DE UYUNI A SUCRE

J’espère que vous n’êtes pas saturés des flamands, mais pour l’instant nous n’en n’avons pas revus !!!!

MARDI 15 NOVEMBRE 2016

Nous quittons Monique et Daniel, eux vont prendre la direction du Sud de l’Amérique et nous du Nord.

Avant de quitter la région nous allons visiter le cimetière des trains à la sortie de la ville.

 DSCN2270.jpg DSCN2271.jpg       DSCN2272.jpg  DSCN2275.jpg          DSCN2274.jpg

Puis direction POTOSI

Nous nous arrêtons à une vingtaine de kilomètres plus loin dans le village minier de PULACAYO

 DSCN2278.jpgDSCN2279.jpg

L’arrivée avec les maisons des mineurs. La rue est fermée, il faut continuer à pied pour aller dans le village et payer 10 Bols.

 DSCN2289.jpg

DSCN2280.jpg   DSCN2282.jpg

Encore un musée de trains mais celui-là n’est pas à l’abandon

dscn2285   dscn2284

 Photos de la mine (toujours en exploitation)

DSCN2293.jpgDSCN2291.jpgDSCN2288.jpg

DSCN2287.jpgDSCN2285

Et nous reprenons la route, les paysages sont magnifiques et changeants, des montagnes colorées, des canyons, des rivières asséchées…

  DSCN2295.jpg

DSCN2294.jpg DSCN2318.jpgDSCN2320.jpg DSCN2373.jpgDSCN2355.jpg

   dscn2353 dscn2346

DSCN2356.jpgDSCN2323.jpgDSCN2358.jpg DSCN2361.jpgDSCN2365.jpgDSCN2372.jpg          DSCN2378.jpg

DSCN2377.jpg

On commence à revoir un peu de verdure, et un énorme troupeaux de lamas

DSCN2384.jpg      DSCN2388.jpg     DSCN2386.jpg DSCN2389.jpg

          DSCN2325.jpg

DSCN2387.jpg

DSCN2327.jpg DSCN2328.jpg DSCN2329.jpg DSCN2330.jpg          DSCN2332.jpg

DSCN2300.jpg

DSCN2333.jpg DSCN2335.jpg DSCN2337.jpg         DSCN2339.jpg

DSCN2297.jpgdscn2344 dscn2342         DSCN2392.jpg

dscn2345

Nous entrons dans un grand canyon

DSCN2396.jpg    DSCN2398.jpg

Nous quittons la grande route pour le village de AGUA DE CASTILLA à 40 kms de POTOSI, car il est trop tard pour aller jusqu’à là-bas. On s’installe près du terrain de foot. Nous avons payé 1 Bol pour entrer dans le village, comme tous les habitants.

Le chauffage a tourné presque toute la nuit, la petite mare à côté du camper était gelée au matin. Nous n’avons pas eu très chaud. Pour une fois, on se lève tôt et on part un peu avant 9 h.

Arrivée à l’intersection de la grande route, Stop. 2 ou 3 voitures devant nous et sur la route principale des plots qui empêchent tout véhicule de passer. Je vais voir les policiers, ils me disent que la route sera ouverte dans 2 heures car il y a une course cycliste qui va passer.

Zut pour une fois qu’on partait pas trop tard, nous voilà bloqués. Je regarde si l’on a une autre solution et je vois une petite piste qui pourrait nous remettre une trentaine de kms plus loin sur la grande route. Demi-tour et nous voilà repartis à traverser le village et prendre la fameuse piste. 4/5 kms plus loin plus de piste, une voie ferrée d’un côté et de l’autre une mine. Je demande au gardien, il me dit qu’il faut demander à l’ingénieur l’autorisation et ensuite traverser la mine pour rejoindre la piste.

Maintenant on ne nous autorise plus à retourner vers la grande route, dans le village il y a un policier qui nous dit de nous garer sur la place principale. On va attendre  2h avant de rejoindre la route où il y a une file de camions, de bus et de voiture. Comme il faut toujours monter, nous n’aurons pas de mal à doubler tous les camions.

Vues du village du haut de la grande route :

DSCN2400.jpg DSCN2401.jpg DSCN2402.jpg DSCN2403.jpg

Et nous voilà à POTOSI

Nous allons vers l’hôtel COPACABANA où on nous indique sur IOVERLANDER qu’on peut stationner dans leur parking fermé. La rue est étroite, Bernard se gare comme il peut et je vais demander pour m’entendre dire que ce n’est pas possible. Heureusement, Fina et Alain nous ont donné tous leurs lieux de bivouacs, ils ont dormi sur une petite place tranquille pas trop loin du centre. Nous y resterons 3 nuits et prendrons un taxi pour aller en ville car cela monte et nous rentrerons à pied.

Le propriétaire de la maison juste à côté du camper est venu discuter avec nous, nous a même proposé de l’eau et de ne pas hésiter si nous avions besoin de quelque chose. Nous n’abuserons pas de sa gentillesse mais nous papoterons tous les jours avec lui. Il voulait même nous « acheter » notre véhicule, car il nous a dit que c’était le prix de la voiture sans la cellule.

DSCN2405.jpgDSCN2405

Un peu d’histoire sur Potosi

« L’histoire de Potosi commence en 1544, quand l’Inca Diego Huallpa, accompagné par quatre soldats espagnols, découvrit par hasard un filon d’argent dans le Cerro Rico (« la montagne riche »). Jusqu’à cette date le mont était un Huaca, c’est à dire un site d’adoration des divinités.

La nouvelle se répandit vite, les Espagnols s’approprièrent rapidement le Cerro Rico et commencèrent à exploiter la montagne à partir de 1545. Des milliers d’esclaves Indiens furent amenés pour creuser dans les mines. Mais ce travail était tellement meurtrier (accidents, conditions, de travail et d’hygiène, silicoses…) que les Espagnols firent aussi venir des esclaves Africains par bateaux entiers pour palier la pénurie de main d’œuvre.

Les mineurs travaillent, mangent et dorment donc sans voir la lumière du jour pendant des mois. On raconte qu’à leur sortie, il était nécessaire de leur bander les yeux pour ne pas que la lumière du soleil les rende aveugles.

Dans ces conditions atroces, les travailleurs ne tiennent pas longtemps et le taux de mortalité est extrêmement élevé. On estime qu’il y a eu entre 7 et 8 millions de morts parmi les esclaves Indiens et Africains travaillant dans les mines de Potosi sur l’ensemble de la période coloniale (de 1545 à 1825, date d’indépendance de la Bolivie).

L’argent était fondu, puis transporté à dos de lama jusqu’à ARICA au Chili sur le Pacifique puis emporté en Espagne.

Ainsi, au XVIe siècle, Potosi livre 240 tonnes d’argent en moyenne par an à la couronne Espagnole, ce qui en fait de très loin la plus grande mine d’argent du monde, et la plus rentable.

20 ans après la création de la ville, la cité devint la plus grande de la planète (près de 200.000 habitants, alors que Paris n’en avait que 50.000 et Londres 70.000)  et la plus riche des Amériques.  Lorsque le filon commença à s’épuiser, au début du 19e siècle, le déclin et la pauvreté s’abattirent sur la ville, la population tomba à 10.000 habitants et la baisse brutale du cours de l’argent porta un coup fatal dont Potosi ne se remit jamais.

Éventrée de toute part la montagne se montre maintenant bien moins généreuse qu’auparavant : quand au XVIe siècle on obtenait 200 kg d’argent par tonne extraite des mines, on doit aujourd’hui se contenter d’un petit kilo…

Enfin, la mine a été nationalisée avant le gouvernement d’Evo Morales et aujourd’hui l’état passe des contrats d’exploitation avec des coopératives de mineurs. Le principal changement apporté par notre époque réside dans le fait que la plupart des mineurs travaillent aujourd’hui pour leur compte. Réunis en coopératives ouvrières, ils mutualisent le matériel, se répartissent les secteurs collectivement et négocient en groupe la revente. Les « mineros » peuvent espérer gagner 1000 bolivianos (Bs) par semaine quand le salaire moyen bolivien tourne à 1500 Bs par mois (il faut environ 10 Bs pour faire 1,4 €).

Les conditions de vie des mineurs, aujourd’hui encore, sont tout à fait  inhumaines. Ils travaillent entre 24 et 36 heures dans les mines non-stop, et bien entendu, les enfants commencent à y travailler vers 14 ans. La moyenne de vie d’un mineur est d’environ 45 ans, due, entre autres à la contraction de maladies pulmonaires, à l’air vicié des mines, à la dangerosité du travail. Le boulot le plus dangereux : celui qui allume les explosifs, la mèche est courte, ils se les payent eux mêmes et coupent les mèches en 4 pour faire des économies.

Aujourd’hui on estime tout de même qu’il y a encore de l’argent sous la montagne pour une cinquante d’années mais il faudrait la raser  et faire une mine à ciel ouvert, avec toutes les conséquences pour la ville de Potosi qui est à ses pieds.

Nous avons pris rendez-vous pour aller visiter une mine le lendemain matin avec une guide qui parle français.

p1060857     p1060852

Avant d’aller à la mine, on fait un arrêt au marché des mineurs, où notre guide nous montre tout ce dont a besoin un mineur et les achats qu’il fait avant de commencer à monter vers les galeries du Cerro Rico.  Ils endurent donc ce travail en consommant de manière excessive des feuilles de coca, de l’alcool à 95 °C et du tabac (fait artisanalement) sans jamais manger ou boire autre chose. On nous demande de leur faire un petit cadeau pendant la visite, des sacs pour 1 ou 2 E sont prêts avec des feuilles de coca, du tabac, des mèches de dynamites, une bouteille de soda.

p1060856

Puis on nous fait enfiler une petite combinaison très seyante et nous prenons la direction de l’une des très nombreuses galeries de cette mine surexploitée. La montagne a en effet perdu 80 mètres d’altitude sur 4000 mètres dû à son exploitation intensive.

p1060881 p1060853

Deux heures donc au sein de ces mines à suivre notre guide à travers une galerie  principale, elle nous montre les filons (c’est la grande ligne brillante dans la pierre)

p1060860 p1060861 p1060870

En réalité au bout de 10 mn, on n’en peut plus, on souffle, dos courbé, on marche dans l’eau et plus tu descends, plus il y fait chaud. On rampe un petit peu pour arriver à un autre filon principal.  Et on ne peux qu’imaginer, les mineurs passant toute leur journée à travailler dans ces conditions.

On quitte la galerie principale et l’on arrive dans une petite grotte réservée pour le Dieu de la mine « el Tio »  auquel  tous les mineurs vouent un culte important. (Il parait que l’on trouve un peu partout dans les mines ce Tio au pénis  totalement disproportionné.)

p1060863

Puis offrande de feuille de coca, versement de l’alcool sur les Tio (la tête qu’il y a en bas était le Tio des temps anciens) et notre guide leur donne une cigarette qu’elle a  allumée et à la fin elle boit également un peu d’alcool.

                                              p1060867

Lorsque ces petits chariots pleins de minerais, d’une tonne chacun, tirés et poussés par 4 hommes passent à côté de nous, dans la galerie tout juste assez large pour les wagons, il faut que l’on se plaque le long de la paroi pour ne pas les arrêter dans leur travail et surtout les éviter. (celui-là a déraillé à la sortie)

p1060883

p1060877

Deux heures de visite de la mine, nous auront bien remués, interrogés sur les conditions de travail au 21ème siècle, sur l’exploitation de l’homme par l’homme, sur la mise en danger de ces hommes au quotidien et leur nécessité de travailler pour faire vivre leur famille.

Après la visite de la mine, nous irons visiter la MONEDA, avec une guide qui parle  également français, il y a avec nous un autre couple.

p1060850

A l’entrée, on pénètre dans une cour ornée d’une fontaine en pierre et d’un masque de Bacchus, accroché ici en 1865 par un français. Les murs ont plus d’un mètre d’épaisseur.

P1060787.jpg

p1060829

   p1060817

Ce bâtiment splendide renferme des trésors historiques. Il fut construit  entre 1759 et 1773. Le coût de la construction s’éleva à une dizaine de millions de dollars actuels.

Il s’étend sur 7.570 m² et s’organise autour de 5 cours et de 200 salles. Du 16e au 19e siècle, l’hôtel de la Monnaie a frappé la monnaie pour l’Espagne jusqu’en 1825 puis les monnaies des Provinces Unies de Rio de la Plata (Argentina 1813 et 1815) et de la Bolivie jusqu’en 1951. Maintenant la Bolivie fait frapper ses pièces au Canada et ses billets en France.

Nous commençons la visite dans une salle où sont présentées des pièces de monnaie frappées dans un mélange de cuivre et d’argent. Jusqu’en 1825, elles sont à l’effigie du roi d’Espagne. A partir de cette date d’indépendance, c’est Simon Bolivar qui est représenté dessus.

  p1060801

Les planchers d’origine portent encore les traces des machines et des pas des ouvriers.

Machines utilisées pour la frappe :

p1060802  p1060815

Ici l’homme en frappait 3.000 par jour, les pièces n’étaient pas encore dentelées.

Ensuite avec les nouvelles machines à engrenages :  15 à 20.000 par jour.

L’axe principal de cette machinerie était actionné par des mules à l’étage inférieur. Ces animaux avaient, dès lors qu’ils commençaient à tourner en rond autour de cet axe, une espérance de vie de 8 mois.

 p1060806   p1060826

p1060827

et à la fin 300.000 par jour.

Le four où l’on faisait fondre l’argent

p1060818

p1060816         p1060836

p1060835        p1060833

p1060837       p1060814

Voici un coffre qui servait à transporter les pièces jusqu’en Espagne. Celui-ci a été fabriqué en France, avec ses serrures multiples et inviolables.

Dans un entrepôt voisin  nous voyons les impressionnantes machines à engrenages en bois qui servaient à façonner les pièces, et qui ont été remplacés au 19e par des machines à vapeur venues des USA.

p1060807  p1060831

p1060813  p1060828

(sur la dernière photo, il s’agit de la machine à vapeur)

On trouve également ici la plus grande collection de peinture de l’époque de la vice-royauté avec des tableaux religieux, des pièces d’argenterie, archéologie, minéralogie, meubles, art moderne, nous n’en verrons qu’une toute petite partie pendant 2 h.

p1060825

Derrière l’autel, on a retrouvé des bébés momifiés, ils étaient placés ici pour qu’ils soient protégés par Dieu.

p1060823 p1060824

Le lendemain nous flânons dans la ville  aux 80 églises, les rues sont étroites, les portes et les façades ouvragés et les balcons en bois surplombent la chaussée.

La place principale :

P1060775.jpg P1060776.jpg P1060778.jpg P1060785.jpgP1060777.jpg          P1060779.jpg

p1060792

     Des rues au hasard :

p1060893 p1060895

p1060892 p1060888         p1060886 p1060885          p1060796

p1060789         p1060842

p1060790 La montagne où est extrait le minerais touche à la ville.

        p1060793

P1060781.jpg

 L’office du touriste qui est dans cette tour :

p1060896

 De la viande qui sèche :

p1060884

La poste principale (empressa de correos) :

p1060843

p1060839 p1060840

 p1060851

SAMEDI 19 NOVEMBRE

Nous prenons la  « route de l’Argent » qui va jusqu’à SUCRE

Mais 60 kms avant, nous bifurquerons vers TARABUCO.  Tous les dimanches il y a un marché très réputé et l’un des plus connus du pays où domine l’artisanat mais aussi tous les produits de première nécessité.

Nous allons nous installer près de l’ancienne gare ferroviaire, comme nous l’avons vu sur des blogs.  Un petit tour en ville puis on revient au camper, des enfants viennent nous demander si l’on ne veut pas un animal et il nous ouvre un petit sac à dos dans lequel il y a un lapin. Ils repartent mais pas pour bien longtemps. Ils tapent plusieurs fois à la porte et pendant qu’on soupe, ils commencent à nous lancer un caillou. Nous décidons donc de quitter l’endroit et d’aller au centre ville sur la place principale. Et là cela recommence d’autres enfants viennent frapper à la porte  mais on ne comprend pas  ce qu’ils veulent. Ils nous présentent une pièce. Ils finiront par se lasser et nous par nous endormir.

dscn2410   dscn2438

Le lendemain matin (dimanche) vers 8 h, on quitte la place car des marchands ambulants viennent s’installer près de nous. Nous partons juste dans la rue adjacente.

A 9 h 30, nous allons nous balader dans les rues. Les paysans sont en costumes traditionnels, les hommes (mais aussi quelques femmes) portent des chapeaux en cuir inspirés de ceux des conquistadors. Les photos parlant d’elles-mêmes, pas besoin de commentaires.

   p1060903

dscn2421

dscn2429 dscn2428 dscn2432 dscn2419 dscn2417 dscn2416

dscn2431 dscn2413 dscn2411         dscn2433

dscn2420        dscn2427

et là BERNARD achète un bracelet au pied du camper

dscn2425        dscn2424

p1060910  p1060897 img_20161120_113452  img_20161120_095412img_20161120_113535  img_20161120_113600 img_20161120_113703 img_20161120_113439 img_20161120_113328  img_20161120_101925 img_20161120_102038 img_20161120_101711

dscn2419 dscn2418 dscn2417 dscn2416     dscn2418

img_20161120_101856 img_20161120_102156

img_20161120_102403 img_20161120_111920

img_20161120_111945 img_20161120_112019

img_20161120_112246 img_20161120_112356 img_20161120_113021 img_20161120_113550 img_20161120_113742 img_20161120_113956

img_20161120_114011 p1060901

p1060906 p1060904 img_20161120_114203 img_20161120_113925 img_20161120_101653

Certaines photos sont de travers, car je les ai faites avec la tablette en mettant l’objectif sur le côté pour que les personnes ne voient pas que je les photographiais.

img_20161120_111510

Après le déjeuner nous quitterons le village pour SUCRE.

dscn2439

Un cheval qui va faire plusieurs kms avec la jambe cassée.

Et là on ne sait pas ce que sait.

dscn2444

 dscn2442      dscn2441

Malheureusement 10 kms avant la ville nous sommes encore une fois bloqués au péage. Interdiction de passer, c’est journée de vote dans la capitale. Il va falloir attendre 4 heures, personne ne discute, cela a l’air normal. Il n’y a pas beaucoup de voitures qui attendent. Nous apprendrons en fin de journée que la ville de SUCRE était interdite aux véhicules entre 8 h et 18 h.

dscn2448    dscn2447

Une chance, nous avons notre maison avec nous, on peut en profiter pour mettre nos photos et le blog à jour, lire un peu, passer le temps…

Ce contenu a été publié dans Bolivie, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à DE UYUNI A SUCRE

  1. sylvie DEMERSCASTEL dit :

    L’aventure continue, toujours aussi passionnante pour nous, superbes photos même de travers….
    Vous nous épatez rien ne vous fait peur, la visite de la mine ça du être quelque chose!!
    Bonne route et gros bisous de nous tous

    Sylvie

  2. Serge Daboussy dit :

    A,plus de flamands ,mais de la minéralitè et de la pauvreté ,c’est fou comme tous ses pays loin des civilisations,ont l’air de vivre comme il y a 2 à 3 siècles ,est ce qu’ils sont heureux au moins ??
    Bises Serge

  3. MESNIL Gisèle dit :

    Encore un beau reportage. Merci.

  4. daniel mazeron dit :

    compte tenu de la pauvreté ,l’ambiance doit etre parfois difficile à supporter!
    vous n’avez pas peur?
    Je pensais ce pays plus vert
    Y a t il une sécheresse qui s’installe là aussi?
    Merci pour votre travail
    bisous
    Dan

    • Genevieve dit :

      Non pour l’ambiance ça va et l’on a encore jamais eu peur et ici les gens nous font toujours un petit signe lorsqu’on passe auprès d’eux, ils sont supers accueillants et viennent facilement nous voir. Quant au pays sauf dans les vallées ce n’est pas vert du tout, soit c’est le desert de sable avec de grandes dunes comme sur la côte, soit nous sommes sur l’Altiplano à + 3500 m.
      Nous sommes maintenant dans la cordillère blanche et ce matin pas de chance le temps est couvert. Bisous à tous les 2

  5. Jacqueline Grandin dit :

    Le travail dans ces mines était (est encore) une abomination. Je suis vraiment émue et révoltée pour ces pauvres gens.
    Merci pour tous ces commentaires. Bonne route

  6. ollivier edith dit :

    je viens de passer une bonne heure avec vous merci de me permettre de m’évader de mon fauteuil la semaine dernière j’étais à Rome c modeste par rapport à votre voyage mais j’adore cette ville j’y vivrais bien tellement je m’y sens bien maintenant je prépare les fetes de noël en famille gros bisous j’attends la suite du voyage avec impatience

  7. Serge simon dit :

    Un joli reportage , le clou du spectacle reste pour moi votre incursion dans la mine (on revoit Germinal)
    Bernard a eu la présence d’esprit de se faire photographier de profil en costume de mineur , contrairement à Geneviève .
    Pour ce qui est des dômes blancs au bord de la route, et dont tu dis ignorer l’ utilité ,
    ben c’est tout simplement des pains … de Sucre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *