EDMAIER’S SECRET – TOADSTOOL HOODOOS

VENDREDI 26 OCTOBRE 2018 

Après notre extraordinaire journée d’hier aux COYOTES BUTTES NORTH (j’espère que vous n’avez pas loupe l’article « the wave » notre plus bel endroit), ce matin je pars faire la visite d’un site qu’Alain et Fina nous ont indiqué, à 3 miles au nord de THE WAVE, sur la même piste. Bernard ne veut pas m’accompagner.

Comme pour The Wave, il n’y a aucune indication tout au long du trail, mais Alain m’a indiqué les points GPS que je dois suivre. Ils sont sur ma tablette.

Le départ est au parking d’une autre randonnée : Buckskin Gulch Trailhead (c’est le nom de la rivière).

J’entre de suite dans le wash (lit asséché de la rivière), direction sud. Je marche tantôt dans le sable,

et tantôt dans la boue (elle est dure), une chance il n’a pas plu depuis un certain temps.

Au bout de 3 kms, je pars sur une grande bande de sable mais au lieu de continuer encore un peu, je  loupe le 1er point de départ, je monte sur une formation rocheuse et je me trouve juste à côté du point de retour. Je me dis que ce n’est pas très grave, je vais faire le circuit à l’envers.

et je grimpe toujours en transversale, la roche est vraiment fragile, on croirait de la dentelle.

Mais voilà, arrivée en haut que dois-je faire ? En bas sur le côté, je vois un petit sentier de sable piétiné, je me dis que je me suis trompée et qu’il faut que je redescende. Pas facile, je suis perchée sur cette roche (celle en dessous), c’est vraiment pentu et je n’ai pas grand place pour mettre les pieds.

Je suis un peu prise de panique, toute seule, je vais m’aider de mes pieds, mes mains et mes fesses pour redescendre lentement, en me jurant que je ne remonterais plus si haut.

Une petite photo tout de même de la vue, avant de ranger mon appareil photo et ma tablette dans mon sac à dos, pour avoir mes 2 mains de libre,

et une photo de ces petites plantes dans une faille de la roche, elles sont bleues.

Voilà où j’étais perchée

Et je suis redescendue, saine et sauve, mais je ne recommencerais plus (promis).

C’est magnifique, et fragile, cette randonnée n’est pas indiquée en bas, on pourrait penser que c’est volontaire pour qu’il n’y ait personne. Et aujourd’hui c’est le cas.

Je vais chercher un passage pour rejoindre le prochain point GPS, mais je ne le trouve pas, je pourrais faire demi tour jusqu’à la grande bande de sable, et reprendre au point n° 1, mais je n’ai pas le courage, je vais essayer de trouver un passage entre 2 montagnes. Je ne suis pas inquiète car je vois toujours le lit de la rivière.

De temps en temps je trouve des petits sentiers comme celui-ci.

Et tant pis si je ne fais pas le bon site, ce que je vois est tout de même de toute beauté.

Ici je vais suivre un lapin à grandes oreilles, je n’ai pas réussi à le photographier et je vais rebrousser chemin, car je ne peux plus passer entre ces feuillages.

Fina et Alain j’attends vos commentaires pour me dire si c’était vraiment plus beau de l’autre côté, car je pense que le site où je devais aller était derrière tous ces rochers.

Après le wash, le tracé rouge en haut, je devais aller aux drapeaux : rouge et bleu, ensuite continuer vers les rouge, jaune, bleu et oranges et revenir par  les étoiles marrons.

Et moi j’ai loupé le rouge et bleu en haut, je suis allée directement au drapeau vert qui était le dernier point de retour. Le tracé que j’ai fait est en rouge.

Je rejoins la rivière et le trek Buckskin Gulch

J’ai réussi à voir des champignons

Je suis partie 6 h, une heure de plus de ce que j’avais prévu, mais je suis tout de même très contente, car c’était une belle ballade. Dommage de la faire seule.

Il n’y a pas grand monde sur le parking. J’ai juste rencontrée 2 couples qui faisaient l’autre trek en marchant dans le wash.

Pendant ce temps, mon pauvre chéri m’attend. Il commence à en avoir un peu marre. Il va falloir que je freine la longueur de mes randos, pourtant j’aurais tant aimé faire la Wahweap hoodoos. 14 Kms long, mais facile, parait-il.

Pas trop de regrets, le lendemain j’ai des courbatures dans les cuisses, je vais me mettre au repos.

Comme il est 16 h, nous avons le temps de partir et de rejoindre notre halte de demain à quelques miles d’ici. 

Il y a toujours des couleurs extraordinaires

Nous voilà arrivés sur le parking du petit site que nous ferons demain matin.

SAMEDI 27 OCTOBRE

Après une nuit assez calme, car nous sommes au bord de la route, nous partons pour   TOADSTOOL HOODOOS (ou PARIA RIMROCKS).

On peut y admirer de nombreuses formations rocheuses en forme de champignon, que l’on appelle « hoodoos ».

1 h de marche. Bernard m’accompagne.

Le chemin est facile: après avoir suivi le wash, on grimpe sur un plateau, c’est assez joli.

 

Nous quittons les lieux pour aller déjeuner sur le parking du Visitor Center de BIG WATER, d’où part la rando que je voulais faire (j’espère encore)  Nous passerons devant l’entrée à mon grand désespoir. Mais Bernard ne cède pas, je n’aurais pas droit à la visite de WAHWEAP HOODOOS.

Voilà tout de même 2 photos :

Ces parcs sont situés dans le GRAND STAIRCASE-ESCALANTE N.P.

C’est un parc libre d’accès, qui dans sa partie sud, est situé juste à côté de VERMILION CLIFFS N.M., et dans sa partie nord il touche au P.N. CAPITOLE REEF où nous étions il y a une dizaine de jours (avant BRICE CANYON).

Nous arrivons à PAGE peu de temps après. Nous sommes maintenant dans l’ARIZONA.

Nous allons sur les sites d’ANTELOPE CANYON, pour voir s’il faut réserver pour la visite de demain. A cette époque de l’année ce n’est pas nécessaire, il suffit d’arriver 15 mn avant l’heure du tour choisi.

Nous tournons un peu dans la ville. Il y a une avenue où se trouve une bonne dizaine d’églises de religions différentes, et on va s’installer sur le parking de WALMART.

Une petite photo pour nos voyageurs normands rencontrés au Grand Canyon et surtout  attention à LOS ANGELES il y a beaucoup d’incendie.

 

Ce contenu a été publié dans Arizona, U.S.A., Utah. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à EDMAIER’S SECRET – TOADSTOOL HOODOOS

  1. levigneur dit :

    Bonjour Geneviève et Bernard,
    Vous nous gâtez avec toutes ces vues panoramiques.
    Il faut être courageux et intrépide pour se lancer dans toutes ces balades
    et une petite dose d’inconscience!!!!!!
    Bonne continuation et bises à tous les deux

  2. queron dit :

    La règle d’or des randonneurs : quand on se trompe de chemin on revient sur ses pas pour prendre le bon.Sinon : égarement et risques divers.
    Cela aurait été dommage que l’on retrouve au bout de quelques semaines une Gégé amaigrie voire asséchée errant dans le désert……

  3. MARIN DANIEL dit :

    Geneviève, prudence… tu ne peux pas prendre le risque de nous priver de ces images magnifiques ! Gros bisous à vous deux

  4. alain et fina dit :

    dommage que tu n’es pas pris la bonne entrée à peine qql centaines de mètres plus loin au bout de la bande de sable, car la partie haute est celle où il y a toutes les roches dentelles (c’est d’ailleurs pour cela que les rangers ne donnent aucune indication car beaucoup trop fragile) et il y a les brainstones , au bout de la vallée au sud (là où tu as le drapeau orange avec l’étoile) il y aussi des waves.
    il va falloir que vous y retourniez :-)))
    en tout cas bravo pour les reportages !

    • Genevieve dit :

      J’aurais aimé y retourner surtout lorsque nous sommes repassés auprès, j’ai tenté le coup mais il a été inflexible. Je suis un peu frustrée de n’avoir pas pu faire plus de marches dans Vermillon Cliff, je pense que c’est mon endroit préféré.
      A bientôt sur la route

  5. Amsellem pascale dit :

    Je crois bien que mes yeux sont restés dans les Vagues…et je vois que pour vous l’aventure continue. J’adore le look jeune baroudeur de Bernard. Il semble avoir du mal à retenir sa vigoureuse gazelle. On compte sur toi pour la contenir .Ça doit être plus difficile que de conduire votre précieux camper.je n’ai pas encore repèrer quand vous vous posez-reposez.
    Encore plein de bravo et de merci pour ce partage. A bientôt

    • Genevieve dit :

      Oh tu exagéres, tu me connais moi qui suit si douce et si flexible…
      Vrai on ne s’était pas encore reposés car le mauvais temps risque d’arriver et nous voulions faire une grande partie des parcs avant que les routes ne soient fermées. Maintenant nous approchons de las Vegas et nous sommes au bord d’un lac à ne rien faire et la température est clémente.
      Bisous a vous 3

  6. simon serge dit :

    Un lapin à grandes oreilles, ça s’appelle un lièvre , non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *