies que celle-là, car dans les années 1970 le Président était amoureux de cette voiture et il racheta l’usine allemande pour continuer la fabrication.

20160331_183430

Pendant ces 2 jours nous irons nous balader dans les plantations de café aux alentours,

 20160331_102026 20160331_100749_006

P1130933P1130935

Egalement nous irons 10 kms plus loin dans un village fermé, et là, des maisons toutes plus belles et  plus grandes les unes que les autres.

Un petit aperçu :

  P1130855 P1130852 P1130854 P1130856 P1130859 P1130860 P1130862 P1130865

Et tous les midis nous irons manger à la charusceria près de la station service sur la grande route, où nous aurons la Wifi et un repas excellent. (Vous avez vu les photos de la viande que l’on nous sert dans l’article précédent).

Après le repas, je regarde mes comptes sur internet, comme je le fais régulièrement lorsque j’ai une connexion sécurisée. Surprise, je n’ai fait aucun retrait depuis 15 jours, vendredi dernier j’avais 2000E sur mon compte et là je suis en découvert. Vite je vérifie et que vois-je une vingtaine de prélèvements ont été effectués avec ma carte bleue qui est toujours en ma possession.

J’appelle ma fille, car en France il est 19 h et ma banque est fermée, elle fait aussitôt opposition sur cette carte. Notre après-midi est un peu perturbé.

Vendredi 1er avril

Appel à ma banque, préparation de tous les papiers pour les adresser à Edwige par mail, qui va s’en occuper mais avant tout il faut aller à la police porter plainte.

Il faut aller dans la ville à une vingtaine de kms, à PLUMHI. Nous allons donc à la police civile, avec un courrier que nous a fait Alexandre et le détail des retraits. Très mal reçue, c’est tout juste si l’officier veut prendre ma plainte, mais comme je ne bouge pas et ne dis rien on m’envoie dans un bureau (avant j’ai été reçue debout dans le hall, matériel vieillot, pas d’internet où j’aurais pu m’expliquer avec google traduction). Un policier va me faire un papier et me redonne mon courrier et mes justificatifs.

Je rejoins Bernard qui était mal garé et nous allons chercher un cybercafé pour scanner ce papier. A peine descendu du camion, 2 ou 3 personnes dont un policier militaire, viennent voir le véhicule, on leur demande où nous pouvons trouver un cybercafé, ils se concertent tous et ne trouvent pas, on leur dit on veut scanner ce document et on leur montre. Un Monsieur nous dit « venez chez moi, dans mon magasin et vous le ferez ». On le suit et il nous laisse son bureau avec son matériel informatique, lorsque le policier arrive dans le bureau et nous dit de venir ave lui pour le faire au poste.

Nous partons donc au poste de la police militaire, notre policier donne nos papiers à scanner à une secrétaire et les envoie à Edwige, ensuite on discute (avec google traduction). Il nous propose de lui demander tout ce que l’on aimerait savoir sur la région, ce que l’on fait pour prendre des conseils sur le parc que nous partons visiter, nous offre un café. Au bout d’une heure et demi, il est 18 h, les bureaux vont fermés, on lui demande où l’on peut bivouaquer pour la nuit et il nous dit « mettez vous sur le parking devant le poste, je suis le commandant et je dirais à mes hommes ce soir qu’il vous laisse la place « , on en profite et on lui demande la wifi qu’il nous donne.

Samedi 2 avril

Ne voulant pas trop abuser de l’emplacement où nous sommes, nous allons partir, mais avant, comme la gendarmerie est fermée et que l’on ne voit personne, nous allons faire nos courses en ville. Puis nous partons pour le Parc de CANASTRA, situé à 60 kms.

P1140001P1130966

P1140004Cela on commence à ne plus supporter

Nous prenons l’entrée à VIRGEN BONITO, belle route bordée de caféiers, des hectares à perte de vue. Sur les parcelles des petits panneaux indiquant les variétés et les dates.

P1130953 P1130954

 P1130929 P1130928P1130963 P1130960 P1130924 P1130922 P1130928 P1130929

P1130927Une école en pleine forêt

A Virgen nous voyons notre 1er toucan

P1140008

Et les poissons que l’on pêche dans la région.

P1140011

Nous cherchons l’office du touriste, mais il n’y en a pas. Nous prenons donc la piste qui mène dans le sud du parc.

Ici, voir de belles cascades et des animaux (que nous ne verrons pas), cela se mérite. Nous allons prendre une piste défoncée, parfois la roue gauche et la droite ne portent plus, (depuis l’Argentine cela ne nous était pas arrivé), sur 28 kms, il faut traverser une vingtaine de cours d’eau sur des passerelles défoncées, il faut descendre pour pousser les vaches, faire attention aux branches en hauteur.

P1130938 P1130949 P1130950 P1140014 P1140023 P1130939P1140012 P1130968    P1140005

Nous allons nous arrêter à une petite cascade, on quitte la piste principale et nous allons faire 3 kms en un peu plus d’une demi heure. Tout à l’heure, la piste était relativement plate et large, mais maintenant ce n’est plus le cas. 500 m avant l’arrivée : une barrière. On ne sait plus que faire, lorsqu’arrivent 5 quads (5 couples d’une trentaine d’années) parlant anglais et qui nous disent « suivez-nous », ils ouvrent la barrière et nous voilà tous en route.

P1140015P1140016

Le chemin se termine 300 m plus loin et nous partons tous à pieds, nous, les mains vides, on change juste nos tongues pour les tennis, nous allons faire 200 m dans une forêt et au bout une belle cascade pas très haute qui tombe dans un bassin, les jeunes se mettent en maillot et on va les regarder, nous n’avons pas le courage de retourner au camper prendre notre maillot (il fait trop chaud) car on sait que nous en verrons une autre un peu plus loin.

P1140018

3 kms à refaire sur ce petit chemin, avec les vaches qui sont à nouveau sur la piste et 18 kms plus loin (au bout d’une 1h30 de route) on arrive à la Cascade ANTAN. Il est 13h30 nous allons déjeuner sur le parking. Entrée gratuite pour les + 60 ans, ¾ heure de chemin en longeant une rivière où des jeunes se baignent pour finir devant une cascade de 180 m, nous ne pourrons pas nous baigner, car recevoir cette chute sur le dos …………

P1140027 P1140029P1140020 P1140026

Nous rentrerons tranquillement et discuterons avec le gardien du parc qui nous explique que pour voir les animaux, il faut aller à l’entrée nord.

Etant donné l’état de la piste que nous avons eue, Bernard refuse de monter là-haut, nous ne sommes pas à la moitié de notre voyage, il faut ménager notre monture et je commence à avoir des allergies aux piqûres d’insectes (mon bras est tout gonflé). Heureusement, après un coup de fil à ma sœur, je prends un médicament et le lendemain mon bras est normal.

Il est 18 h, nous allons aller 100 m plus loin, dans un herbage que le propriétaire appelle « camping », mais nous sommes très bien, installés à l’orée de la forêt où nous verrons au réveil notre deuxième toucan. La douche n’a pas de porte mais tout de même l’eau est chaude. Il fait 30°.

P1140369P1140371

Là c’est un vrai P1140370

Dimanche 3 avril

Un peu de bricolage sur le Camper, lessive, et nous repartons vers 10 h, vers VIRGEN, 22 kms (1h15) puis nous repassons (pour la 3ème fois) à la Churesqueria de CAPITOLIO. Vers 16 h, après la dernière mise à jour du blog précédent, on prend la route, direction BONITO 1.300 kms.

1er arrêt pour regarder le paysage qui est magnifique avec une myriade de lacs qui se rejoignent les uns les autres, et là nous verrons encore un toucan jouant sur un arbre (pas de photo elle est ratée).

On reprendra la route en s’arrêtant de temps en temps pour voir le paysage.

Après PASSO, la canne à sucre remplacera le café, et là, pareil des immensités. Beaucoup de vaches. Bons fromages. On s’arrête le soir dans une petite ville CASAIS, sur une place bien tranquille

Lundi 4 avril

On fait un tour en ville puis on repart. Au bout de 10 mn à peine de route, nous manquons d’avoir un accident. Je crie, Bernard me regarde, et un Toucan se jette sur notre pare-brise. Moi qui les cherche depuis le parc, je ne pensais pas le voir de cette façon (je ne pense pas qu’il ait touché la vitre).

Encore un peu de café, parmi la canne à sucre. La route est agréable car elle est vallonnée. Mais à partir de FRANCA, cela devient plat et des hectares de canne à sucre avec des usines pour faire de l’éthanol, et des camions.

On vient de quitter le MINAS GERAIS, état plus grand que la France, pour l’Etat de SAO PAULO

Il y a aussi des petites forêts d’arbres pour récolter la sève et des petites forêts d’arbres très haut, fins et bien droits pour la coupe.

P1140082 P1140083

C’est pour cette raison que nous reverrons des camions, certains font 30 m et ont 34 roues (depuis lorsque je croise un camion je compte les roues….)

P1140080

Le soir nous quitterons la grande route pour nous rendre à BUREIRA BARITO, le long du fleuve TIETE, petite ville mais grandes avenues. Nous irons nous garer sur la plage qui est fermée par une barrière. Bernard arrête une voiture de police qui nous dit qu’il n’y a pas de problème pour que l’on reste là, mais que la barrière sera fermée. Pas de problème pour nous.

Coucher de soleil splendide :

P1140058 P1140059 P1140060 P1140066

On s’installe pour la nuit, mais vers 20 h le gardien nous empêche de rester ici, il faut que l’on parte. Nous irons en ville sur une place, près d’une église.

Mardi 5 avril

Debout 7 h et aussitôt nous repartons à la plage. On va se baigner dans le fleuve et prendre une bonne douche sur la plage.

C’est une plage « Disney », les maisons n’ont qu’une façade peinte de toutes les couleurs, rien derrière. Chaque endroit pour le picnic est aménagé avec un grand barbecue, une table, des bancs et un évier.

Vers 13 h, après le repas et un bon bain, nous reprenons la route.

A TRES LAGOS, nous passons un barrage avec un pont de 5 kms de long. Nous arrivons dans l’Etat du MATO GROSSO.

Nous voulions bivouaquer ici, mais la ville est industrielle, Bernard regarde son téléphone qui lui indique 17 h, il décide de continuer pendant 15 mn. La pendule du camion nous indique qu’il est 18 h passée. On pense donc qu’il s’est trompé, mais nous apprendrons le lendemain que dans cet Etat, ils ont reculé d’une heure.

Malheureusement nous ne trouverons, ni village, ni pompe à essence jusqu’à la ville prochaine à 130 kms. Nous allons nous installer derrière un énorme camion et rouler tranquillement à 70 km/h. Il y en a trop, lorsqu’on en double un, il y en a un autre. De plus la route est mauvaise, plein de trous, mais rectiligne et le soleil couchant de face.

P1140079P1140078

Nous irons jusqu’à AGUA CLARA et l’on s’installera sur une station essence, avec une centaine d’immenses camions autour de nous. Dans celui qui est à côté de nous, il y a un jeune couple avec un bébé de 4 mois. Ils font en famille tout le Brésil;  il n’est pas le seul à emmener sa famille. Ils vont manger au ras de leur camion en ouvrant un coffre qui leur sert de table et où il y a toute la batterie de cuisine.

Quant à nous, nous mangeons à la Churesquiera de la station essence.

Mercredi 6 avril

La nuit a été très calme malgré les camions. Lorsque l’on émerge, vers 7 h30 il n’y en a presque plus autour de nous. Bonne douche, puis départ pour CAMPO GRANDE

Arrêt au syndicat d’initiative, très accueillant, ils prennent Google traduction et nous indiquent une agence pour aller dans le Pantanal, ils vont même leur téléphoner pour que quelqu’un vienne. L’avantage de passer par une agence, c’est que cela permet de visiter à des propriétés privées, qui sont sinon fermées aux individuels. Ce qui ne nous emballe pas trop, mais nous le suivrons jusqu’à son agence, où nous profiterons pour coucher car c’est un hôtel. Le lendemain, on s’en sortira en disant qu’il faut que l’on fasse la vidange du véhicule et que nous attendons des amis pour la fin du weekend. Cette agence nous proposait un tour dans le Pantanal dans une Poussada (l’Arraras Azul), 3 jours 2 nuits pour 120 Euros par personne. Ce qui n’est pas excessif mais nous ne pouvions pas faire de comparaison avec d’autres agences et nous voulions surtout le faire seul.

(Une POUSSADA c’est une auberge ou une ferme (Fazenda au Brésil et Hacienda en Argentine) qui reçoit des gens chez eux et souvent propose des excursions sur leur propriété. )

En ce qui concerne la vidange, nous sommes allés chez Ford et le garagiste nous demandait 1200 Euros car il fallait trouver des pièces sur le marché parallèle. Pas la peine de préciser que nous sommes partis en lui disant qu’il exagérait. Nous l’avons faite à CORUMBA, chez un petit garagiste pour 225 Euros.

Jeudi 7 avril

Avant de prendre la route, nous allons voir pour faire réparer ma nouvelle tablette qui ne charge plus. Nous trouvons justement le spécialiste SAMSUNG. Après tous les essais effectués devant nous (prises, chargeur, batteries, appareil), ils nous disent que c’est la batterie mais qu’au Brésil il n’y en a pas, ce ne sont pas les mêmes qu’au CHILI d’ou vient mon appareil. Nous repartons avec l’espoir de changer la batterie dans un autre pays.

Encore le repas du midi au resto, au poids, suivi d’une bonne sieste :

P1140097 P1140094 P1140093 P1140098

Direction BONITO, en passant à JARDIM, nous nous arrêtons 37 Kms plus loin sur la BR267 pour aller voir des ARAS, ils nidifient dans les roches.

P1140119 P1140122 P1140139 P1140141 P1140144 P1140145

Nous arrivons le soir à BONITO et retrouvons LETI et JACKY; nous nous installons près de l’office de touriste en arrivant (WIFI  CAC, code PREFEITURA.)

Pour Odette et Dominique : je vous informe que la route n’est toujours pas goudronnée entre Buraco dos Araras et BONITO, toujours en travaux. Et nous n’avons pas vu de Piranhas.

Nous ne nous attarderons pas à BONITO car nous y ferons des activités au retour avant de rejoindre le PARAGUAY

Vendredi 8 avril

Nous partons donc pour MIRANDA. Il fait une chaleur intenable, très chaude et humide (je crois que je me répété).

Nous déjeunerons tranquille à l’entrée du village, sous un nid :

P1290915 P1290916

L’après midi petit tour en ville, puis recherche de renseignements pour notre excursion dans le Parc ESTRADA PATANAL SUD.

Vers 17 h nous allons voir « l’arbre à TOUCAN » Il s’agit d’un arbre ou les toucans viennent dormir.

P1290998 P1290996 P1290992 P1290972 P1290963 P1290943 P1290929 P1290919 P1020472 P1020470 P1020469 P1020465 P1020462 P1020448

et nous, nous irons dormir à la sortie du village sur une grande place

Du Samedi 9 au jeudi 14 avril

Avant de quitter MIRANDA, nous allons sur une petite piste pour voir s’il y a des animaux, nous espérons voir des ARAS bleus, mais nous ne verrons qu’un Jabiru (l’emblème du Pantanal)

P1020482 P1020483

P1140194

Nous prenons la direction de CORUMBA et 80 kms avant d’y arriver, nous bifurquerons pour visiter le Parc ESTRADA PANTANAL SUD

la suite sur le prochain article PANTANAL, vous y verrez beaucoup d’animaux.

Ce contenu a été publié dans Brésil, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Fin du MINAS GERAIS et MATO GROSSO SUD

  1. jean queron dit :

    Je me demandais pourquoi mon compte bancaire avait été crédité de 2.000 €.
    Une admiratrice sans doute…
    Ça chauffe au Brésil….En entendez-vous parler ?
    Très beaux les Toucans
    On vous embrasse

    • Genevieve dit :

      je ne me souviens plus si je t’ai répondu ! non on entend parler de rien au Brésil, et maintenant on l’a quitté, sommes au Paraguay. Par contre, je te donne par MAIL bISOU les références de mon compte bancaire pour que tu me fasses un virement de 2.000 E. BISOUS

  2. Altmann Chris dit :

    Superbe c’est vraiment magnifique et les oiseaux comme ils sont beaux merci pour toutes ses photos nous profitons de votre superbe voyage, bisous

  3. Serge Daboussy dit :

    Ramenez un toucan ????
    Bises Serge

  4. MARIN Daniel et Evelyne dit :

    Merci pour ces photos et commentaires et profitez bien du beau temps même humide… nous rentrons d’une croisière sur le CANAL du MIDI entre Agde et Carcassonne et nous n’avons eu, sur 10 jours, que 2 jours de beau, le reste du temps nous avons été arrosés et avons eu froid !!! Heureusement il y avait les jeux de société… et l’apéro !!!
    Gros bisous à vous deux les Toucans, non je veux dire… les Tourtereaux !
    EVELYNE et DANIEL

    • Genevieve dit :

      Vous êtes partis trop tôt dans la saison… pour le beau temps, pourtant on vous a adressé un peu de soleil (en pensée) Maintenant on a aussi plus froid, ce matin il faisait 14°…., on entre dans l’hiver. bISES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *