DE SAN DIEGO A LOS ANGELES

DU 10 MARS AU 18 MARS 2018

DIMANCHE

Nous voilà en Californie le décor change aussitôt : plus de déchets au bord de la route, plus de cabanes (je n’ose dire des taudis) mais de belles maisons plus ou moins grandes, plus de maudits ralentisseurs (les TOPES), distances et limitations de vitesse en miles, et des routes impeccables.

Nous avons pris beaucoup de retard dans la file d’attente à la frontière et il est déjà tard, mais ici on risque moins de surprise sur les routes, nous décidons d’aller tout de même jusqu’à SAN DIEGO situé à 85 kms de TECATE.

Nous y arrivons, il fait nuit. La ville est située tout près de la frontière mexicaine de TIJUANA, mais comme il s’agit de la frontière où passent tous les clandestins, il est recommandé de l’éviter. Nous ne l’avons pas prise, comme font beaucoup de voyageurs.

Nous avons plusieurs points de bivouac sur IOVERLANDER, nous nous rendons à plusieurs, distants d’une dizaine de kilomètres, mais les endroits sont tous fermés par une grande barrière. A la plage c’est la même chose, il y a des barrières qui nous empêchent de nous en approcher. Il est 11 h du soir, Bernard commence à en avoir marre et je le comprends (moi aussi). Dans beaucoup de quartier, c’est inscrit partout : interdit la nuit. Pas question non plus d’aller sur les Walmart, ils sont tous interdits également.

Nous trouvons finalement une « petite » avenue résidentielle, avec des parcmètres et beaucoup de places, on s’installe devant un mur en évitant de nous installer devant une maison. Nous y passerons une nuit excellente, il n’y avait pas de circulation. (Halo Street, 2 rue parallèle au sud de Coronado Av.) Nous sommes près de la mer.

LUNDI

Par contre, il a plu et il a fallu que nous remettions une couverture en plus de la couette.

On déjeune tranquillement, puis nous allons à la découverte de cette ville, dont nous avons entendu beaucoup de bien. Elle est très étendue avec plus de 1,3 million d’habitants et une agglomération de plus de 3 millions. Elle est à 120 miles de Los Angeles.

Les rues sont propres et la circulation n’est pas trop difficile grâce à ses artères très larges, malheureusement nous ne trouvons pas de stationnement. Les parkings ont l’air privé, il n’y a pas de place sur les endroits où se trouvent les parcmètres. Et surtout il pleut.

Nous allons faire un tour dans la ville en voiture en restant dans le coin.

Ici, et comme nous le verrons à Los Angeles, les camions ordures sont mécanisés, il n’y a que le chauffeur.

Même au haut des grues, il y a le drapeau américain. Nous en verrons sur des voitures et sur la moitié des maisons.

Pour aller un peu plus au nord de la ville, nous allons prendre la péninsule de Coronado Island. La mer est démontée, il pleut moins, mais nous n’avons pas envie de nous y promener.

Le mythique hôtel Del Coronado, construit en 1888, en bois blanc avec ses tourelles en briques rouges.

En traversant la presqu’île, occupée par moitié par une base militaire, on  voit de belles demeures, c’est le quartier huppé de SAN DIEGO.

Les gens sont habillés comme en plein hiver avec des anoraks. Certainement le même temps que vous avez en Normandie.

Le pont par lequel nous quittons la péninsule, et les chantiers en dessous :

 

Nous allons maintenant nous promener sur les quais, il y a la queue à l’entrée du parking près du porte avion que nous voulions visiter. Nous essayons tout de même, mais la moitié du parking est réservé, c’est-à-dire que pour 10 $ de plus, on peut laisser nos clefs à un service valet qui va la stationner dans cet endroit réservé et qui nous la rapportera au moment de partir.

Comme aucune place ne se libère, je vais être obligée de descendre seule du véhicule, juste pour faire quelques photos.

Ce porte-avion USS MIDWAY qui a été transformé en un gigantesque musée flottant mesure presque 300 mètres de long et 61000 tonnes, il a été construit durant la 2ème guerre mondiale. C’est maintenant un musée.

Juste à côté une magnifique sculpture de 7.50 m de haut : un marin embrassant une infirmière

Nous sommes un peu énervés, et décidons de quitter la ville.  C’est trop compliqué pour stationner et la la pluie et le froid n’aident pas. Nous sommes tout de même un peu désespérés de n’être pas allés  visiter le Musée Maritime avec les 7 bateaux que nous apercevons du quai.

Nous loupons également la visite du parc de Balboa et la vieille ville.

Si nous avions eu des enfants, nous serions allés à LEGOLAND :  22000 constructions en Lego créées à partir de 52 millions de briques. La plus grosse construction est faite avec plus de 2 millions de pièces.

N’ayons plus de regrets, nous prenons la route qui longe la mer mais pas l’autoroute (je rappelle que les autoroutes sont gratuits), pour rejoindre LOS ANGELES à 120 miles.

Les villages en quittant SAN DIEGO, sont magnifiques, et comme dirait notre copain Jean « ça sent le pognon, par ici »

 

Voilà le genre d’avenues qui les traversent.

Vers 18 h, à LA LAGUNA MIGUEL nous cherchons notre bivouac, nous avons longé la mer. Il y a une multitude de parkings payants  mais tous ferment le soir à 10 h, nous avons peur de nous faire virer.

Tous les points indiqués sur Ioverlander sont faux.

Nous nous installons dans une rue commerçante, avec des parcmètres, il est 19h et il n’y a plus personne dans les rues, nous passerons une excellente nuit.

MARDI

Il a plu toute la nuit et ce matin il fait du beau soleil. La journée va être épuisante, il faut qu’on trouve un gardiennage pour les 5 semaines où nous serons absents.

Nous sommes à 70 kms de l’aéroport de Los Angeles. Nous commençons à chercher. Rien sauf un à 50 kms, mais un peu cher, on le garde sous le coude.

A 35 kms, il reste un peu de place mais ils ne sont pas très commerçants, il faudra payer dès qu’on s’enregistre. Ensuite, ils ne veulent pas prendre de véhicules étrangers car ils veulent une assurance, on leur dit pas de problème. Alors là ils veulent bien et commencent à nous faire remplir un dossier. Le gars n’est pas très sympa, mais on fera affaire tout de même, il faut juste qu’on se décide si on attend le jour de notre départ (dans une semaine) ou si on s’enregistre maintenant. On choisit la 2ème solution. Au bout d’une heure les papiers sont faits et nous avons réglé le mois et demi.

Ils ont dans leur dépôt 700 campings-cars et effectivement il ne reste pas beaucoup de place, peut être une dizaine.

Nous sommes maintenant tranquilles et nous allons pouvoir passer une semaine cool.

Nous avions d’autres adresses un peu plus près de l’aéroport, mais nous sommes fatigués de chercher. Nous prendrons UBER lundi prochain.

A 4 kms, nous trouvons un bivouac sur le parking d’un « Home Dépôt » (le Castorama local).

Il y a juste 2 derricks aux 2 extrémités du parking  qui fonctionnent nuit et jour. On ne sait pas ce qu’ils pompent. Dans le coin il y en a plusieurs.

MERCREDI

Maintenant nous allons visiter LOS ANGELES, beaucoup de voyageurs ne nous en disent pas beaucoup de bien. Mais il nous reste 5 jours avant de prendre l’avion, nous allons essayer d’en profiter au maximum.

La ville et son agglomération s’étendent sur 100 kms de long et comprennent 20 millions d’habitants. C’est la plus grande ville de Californie et l’une des plus grandes des Etats Unis.

Nous sommes déjà dans l’agglomération, nous allons rejoindre la côte tranquillement, à quelques kilomètres à LONG BEACH. Il fait nettement meilleur qu’à SAN DIEGO, dans la journée la température dépasse les 20° et nous avons du soleil, au loin nous voyons des montagnes enneigées.

Nous prenons une route dans la ville qui est en pleine effervescence, on est en train d’installer d’immenses gradins.  Tout à coup Bernard me dit qu’il s’agit du circuit automobile de Formule 1 « TOYOTA Grand Prix de LONG BEACH ». Effectivement il a lieu le 12 avril prochain. Il s’agit de la plus vieille course automobile américaine disputée sur un circuit urbain.

(pas de moi la photo)

Nous sommes juste à côté de la marina

et nous allons voir de plus près le QUEEN MARY qui a été transformé en hôtel restaurant pour une clientèle sélecte. Il est ici depuis 1967 après 33 ans de service en mer.

A ses pieds, le Scorpion, un authentique sous-marin nucléaire soviétique

Tout cela se visite, le sous marin : 15 dollars, le bateau 45 $, le parking 15 $ pour 2 heures. Nous ne restons sur le parking que les 30 mn gratuites. Ne pensez pas trop que nous sommes radins, mais il faut faire un choix. Toutes les visites sont à des prix élevés dans le coin et les parkings vont de 10 $ à 50 $.

Ce soir nous dormons gratuitement sur le parking d’un Walmart, bien que ce soit inscrit « no overnight », pas très loin de SANTA MONICA

 

JEUDI

Promenade au bord de la mer de SANTA MONICA, qui fait partie de la ville de LOS ANGELES.

De temps en temps de beaux graffitis sur les maisons.

Nous avons droit à 2 heures de stationnement mais il n’y a pas de parcmètres ni de disque. On ne sait pas comment la police fait pour contrôler le temps, peut être est-ce fondé sur le civisme des gens, il faut y croire (nous ne sommes pas en France).  Quelqu’un nous dit qu’ils marquent d’une croix blanche un pneu de notre voiture et n’hésitent pas à verbaliser si le véhicule est toujours là à leur 2eme passage une fois le temps écoulé. On ne comprend rien, on ne voit aucune croix sur aucun pneu et aucun policier et cela nous semble tellement bizarre.

De toute façon, nous reviendrons sagement au bout de nos 2 h, on ne va pas risquer l’amende et encore moins de se faire enlever la voiture.

Dans la rue qui descend à la mer, on peut lire ce panneau.

Ici il faut comprendre : Pas de parking la nuit entre 22 h et 7 h du matin, 2 h de parking payant dans la journée, et le mercredi nettoyage des rues entre 10 h et midi, donc interdit. Quant à la Zone 3, nous cherchons encore ce que cela signifie.

Comprendre si on a le droit de se garer est un exercice mental parfois exigeant.

En tout cas, pour l’instant direction la plage, qui est magnifique. J’oubliais ce matin, il fait un beau soleil et pas trop froid.

On se promène le long de l’océan. Personne ne se baigne et les postes de secours sur pilotis sont vides, dommage j’aurais aimé voir les sauveteurs d’Alerte à Malibu.

Par contre nous verrons beaucoup de joggeurs, des rollers, des trottinettes et des vélos, que l’on trouve à louer tous les 20 mètres.

Et aussi ces installations sportives directement sur le sable.

Nous allons aller jusqu’à la jetée construite entre 1909 et 1916. Elle mesure plus de 500 m de long. Il y a du monde et des spectacles

La plage vue d’en haut

Et la police à l’extrémité. Au loin nous avons aperçu des phoques (je crois)

A l’entrée on peut voir se magnifique Carousel datant de 1920.

C’est ici que se termine la Route 66.

Nous retournons au camper et nous mangerons où nous sommes stationnés, pas de contravention et pas de police dans les environs.

Nous allons maintenant dans les quartiers (touristiques) du centre de LOS ANGELES.

Nous ne sommes toujours pas passionnés par les mégalopoles, mais passer si proche de cette ville, sans s’arrêter, ce serait tout de même dommage. L’approche sera chaude. Autoroutes à deux fois 6-7 voies, autoponts en spirales à quarante mètres du sol, bretelles à tous les étages, et avec cela des milliers de véhicules, c’est un véritable plongeon dans une fourmilière urbaine démentielle. J’essaie d’assurer comme un GPS pour guider Bernard dans ce tourbillon. Dès fois cela ne marche pas, il faut faire demi-tour, mais on s’en sort bien finalement.

Il va nous falloir trouver à nous garer. On appréhende un peu que ce soit comme à SAN DIEGO. Mais non, il y a ici beaucoup de parcmètres pour 1 $ l’heure avec un maximum de 2 h. On espère qu’ils ne sont pas pour les résidents.

Nous avons décidé de commencer la visite par BEVERLY HILLS.

Quartier très chic connu pour être la résidence de nombreuses stars et célébrités du cinéma et de la musique. Ici les grosses voitures se comptent par dizaines. Et les maisons immenses sont impressionnantes. Quant à la propreté des rues, on pourrait manger par terre.

Nous voyons des voitures de luxe comme s’il en pleuvait

Mais aussi des trottinettes électriques, qu’on loue et qu’on laisse n’importe où sur le trottoir.

Nous ferons aujourd’hui la visite en voiture. D’abord Rodéo Drive, c’est la rue commerçante mondialement connue pour ses boutiques de luxes

 

Nous allons nous promener dans les rues avoisinantes, pour voir les « petites résidences » non cachées par des clôtures, comme celles que nous irons voir l’après midi.

Toutes celles là sont de petites maisons à quelques mètres de la rue.

On continue un peu plus loin

Nous allons stationner dans une rue perpendiculaire à l’avenue Melrose, car nous avons remarqué que dans tous les grands boulevards, les petites rues résidentielles perpendiculaires ont 3 parcmètres l’entrée et la nuit on peut s’y garer.

Melrose Avenue, soit disant une avenue pour faire du shopping. Nous avons déambulé sur la partie la plus intéressante d’après mon guide, et bien ce n’est vraiment pas notre genre, peut être pour les jeunes de 16/20 ans.

La première chose qu’on y a découvert c’est ce magasin :

 

Les gens viennent juste pour caresser les chats et jouer avec eux.

Salon de coiffure pour homme

Des perruques pour hommes.  Est-ce que quelqu’un peut mettre ça !

Boulevard vraiment décevant.

Par contre, nous sommes bien installés pour dormir. Un résident va venir nous faire la causette, sa mère est française, il parle un peu français et il est directeur dans une société de télévision. Nous lui poserons quelques questions (par exemple les stationnements).

VENDREDI

Journée visite aujourd’hui. Nous sommes donc stationnés dans Beverly Hills et pas très loin du quartier d’Hollywood. Nous partons donc là-bas. Les boutiques sont encore fermées et il n’y a pas grand monde.

Nous cherchons comme toujours un parking et entrons dans le premier juste sur l’avenue, 50 $ pour la journée, on refuse il nous propose 30 $ mais l’on part. Il y a des parcmètres dans toutes les rues perpendiculaires mais on ne peut pas y rester plus de 2 heures. Les autres parkins dans les rues sont à 15 $ la journée. Un jeune nous accoste et nous propose un tour en bus, on lui dit qu’on ne veut pas et on lui demande de nous aider pour payer le parcmètres avec la carte VISA. Il semblerait qu’il ne fonctionne pas. Il nous dit que 2 rues plus loin il y a un parking près de Sunset Bd, à 10 $. De ce pas, nous y allons, nous sommes tranquilles pour la journée. C’est plus économique qu’à PARIS.

Nous allons passer la journée à faire Hollywood Boulevard et marcher dans les pas des stars sur Walk of Fame,

C’est ici que l’on peut s’amuser à retrouver les nom de nos stars préférées, incrustées dans le trottoir. On en compte plus de 2.600 rendant hommage, depuis 1958, à des célébrités du spectacle. La plupart des noms nous sont inconnus.

Aujourd’hui, 2 nouvelles étoiles sont inaugurées chaque mois. Chaque heureux lauréat a dû s’acquitter de 30,000 $ (une broutille pour eux).

Elvis, Michael Jackson, Elisabeth Taylor, Richard Burton, Jerry  Lewis, et beaucoup d’autres. Mais aussi :

Le seul français que nous ayons vu, mais il peut y en avoir d’autres, nous avons marché ici pendant plusieurs heures et on se lasse de regarder nos pieds.

A l’entrée du boulevard, une sculpture en acier inoxydable des « Four Ladies Of Hollywood » 4 grandes actrices du début du siècle : Mae West, Dorothy Dandridge, Anna May Wong et Dolores Del Rio. (inconnues pour nous).

Le « Chinese Theater », construit en 1926 qui présente en avant-première les grosses productions hollywoodiennes. La cérémonie des Oscars s’y déroulait de 1944 à 1946. Actuellement la salle a été rénovée pour accueillir l’un des plus grands écrans IMAX au monde (29 m par 14).

Juste à ses pieds, les empreintes de mains et de pieds laissées dans le béton par les plus grandes stars du cinéma.

L’affiche du spectacles « des Misérables »

L’entrée du musée du Livre des Records

Le premier immeuble construit dans Hollywood

Entre toutes ces visites on s’amuse un peu

 

L’entrée du centre commercial de 36000 m2, inauguré en 2001.

Nous y faisons un tour pendant 5 mn.

Pantages Theater. De 1949 à 1959, la cérémonie des Oscars se tenait ici

Le Capitol Records Building, grande tour circulaire construite en 1956 (aujourd’hui en travaux) et rappelant un empilement de vinyles 45 tours sur un plateau de tourne-disques. Elle abrite plusieurs studios d’enregistrement.

On s’arrête pour manger chez Mac Do, à vrai dire nous ne trouvons pas grand chose pour déjeuner sauf des restaurants mexicains.

Vers 16 h, nous allons prendre un tour en petit véhicule découvert, contenant 12 personnes, qui nous fait visiter un peu le quartier mais surtout les résidences des stars dans les collines de BEVERLY HILL. Le tour prendra 2 heures. On ne va pas comprendre les explications, de temps en temps on relèvera le nom du propriétaire de la villa.

Un café ancien, renommé :

On commence les propriétés

Mais on verra surtout les portails

Le panneau en arc de cercle très connu :

Une fille qui était avec nous le bus

et 2 maisons prises au zoom au loin sur la colline

Nous rentrons en fin de journée et retournons où nous étions stationnés la veille. Malheureusement il n’y a plus de place, on en trouve une dans une petite rue à 500 m, près de cette belle maison

La nuit sera des plus tranquilles.

SAMEDI

Je suis tellement déçue que je ne ferai pas de commentaires sur notre journée d’aujourd’hui. Vers 18 h, je veux enlever une photo de mon appareil, je dois faire une fausse manœuvre et je vide ma carte. Si bien que je perds les photos de toute la journée. Une chance : tous les soirs, je transfère les photos sur mon ordinateur. J’ai donc une sauvegarde de celles des jours précédents.

Le matin nous sommes allés dans le vieux quartier de Los Angeles, à DOWNTON, nous avons mangé dans le marché, Bernard d’un fish and chips et moi une salade aux crevettes.

Nous avons vu d’anciens monuments et des gratte-ciels. Nous essaierons d’y revenir en mai.

L’après-midi, nous avons fait un circuit dans les collines de la ville et y avons vu des propriétés incroyables. J’avais pris des photos car on a une vue plongeante sur certaines.

On s’est juste approché des studios de cinéma. Encore une visite à des prix inabordables, 120 $ par personne et le parking 50 $. Il y a pourtant une file de voitures qui attendaient pour rentrer sur les parkings.

Nous avons fini la journée dans la RODEO DRIVE que nous avions faite en voiture, juste pour voir les magasins.

DIMANCHE

On dort à SANTA MONICA dans une rue résidentielle près de la plage

Quelques maisons de la rue 

Un petit tour sur la promenade, où il n’y a que des sportifs

Lavage du linge puis on décide d’aller à MALIBU. Mais un dimanche, l’idée n’était vraiment pas bonne. Files de voitures interminables et accès aux plages impossibles. On fait demi-tour et par la même route, avec les mêmes embouteillages, on rejoint le gardiennage où nous laisserons notre véhicule. Il faut absolument qu’on vide nos cuves et là-bas, on peut le faire. Il est 17 h lorsque nous y arrivons.

On retourne sur notre parking à côté à HOME DEPOT et le lendemain, on fait les valises, et du nettoyage dans le camper.

Et maintenant où va-t-on ???

Maintenant vous avez trouvé. SYDNEY où nos amis nous laissent leur maison à notre disposition.

 

Ce contenu a été publié dans Californie, U.S.A.. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à DE SAN DIEGO A LOS ANGELES

  1. marlene decayeux dit :

    Merci encore de continuer à me faire rêver. Bon voyage en Australie. Bisous. Marlène.

  2. SERGE DABOUSSY dit :

    Salut les veinards,on as du mal à payer les parkings et on s’envole à Sydney ,vous vous emmerdez pas ,tant mieux,il parait que c’est une des villes les plus cool du monde,bon voyage,bises,Serge

  3. bouyer jacques dit :

    bonjour, pouvez vous me donner votre adresse de storage à LA ainsi que une idée du prix pour un mois! merci pour votre blog voyage que je suis assidument
    amicalement
    Jacques

  4. MARIN Daniel dit :

    Bon séjour à Sydney et gros bisous à vous deux
    EVELYNE et DANIEL

Répondre à MARIN Daniel Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.