LE PARC MANU EN AMAZONIE PERUVIENNE

MARDI 11 OCTOBRE 2016

Nous sommes toujours à CUZCO et nous avons décidé avec  Monique et Daniel de partir en excursion 7 jours au PARC MANU.

img_20161021_1721231

Le parc national de Manu, inscrit au patrimoine mondial, est l’un des endroits présentant la plus grande biodiversité de la planète. Il est l’unique parc d’Amérique latine incluant toutes les zones de végétation entre la basse jungle tropicale et les hauts plateaux andins froids, au-dessus de 4 000 m d’altitude. Créé le 29 mai 1973, ce parc a une étendue de 1 716 295 hectares. Il est l’une des destinations privilégiées pour le tourisme naturel.

Sur un seul hectare, on peut dénombrer jusqu’à 250 espèces différentes d’arbres. Dans la réserve  222 espèces de mammifères et 1005 espèces d’oiseaux ont été répertoriées.

Une grande partie du parc est un territoire abritant des populations autochtones. Environ 30 communautés de paysans ayant toujours le quechua comme langue maternelle vivent ici.

Il est situé à 224 km  de Cusco. On arrive à la localité d’Atalaya puis on continue par le Río Alto Madre de Dios jusqu’au poste de contrôle Limonal, porte d’entrée du parc national (7 heures en bateau). Ensuite, on emprunte le Río Manu jusqu’au parc, encore 6 heures de bateau.

L’entrée libre n’est pas possible et elle est limitée pour le nombre des touristes. Nous partons donc tous les 4 avec notre guide RICARDO, notre cuisinier JAVIER et notre chauffeur SERGIO.

Après avoir quitté Cuzco, à 5 h du matin, qui culmine à 3 400 mètres au cœur des Andes, il faut sillonner les montagnes sur des pistes vertigineuses afin d’atteindre la « Trocha d’Ericsson »,  là où les Andes rencontrent l’Amazonie.

Mais avant, on va s’arrêter pour notre petit déjeuner dans un petit village

p1060448

Puis visite du village de PAUCARTAMBO, un vieux pont et derrière un pont construit par Ericsson

dscn0179

dscn0182 dscn0673

dscn0669 dscn0178

dscn0670 dscn0668 dscn0667 dscn0666

dscn0186dscn0664                     Des papayes

dscn0185 dscn0188

dscn0181 dscn0183 dscn0184 dscn0189

Monique nous fait la soupe !

dscn0190 dscn0191 dscn0192

Sur la place du village il y a une vingtaine de statues peintes couleur or, représentant des incas et des andins. Lors de la fête en juillet, des groupes représentants les différents personnages dansent dans les rues et la vierge va être promenée dans les rues pendant une semaine (remarquez en haut les plumes d’oiseaux)

dscn0197

Le midi nous arrivons à la première entrée du parc où l’on va déjeuner à la TROCHA D’ERICSSON situé aux environs de 3.800 m

A cette altitude, seuls quelques arbres nains jonchent les dénivelés. Rapidement, ces arbustes font place aux immenses forêts de nuages. Situées le plus souvent entre 1 500 et 3 000 mètres, ces forêts qui couvrent le versant des Andes doivent leur nom aux nappes de brume qui les drapent en permanence. Les nuages poussés par les vents du sud viennent s’y accrocher, elles sont aussi d’une importance cruciale. Les forêts de nuages non seulement forment un étage écologique où se développent des espèces uniques et encore inconnues, mais elles représentent aussi 50 % de l’alimentation en eau de l’Amazonie.

dscn0205 dscn0212 dscn0206

Ce tableau représente le dénivelé que nous allons faire et les animaux que nous devrions rencontrés.

Javier nous prépare des spaghettis avec un oeuf dur.

dscn0210 dscn0211

Il y a également à côté de nous des touristes qui viennent d’arriver et qui ont vu un ours qui a traversé la route juste devant leur véhicule, malheureusement pour nous, nous n’en verrons pas durant notre voyage.

Plus on descend et plus la forêt devient luxuriante, épaisse et impénétrable. Les flancs des montagnes disparaissent sous un rideau vert sur lequel les fleurs forment une myriade de minuscules taches rouges.

dscn0209 dscn0216 dscn0228

Et après une dizaine d’ heures de bus, nous arrivons à notre 1er lodge : « BAMBU LODGE ».

dscn0636dscn0236 dscn0637

Un arbre de feuille de coca et derrière la plantation.

Javier va nous préparer un super repas et tous les soirs nous aurons droit à 5 ou 6 plats différents avec des décorations dignes d’un grand chef.

p1060450-copie

Le cuisinier et le chauffeur du bus qui lui va nous servir.

p1060452

Le lendemain matin départ à  6 h après un bon petit déjeuner.

Nous partirons à pied et le bus va nous suivre pendant une petite demie-heure.

dscn0241 dscn0242

En route on s’arrête dans une boulangerie et l’on va acheter des panettones (des Italiens un jour ont débarqué dans la région).

dscn0244 dscn0247 dscn0252

Monique distribue des panettones à nos trois accompagnateurs.

dscn0254 dscn0257

Nous arrivons bientôt au bateau, vu sur le Alto Madre de Dios et en  dessous un arbre avec pleins de nids.

dscn0258 dscn0260

Encore 1 h de bus, pour arriver au « port » d’ATALAYA. Nous troquons notre bus contre une pirogue, sur laquelle le reste du voyage va se dérouler. C’est six heures de navigation qui nous attendent sur le Madre de Dios, qui sillonne l’Amazonie, longe le Parc national de Manú sur près de 100 kilomètres pour finalement s’enfoncer dans la zone publique de la réserve, seulement 20 % sont accessible aux chercheurs et aux touristes disposant d’une autorisation spéciale.

Sergio va nous quitter et nous ferons la connaissance de nos 2 autres compagnons, le chauffeur de la barque et son aide, qui lorsqu’ils seront à terre porteront nos sacs et aideront à la cuisine.

p1060586

Nous voilà pour  7 heures de bateau.

p1060577

Le rio est parsemé de troncs d’arbres immenses

dscn0413 dscn0411

 

p1060560 dscn0415

Au fur et à mesure de notre progression, les montagnes se fondent au loin dans la forêt.

Sur les rives, on observe l’érosion du sol et l’œil attentif saura déceler les animaux qui s’y reposent (caïmans, tortues, tapirs, capibaras, oiseaux et le fameux jaguar que nous ne verrons pas)

(Pour agrandir la photo, il faut cliquer dessus)

dscn0342 p1060468 p1060470 dscn0511 dscn0498 dscn0515 dscn0521 dscn0523

 

dscn0491 dscn0496  ndscn0480 dscn0440

 dscn0442  dscn045125

Les capibaras sont bruns alors que nous les avions vus gris en Argentine et au Brésil

dscn0404 dscn0403

dscn0356et même des vaches !

La végétation est exubérante

dscn0400 dscn0399 dscn0358   dscn0341  dscn0457 dscn0470 dscn0456  p1060476

Nous verrons nos premiers singes :

17

18 19

Nous alors faire un arrêt pour nous promener sur le lac COCHA OTORONGO

A l’arrivée la descente n’est pas si facile, heureusement on nous a fourni les bottes.

dscn0261 dscn0263

dscn0269

Nous naviguons sur un radeau et découvrons une faune inconnue :

u1 2

4   9

87

12 15

dscn0278 dscn0276

dscn0292

dscn0293

5

=6

dscn0315 dscn0305 dscn0301

dscn0317 dscn0319

dscn0331

dscn0469

des termitières :

dscn0329
dscn0340

Nous reprenons notre bateau pour arrivée vers 17 h au  DORADO LODGE .

Après nous être installés RICARDO, notre guide, nous invite à aller voir des tapirs dès que la nuit sera tombée, mais comme il y a 45 mn de marche, plus le retour, et que nous ne sommes pas certains d’en apercevoir nous préférons nous reposer avant le repas du soir.

 

Par contre nous irons admirer le coucher du soleil

=dscn0382 dscn0379 dscn0376 20 21 22

Lorsque nous arrivons aux logdes, nous avons droit à un goûter, soit des pop-corn, soit des petites crêpes et mêmes un jour des petits empanadas.

p1060488

Les repas du midi se font dans le bateau :

p1060473

Le lendemain matin, à peine partis, nous verrons un tapir sur les bords de la rivière

32

Arrêt au centre d’interprétation le Limonal, où nous descendons et un garde nous donnera des explications sur la faune, la flore et les habitants du parc, car maintenant  nous naviguerons sur le rio MANU pendant 7 heures avant de rejoindre notre 3ème lodge.

dscn0417

Des fleurs et des papillons aux abords de la passerelle

dscn0418 dscn0419

dscn0429 dscn0431 dscn0432

Le garde nous fait découvrir un nid de colibris

dscn0435 dscn0439

Nous voyons toujours des singes dans les arbres, le bateau s’arrête pour nous permettre de les voir mieux et les photographier.

dscn0478

dscn0471

 

47

dscn0358dscn0519

43

Un diaporama d’animaux rencontrés le long de la rivière (cliquez sur la 1er photo)

Nous arrivons enfin à la CASA MATSIGUENKA, fin de notre voyage. Nous y coucherons 2 nuits. Sur place, rien que le nécessaire : un lit, une moustiquaire et des bougies, les toilettes et les douches dans un autre bâtiment.

p1060479

p1060477

Dans cette arbre, juste derrière notre bungalow, il y avait des singes.

 

 

 

 

La casa MATSIQUENKA est gérée par 2 familles vivant dans la communauté voisine. Elles travaillent 6 mois consécutifs et ensuite c’est le tour de 2 autres.

p1060532

Nos indiens, chauffeurs de la pirogue, vont nous faire un essai de tir à l’arc.

arcd18d3941_jpeg

d18d3948_jpegNotre guide touchera presque la cible

Voilà le seul insecte que nous verrons durant notre périple, pas de moustiques non plus

p1060483

La cuisine pour JAVIER, il travaille avec une lampe frontale, mais cela ne l’a pas empêché de nous faire encore une belle présentation pour le repas du soir.

p1060489

img_20161016_191905 img_20161016_193338

Un pingouin fait dans un concombre.

Nous sommes au bout du monde, au cœur d’un territoire terriblement sauvage et, surtout, complètement inconnu. Des peuples dits non-contactés y vivent encore: les Machiguengas, les Yaminahuas et les Amahuacas. En exil depuis le début du XXe siècle après avoir été réduits en esclavage par les colons, ces peuples indigènes sont protégés de tout contact avec l’homme extérieur par des lois internationales et nationales très strictes : d’où l’interdiction formelle aux touristes de quitter la zone restreinte de Manu. Ces lois ont pour but de préserver leur intégrité (ces tribus ne sont par exemple pas immunisées contre certaines bactéries que nous transportons).

Le lendemain debout à l’aube pour aller au lac COCHA SALVADOR, nous partons en bateau, puis un peu de marche à pied en forêt

dscn0577

p1060561 dscn0268

dscn0265 Une fleur de gingembre

dscn0579       dscn0264     2 termitières

dscn0267                    dscn0266

dscn0581

Puis nous découvrons un lac d’eau douce magnifique tout en longueur, en fait il s’agit d’une ancienne méandre du rio. A la différence des rios, les abords du lac sont propres, les arbres se reflètent dans l’eau, car ici il n’y a pas de courant.

Le lac où nous sommes actuellement est celui du haut, celui du bas nous l’avions visité avant d’arriver à la CASA (qui est le 1er petit point rouge sur la carte).

img_2230_jpeg

51

p1060503 p1060502 p1060500 p1060497 p1060495

Nous naviguons sur ce catamaran silencieux pour découvrir encore une fois une faune qui nous émerveille, regardez nos deux marins de la barge qui vont ramer durant 3 bonnes heures pour notre plaisir.

p1060492

64 61

42

Diaporama des oiseaux et singes que nous découvrons (cliquez sur la 1er photo et armez vous de patience)

Et pour finir une famille de loutres géantes qui a élu domicile sur le lac.

Un mâle peut mesurer de 1,5 à 1,8 m de long pour un poids allant de 26 à 32 kg.

La loutre géante est bien adaptée au milieu aquatique, elle possède une fourrure épaisse et imperméable, une queue semblable à une aile et des jambes courtes avec de grosses pattes palmés qui lui permettent de se déplacer rapidement dans l’eau. Elle apprécie  les rivières et ruisseaux d’eau douce, qui inondent les terres alentours, et peut également vivre à proximité de lacs. Elle bâtit d’importants gîtes proches de l’eau, en coupant de grandes quantités de végétation. Elle se nourrit principalement de poissons jusqu’à 17 kg par jour.

Lorsque l’abondance des poissons est faible, elle se nourrit alors de petits serpents et de caïmans de petite taille, pour survivre, elle mange entre 6 et 9 kg de nourriture par jour.

Elle forme un clan comprenant trois à huit membres et s’attribue un territoire. Le groupe familial est centré autour du couple reproducteur et est très soudé. Bien que généralement paisible, c’est une espèce territoriale et on peut parfois observer des agressions entre groupes. Ici par exemple ne vit qu’un groupe et pourtant le lac est très grand, mais il leur faut tellement de poissons pour se nourrir qu’ils n’acceptent aucun autre congénère.

107

p1060521

Encore quelques oiseaux, avant de revenir au bateau.

111 112 113

Après cette visite nous rentrons à la Casa et repartirons l’après-midi faire un tout en forêt, avec des explications sur les arbres.

Regardez cette photo, je suis sans complexe, j’avais un chapeau blanc, mais dès le départ le guide nous a interdit de mettre du blanc car parait-il cela attire l’attention sur nous, lui avait une casquette crème. J’ai donc mis la protection de mon appareil photo.

img_20161017_153538

 

dscn0585 p1060535

Notre capitaine qui vient d’une tribu du Parc Manu, marche pieds nus et nous montre ses dons pour grimper aux lianes, Bernard a voulu essayer mais rien que de toucher à la liane avec des petites bêtes dessus, il a vite abandonné.

img_20161016_080608 img_20161016_080622 p1060536 p1060541

img_20161015_171621 img_20161015_172530

img_20161016_080218

2 arbres que nous ne devons surtout pas toucher : le 1er rempli de fourmis rouges très dangereuses et l’autre avec des piquants.

p1060542 p1060543 p1060545p1060526 p1060527

 

 

 

 

 

Le lendemain (toujours levés à 5 h), nous partons après une courte navigation refaire une randonné en forêt, pour arriver à une grande tour surplombant la canopée.

117

Derrière nous à notre hauteur, des singes jouent dans les arbres

24 115

et comme d’habitude des oiseaux

125 124 121 120 118

Et encore 6 h de navigation avant d’arriver à destination

Sur les berges de la rivière nous voyons ce camion, comment est-il arrivé là, mystère.

dscn0601

Nous ne nous arrêtons plus jusqu’au Dorado Lodge (le même qu’à l’aller) mais le bateau ne va pas plus vite, nous sommes à contre-courant.

Un peu de repos en attendant que le dîner cuise.

img_20161016_172702

Je vais en profiter pour aller au bord de l’eau voir le coucher de soleil

img_20161016_172311 img_20161016_174006 p1060565 img_20161016_174718img_20161016_173605

Les 2 conducteurs du bateau, pendant que je regardais le coucher du soleil sont allés pécher et au bout d’un quart d’heure ils sont revenus avec 2  poissons (qu’ils ont dû manger)

img_20161016_183253

Le matin à 5 h, nous partons pour aller voir des perroquets à 15 mn à pied en longeant d’abord la rivière et un peu de forêt.

D’abord cet envol, nous sommes gâtés

133

Puis nous arrivons au Collpas, il s’agit de falaises argileuses riches en minéraux naturel. Des milliers de perroquets s’y rassemblent pour manger la terre et absorber les sels minéraux.

Voilà le mur avant l’arrivée des oiseaux

img_20161017_063047

Nous attendrons 10 mn avant leur arrivée, nous sommes dans une petite cabane cachée dans des feuillages et tout à coup ils arrivent tous en même temps

(cliquez pour le diaporama)

Puis nous reprenons le bateau pour notre dernière journée de navigation,  nous nous arrêterons avant de quitter le RIO MANU dans un petit village

p1060559 p1060548

où nous irons voir la fabrication des barques, faites dans du bois de cèdres, ils mettent 2 mois environ pour la fabriquer et une barque revient environ à 3000 E, sans le moteur.

p1060555 img_20161016_123305

Ils font chauffer le  goudron pour le calfatage du bateau.

p1060556

Puis un petit tour à l’épicerie du coin

p1060550 p1060551 p1060552 p1060553 p1060554

Nous quitterons le RIO MANU pour reprendre le Río Alto Madre de Dios, qui va être moins calme

p1060571 p1060575 p1060579 dscn0607

p1060559

Arrivée à ATALAYA

p1060585 dscn0608

Où nous quitterons nos 2 marins pour rejoindre notre bus et Sergio qui nous mènera pour notre dernière nuit au Bambou Lodge.

Jp1060521uste après avoir déposé nos sacs dans notre chambre, nous reprenons le bus pour aller 5 km plus loin voir les coqs des roches que nous verrons d’assez loin :

166 164

 

dscn0620

Nous rentrons pour le souper

img_20161017_192245

Notre dernier petit déjeuner le lendemain

dscn0638

Des oiseaux dans les jardins

dscn0642

dscn0644 dscn0643dscn0647dscn0649

Ce dernier n’arrête pas de crier, un autre lui répond et nous dérange pour dormir, il faut dire que depuis notre départ, nous nous couchons vers 8 h 1/2 maxi, et debout à 4 h 1/2 au plus tard

dscn0656 Une grosse abeille qui butine

dscn0652 dscn0653 dscn0659 une petite orchidée

En cours de route, nous nous faisons arrêter par des policiers qui regardent s’il n’y a rien de bizarre dans notre véhicule car dans le coin, il y a des trafics d’oiseaux.

dscn0661 dscn0662

Un village et des écoliers

dscn0616 dscn0614 dscn0612 dscn0613

Un arrêt pour le plein d’essence, avec un entonnoir

img_20161018_143905

Nous nous arrêterons à COLQUEPATA pour voir sur la place des statues peintes, l’église parait-il était de toute beauté mais notre guide était pressé de rentrer nous n’avons pas eu le temps même d’y jeter un coup d’œil.

dscn0679

dscn0684

dscn0678 dscn0680 dscn0681

dscn0683 dscn0682

Nous terminons  notre voyage à CUZCO tous un peu fatigués mais enchantés et nous recommandons l’agence VERTIGO TRAVEL PERU  et son personnel qui a été à nos petits soins tout le long de ces 7 jours.

Cette agence se trouve au bout de la rue de SAPHI devant le SUNAT que l’on prend obligatoirement pour monter au Camping et surtout demander RICARDO et JAVIER.

Ce contenu a été publié dans Pérou, Pour les enfants, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

27 réponses à LE PARC MANU EN AMAZONIE PERUVIENNE

  1. Sylvie dit :

    Ouah! Magnifique ce périple en forêt amazoniène
    Superbe reportage Geneviève tu nous fais rêver!
    Gros bisous à vous deux

  2. Serge Daboussy dit :

    Magnifique ,travail de pro.
    Bises
    Serge et Marie Claude

  3. MARIN Daniel dit :

    Geneviève, ton nouvel appareil photos est performant certes mais tu sais aussi saisir les bonnes occasions : tu nous régales !!! Merci encore et plein de gros bisous à vous deux
    EVELYNE er DANIEL

    • Genevieve dit :

      Je vous mets la même chose que sur le commentaire précédent : c’est vrai nous ne sommes pas peu fières de nos photos pour les animaux. Bisous à vous 2

  4. Paisnel Houitte dit :

    Je confirme.Le nouvel appareil photo est super !!! Que de belles photos.C’est splendide.pensons bien à vous.Profitez.Bises
    Sophie Didier

  5. keti dit :

    Alors là il n’y a pas de mots ou si GENIALISSIME MERVEILLEUX TOP bref je n’ai pas assez de mots… ton appareil photo est super c’est quoi ? et alors tu te doutes la loutre géante ma préféré
    Bravo
    léti et jacky

    • Genevieve dit :

      Pour la loutre j’espère que tu as bien vu les détails : elle sort le poisson, le met à la bouche et monte avec sur le tronc d’arbre
      (pas mal) mais toi avec tes bébé éléphants et baleines c’était génial aussi. j’ai un zoom qui correspond à un 400

  6. Serge simon dit :

    Magnifique reportage!
    Question oiseaux : je ne suis pas déçu .
    J’ai fait suivre à Michel Hemery , avec la mission pour lui de mettre un nom sur chaque espèces ( peut être parviendra t’il à le faire , mais cela va prendre un peu de temps)
    Bonne continuation.
    Serge

  7. Alain Bertiaux dit :

    super!!!!!!bisous à vous 2 Viola et Alain

  8. daniel mazeron dit :

    bravo
    j’aurais aimé etre des votres…
    mais il me faut maintenant etre moins gourmand !merci de nous faire participer
    grace à vos (tes?) commentaires et tes superbes photos
    bonne continuationet gros bisous
    Dan etNicole

  9. jean queron dit :

    Félicitations pour la mise en forme de ce brillant reportage.
    Passionnant!
    Juste une précision : l’agence VERTIGO TRAVEL PERU se trouve à gauche ou à droite du camping ?
    Mention spéciale pour les perroquets.

  10. grente dit :

    Superbe photos,profitez bien de ce fabuleux voyage.

  11. grente dit :

    Je n’ai pas eu le temps de mettre le » s « a superbes le message est parti trop vite.

  12. Jacqueline Grandin dit :

    Merci pour ce passionnant périple : on s’y croirait presque… Fatiguant, certes, mais tellement dépaysant !
    Les repas avaient l’air très appétissants ; dis à Javier que je l’adopte !
    Superbes photos d’oiseaux à l’envol et à l’atterrisage.
    Très sexy la housse de l’appareil photo !!!
    A très bientôt

  13. philippe dit :

    Superbe…..ce Bernard, c’est crocodile Dundee avec l’insouciance d’Indiana Jones….

  14. eric saillet dit :

    Un grand merci car il y a peu de retours de francophone ! Nous y serons en juillet prochain pour 5 jours avec notre fille de 13 ans. Avez vous des conseils pour les habits moustiques petits presents aux familles de casa matsinguenca ?

  15. Le Scouarnec dit :

    Bonjour,
    votre périple en Amazonie me plait beaucoup.
    Pourriez vous m’aider à organiser ce voyage (2020) en m’indiquant les coordonnées de vos guides que vous avez du prendre au Cuzco?
    Je parle espagnol
    Merci d’avance
    Chantal

    • Genevieve dit :

      Il s’agit de l’agence VERTIGO TRAVEL PERU . Surtout bien demandé RICARDO comme guide et le cuisinier JAVIER. La cuisine qu’il nous a mitonnée était impressionnante, même dans la présentation. Voilà l’adresse MAIL de l’Agence : info@vertigotravelperu.com Le prix pour 2 était de 1500 $, (il faut que je vérifie) les autres agences nous demandaient 1200 par personne. Nous étions 4 et nous sommes partis 7 jours. Je vais vous écrire par mail d’ici une dizaine de jours, pour vous donner plus de détails. Mais je recommande à 100 %, c’est un avec les Galapagos, un de nos meilleurs souvenirs en AmSud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.