SYDNEY

DU 18 MARS AU 25 MARS 2018

Alors la surprise était bonne ??? Et oui, nous ne nous en faisons pas de trop, comme nous le font remarquer certains amis !

Du gardiennage, nous prenons un taxi avec UBER, ici c’est d’une facilité, on s’inscrit sur le site, on fait la demande en ligne, on règle et 5 mn après le taxi est devant notre porte. Nous avions le choix entre plusieurs horaires. 22 E pour faire une trentaine de kilomètres.

Nous voilà à l’aéroport. Je n’ai pas pu faire mon check in en ligne, mais pour Bernard pas de problème.

Nous décidons donc de partir assez tôt.  nous arrivons à 17 h 30 pour un décollage à 22 h. Et bien figurez vous qu’on a eu peur de rater l’avion et surtout que moi je ne puisse pas partir!

Pour l’Australie, comme pour le Canada, il faut faire une demande sur internet d’un Visa, genre ESTA. A peine terminé l’inscription, on nous informe que notre demande est acceptée. C’est tout, rien d’autre à faire, c’est enregistré directement dans leurs services.

Lorsque nous allons à l’enregistrement, j’ai un problème, on me dit que mon Visa ne porte pas le même nom que sur mon passeport et qu’il faut en refaire un autre. J’ai mis mon nom de femme mariée et non pas mon nom de jeune fille suivi de mon nom d’épouse.

Je vais donc devoir en refaire un autre (nous avions payés une soixante d’euros il y a 15 jours). Je vais sur un premier site sans faire très attention et je fais ma demande : je règle 39 dollars. Et on attend, près du guichet d’enregistrement où il n’y a pas de file d’attente.

3/4 d’heure après toujours rien, je commence à stresser. Le gars vient nous voir régulièrement pour savoir où nous en sommes. Je retourne sur le site où j’ai fait  ma demande et là je m’aperçois que je l’ai certainement faite sur un site bidon (E-VISUMS.FR). On peut les appeler dans la journée mais en Europe c’est la nuit. Je ne peux donc rien faire, si ce n’est de leur demander d’annuler ma demande.

Je pense qu’il s’agit d’un site qui peut effectuer notre demande à notre place, ce qui ne sert absolument à rien, puisqu’il faut remplir exactement la même chose que sur le site officiel. Mais le lendemain j’avais un message qui m’informait que j’avais mon visa, je ne sais pas si c’est vrai ou pas.

En tout cas à 19 h, nous en sommes toujours au même point. L’employé me dit que je peux aller au guichet d’enregistrement de VIRGIN (compagnie aérienne australienne) et qu’ils vont m’en faire un. Il aurait pu me le dire avant !

J’y vais, c’est situé dans un autre terminal. Pas de problème, j’explique mon cas : que j’en ai déjà un mais que le nom ne correspond pas,  la fille me le fait et me dit que dans 10 mn, il sera au guichet de DELTA. Je repars (j’aurais dû attendre).

1/2 h après, toujours rien reçu. Ce brave employé de l’enregistrement ferme son guichet et m’emmène chez VIRGIN, la fille lui dit qu’elle n’a pas pu le faire et qu’il faut aller dans un autre terminal chez QUANTAS. Il m’accompagne, et on m’informe que je vais devoir  régler un nouveau VISA. Pas de problème, j’aurais donné n’importe quoi. 5 mn après, j’ai mon VISA et gratuitement, avec le reçu prouvant qu’il est valable un an.

Ouf, ouf, il est presque 21 h, je marche devant l’employé pour aller plus vite, mais lui il prend son temps et va même aller aux toilettes en cours de route.

Vous imaginez mon stress, moi qui galope tout le temps.

Enfin, nous avons nos deux enregistrements et on peut aller dans la zone d’embarquement. Pas de douane, aucune queue nulle part, tout se fait électroniquement, sans employé. On souffle un peu, nous n’aurons pas grand temps pour faire les boutiques…

Imaginez cette histoire en France, est-ce que quelqu’un aurait perdu plus d’une demi heure pour m’accompagner dans mes démarches ? Je n’en suis pas sure. Attention pour les autres voyageurs : ne pensez pas qu’on peut avoir un visa gratuitement à l’aéroport, j’en avais déjà un valide.

Maintenant 15 heures de vol, avec un décollage à 22 h. On peut faire notre nuit, aidé par un Stilnoz. On va regarder 3 films et finalement, le temps nous a paru assez court.

MERCREDI 20 MARS

Nous sommes partis lundi soir et nous arrivons à SYDNEY le mercredi matin, nous avons sauté la journée du mardi. 18 h de décalage horaire avec LOS ANGELES et 12 h avec la France.

La baie de Sydney

Après les formalités, effectuées toujours électroniquement, on va au guichet de l’information et on tombe sur une personne (française) qui vit ici depuis 35 ans et qui habitait à HOULGATE dans notre département.

Le train nous emmène à CIRCULAR QUAY, où nos amis nous attendent.

1ere vue du pont à travers les quais, on ne voit pas encore l’Opéra

Jacques, que j’avais rencontré en 2000 lors de mon séjour ici, nous laisse son appartement et il va chez son amie Dona qui habite à 10 mn de chez lui. Ils sont venus 2 fois nous rendre visite en France. Il est français d’origine, ses parents sont venus en Australie lorsqu’il était jeune. Par contre Dona ne parle pas un mot de français, mais j’arrive à la comprendre un peu mieux que je ne comprends les américains.

Ils ont pris une journée de maladie, on va rester à discuter.

Nous ne souffrons pas trop du décalage horaire, on s’est réveillé 2 fois dans la nuit.

Hier nous avions du soleil, mais ce matin il pleut. Nous avions l’intention d’aller en bus dans le centre de Sydney, mais je dois faire un boeuf bourguignon. n décide de rester ici. La température est agréable malgré la pluie, il fait 23°/25°.

Nous avons reçu un message d’ARIANE, nous informant qu’il y a des cyclones dans la région où nous devons aller…

Mais que deviens LUCILE, notre amie qui doit nous rejoindre pour les 3 semaines que nous passons en camping-car et qui devait arriver ce matin à 7 H ?

Hier, coup de fil, elle devait embarquer à 10 h de Paris, mais l’avion a un problème, elle ne part pas. Récupération des bagages et les voyageurs ne partiront que le lendemain, on les emmène à l’hôtel. Elle n’arrivera tout compte fait qu’avec une journée de retard.

En mangeant, le soir dans le jardin, un kokabura tombe dans le jardin, pas trop craintif, peut être un bébé tombé du ciel.

et là, c’est au petit déjeuner le lendemain matin, ils font un bruit infernal.

Visite de SYDNEY jusqu’à notre départ pour CAIRNS dans le nord.

SYDNEY est construite autour de l’une des plus belles baies de la planète.

Une population de 5,25 millions d’habitants sur près de 12 300 km2, Sydney est la ville la plus peuplée d’Australie, devant Melbourne et Brisbane, et de tout le continent Océanie.

C’est le deuxième siège après Canberra, la capitale, et deuxième lieu officiel de résidence du gouverneur général d’Australie, du Premier ministre d’Australie et du gouvernement australien. On y parle 250 langues différentes et un tiers des habitants parle une autre langue que l’anglais chez eux.

Nous avons un bus direct qui nous emmène au centre ville, malheureusement on ne l’a pas trouvé, nous prenons donc un bus et le métro.

Nous allons cavaler toute la journée, et le soir nos amis nous dirons que nous avons tout vu à SYDNEY.

L‘Opéra conçu par l’architecte danois Jorn Utzon est classé au patrimoine mondial. Sa construction  de 1958 à 1973, est achevée par un groupe d’architectes locaux.

Longueur 183 mètres, largeur 120 mètres, superficie 1,8 hectare ; il est supporté par 580 piliers de béton qui s’enfoncent jusqu’à 25 mètres sous le niveau de la mer.

Circular Quay

La plus ancienne demeure de la ville, construite en 1816.

Le pont de Sydney (Harbour Bridge) a été inauguré en 1932, il enjambe la baie à l’un de ses points les plus étroits.

Campbeel Cove bâtiment construit en 1839 par un écossais pour abriter son stock de thé, d’alcool, de sucre et de tissus.

On continue la promenade sur les quais de Walsh Bay 

Le pub le plus ancien de Sydney

ARGYLE PLACE

The Rocks  est un quartier doté de petites rues historiques près de Harbour Bridge. Les habitants et les touristes se rassemblent au marché en plein air Rocks Markets, qui propose de la cuisine de rue et des articles de mode faits à la main. Nous déjeunons dans un restaurant italien.

Toujours sur Circular Quay, des bateaux de croisières s’y amarrent.

Le temps est bien sombre, mais nous n’aurons pas de pluie.

Nous traversons le jardin botanique. A l’intérieur de cet immense jardin, fondé en 1816, la maison du Gouverneur

Nous rejoignons l’hôtel de ville et la cathédrale, où le passé et le présent se mélangent.

On arrive au Queen Victoria Building :

La statue de la Reine Victoria devant :

La Cathédrale

l’hôtel de ville juste à côté

Dans le métro (on est un peu fatigué, non ?)

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les rues, les ibis se promènent et aussi une macpie

Un petit tour à Chinatown

Dimanche matin, nous partons en voiture avec Dona et Jacques au marché aux poissons, nous y mangeons et ensuite ils rentrent et nous nous allons continuer à déambuler dans les environs.

Il y a des poissons ou des coquillages inconnus pour nous

Des ormeaux

On lave les huitres et on les vend ouvertes

Les filets sont prêts à être coupés très fin pour faire les sushis.

Peut-être la langue de la coquille Saint Jacques :

Les asiatiques préfèrent manger les têtes (en Asie j’ai vu des têtes qui valaient plus chères que le poisson par lui-même)

et bien sur les ailerons

Des crabes bleus

Le marché est bordé de restaurants avec beaucoup d’asiatiques attablés.

Et voilà ce que l’on y trouve à manger

Nous avons envie de tout, malheureusement nous allons à l’extérieur du marché et nous prendrons du classique (mais nous y reviendrons seuls), Jacques n’aime pas manger en communauté.

Aussi bien le poisson à vendre aux particuliers que la nourriture, tout nous parait propre et très frais.

DARLING HARBOURG que je ne reconnais pas du tout, en 2000 il y avait de petits restos bon marché, aujourd’hui c’est plutôt du luxe et très touristique.

Visite du Chinese Garden of Friendship

Nous prenons le ferry pour visiter la baie et aller jusqu’à MANLY PLAGE

L’Opéra vu du bateau

Le jardin botanique :

Un bateau au loin sur l’océan

L’arrivée sur MANLY, ici par contre cela n’a pas trop changé. 

Et pour finir la plage

Nous rentrons le dimanche soir pour un barbecue chez nos amis et demain lundi nous prendrons la route pour 3.000 kms jusqu’à CAIRNS. Nous avons loué une voiture et coucherons à l’hôtel les 900 premiers kilomètres puis un camping-car à partir de BRISBANE car il n’y en avait plus au départ de SYDNEY

L’aventure continue….

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Australie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à SYDNEY

  1. SERGE DABOUSSY dit :

    Ne le fatigue pas trop,il a l’air crevé papi;mais vu les langoustes,il à pu se refaire une santé,beau reportage Geneviève,grosses bises à vous veinards ,Serge

    • Genevieve dit :

      Tu as raison il c’est refait une santé qu’il n’avait pas perdue.
      On profite bien de ce nouveaux continent malheureusement il pleut et le ciel est souvent gris

  2. philippe dit :

    Ah ces anciens, ils sont terribles, le démon du voyage les ronge….

    • Genevieve dit :

      Quelle surprise ! Cela fait plaisir de voir que vous nous suivez toujours. J’espère que pour vous ça baigne et que peut être vous avez des projets.
      Les vieux vous embrasse.

  3. Claudine et Bernard dit :

    Bonjour tous les deux
    Toujours plus surprenants à chaque fois: vous voilà arrivés à Sidney
    Bravo pour la performance: nous sommes fascinés là encore: en plus on découvre après les paysages nouveaux, des animaux dont on ne connaissait pas l’existence.
    A l’heure du déjeuner, cela nous donne faim aussi: peut-être ramènerez-vous de nouvelles recettes. En tout cas, Bon séjour australien!

  4. simon serge dit :

    Merci pour cette belle promenade
    J’ai bien apprécié la visite du marché aux poissons et du restaurant : on a effectivement envie de goûter à tout
    à bientôt

    • Genevieve dit :

      Je vois que tu n’as plus de retard, pourtant avec tout le boulot que tu dois avoir je comprendrais. Laisses en un peu a Bernard pour octobre qu’il se remette sérieusement au travail après 4 ans de vacances. Bisous a vous 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.