DE SYDNEY A CANBERRA

FIN DE L’AUSTRALIE

Voilà nous terminons notre escapade en AUSTRALIE, où nous étions venus pensant qu’il allait faire un meilleur temps qu’en Californie, malheureusement je ne pense que ce soit le cas, car nous n’avons pas eu très beau temps. Il a fait toujours chaud, mais le ciel était plutôt gris.

Malgré cela nous avons été très enchantés  de ce voyage, j’ai été contente d’y revenir et de faire connaître ce pays à Bernard et à Lucile. Nous aurions aimé aller dans le centre rouge, à ULURU, le monolithe le plus célèbre du monde,  mais nous n’avons pas trouvé d’hôtels pour une nuit, il fallait rester 3 nuits ou plus, car nous sommes en pleines vacances scolaires, même les avions étaient à des prix exorbitants, il aurait fallu s’y prendre 3 mois à l’avance.

Nous avons fait environ 5.000 kilomètres. Le prix de l’essence est aux alentours de 95 cts d’euros.

1 $ = 0.60 cts d’euros.

Les cigarettes : 30 à 40 dollars (19 a 25€). Bernard a ralenti sa consommation 1 paquet pour 3 jours et il avait emmené une cartouche.

Comptez  10$ pour un repas dans un fast-food, 10 à 20$ pour un fish and chips, 20 à 30$ pour un repas au restaurant, sans entrée, sans dessert, ni vin (mais depuis 4 ans nous avons pris l’habitude de ne manger qu’un plat). On apporte sa bouteille de vin au restaurant car ils n’ont pas tous une licence pour en vendre.

Les prix dans les supermarchés sont similaires ou légèrement inférieurs à ceux pratiqués en France, mais le choix est plus limité, en particulier pour le fromage et les morceaux de viande que nous avons l’habitude d’acheter (pas question de faire une blanquette ou même un bourguignon). On s’est régalé de bœuf à griller. La nourriture que nous avons trouvé ici était bien meilleure et beaucoup plus variée que partout durant notre voyage. Il y a un peu de charcuterie, du vrai jambon, du chocolat, des fruits, du poissons et des crustacés tout le long de la côte.

En Australie, les restaurants ferment souvent avant 20h (17h pour les cafés ) et ceux qui sont ouverts le soir proposent généralement un menu moins cher pour le midi. Nous avons eu du mal à trouver des restaurants autres que les chinois, thaï, indiens et pizza. C’est pour cela que nous avons été dans les clubs sportifs. Dans chaque village il y en a, on y mange de la bonne nourriture australienne.

Les excursions sont assez chères. Pas d’autoroutes payantes (sauf aux abords de Sydney et Brisbane mais nous n’avons rien payé, cela devait être inclus dans la location de la voiture).

Il y a énormément d’asiatiques dans les villes, à CAIRNS on entend plus parler le chinois ou le japonais que l’anglais.

Quelques chiffres :

Nombre d’habitants en avril 2019 : 25.029.789 (la croissance démographique reste très soutenue, à +1,6 % par an, principalement en raison de l’immigration.)

Densités : 3 personnes au km2 et 90,1 % de la population est urbaine

Les Asiatiques composent 5 % de la population, la population indigène  2,2 %

52 % des Australiens se disent chrétiens incluant 22,6 % de catholiques et 13,3 % d’anglicans,

30,1 % de la population indiquent n’avoir aucune religion,

8,2 % sont identifiés comme n’appartenant pas au christianisme, le plus grand de ces groupes étant l’islam (2,6 %), suivi par le bouddhisme (2,5 %), l’hindouisme (1,9 %) et le sikhisme (0,5 %). Les 9,6 % de la population restant n’ont pas fourni de réponse.

Depuis son indépendance, l’Australie conserve un système politique stable de type démocratie libérale et reste une monarchie parlementaire membre du Commonwealth.  Sa capitale est Canberra, située dans le Territoire de la capitale australienne.

Avec un PIB de 1 379 milliards de dollars américains, l’État se place comme treizième puissance économique mondiale en 2018. Depuis l’an 2000, l’Australie est classée deuxième pays le plus développé au monde après la Norvège.

L’émeu est l’oiseau national de l’Australie et le kangourou est l’animal national. Le pays compte plus de 500 parcs nationaux, record dans le monde.

Le mois de janvier 2019 est le plus chaud jamais enregistré dans l’histoire du pays et neuf des dix années les plus chaudes ont été enregistrées après 2005. Parmi les conséquences, les scientifiques ont noté une accentuation de la sécheresse dans certaines régions de l’Australie, ainsi que de la fréquence des inondations et des incendies de grande envergure.

Mon cours se termine ici. Retournons à la fin de notre voyage.

VENDREDI 19 AVRIL 2019

On quitte CAIRNS, pour 3 petites heures d’avion pour SYDNEY.

L’arrivée sur la baie est magnifique, dommage je n’ai que mon portable, qui marche très mal depuis quelque temps et les photos ne sont pas très nettes.

 

Nous avons réservé la veille une voiture pour notre dernière semaine en Australie.

Nos amis nous ont laissé leur appartement à LANE COVE jusqu’à notre départ. Jacques habite dans une rue, comme il y en a beaucoup, avec énormément de verdure.

Il n’y a pas beaucoup de circulation, nous sommes juste réveillés par tous les oiseaux et croyez moi, il y en a énormément et ils font beaucoup de bruit vers 5 h 30, cela ne dure pas longtemps.

Il nous reste encore 8 jours en Australie, nous n’avons plus beaucoup de temps pour aller très loin car les 3 derniers jours avant notre départ sont réservés à nos amis que j’ai rencontrés en 2000.

SAMEDI

Après le petit-déjeuner pris dans le jardin,

nous partons à CANBERRA, à 300 kms de SYDNEY. Nous allons voir une amie qui travaille à l’Ambassade d’Israël et qui est là-bas depuis un mois, pour 2 ans.

Comme vous voyez, le voyage c’est aussi l’occasion de rendre visite à ses amis qui vivent partout dans le monde et que l’on ne pensait pas forcément revoir.

À 10h nous quittons l’appartement de Jacques. 15 minutes après, toutes les voitures se font arrêter par un barrage de police.

Bernard présente ses papiers et le policier lui met devant la bouche un éthylotest, il veut souffler en le mettant dans sa bouche et le policier avec un large sourire lui dit « non comptez jusqu’à 10 ». On a bien rigolé.

C’est bon on peut repartir. On retrouvera un autre barrage dans la matinée mais en sens inverse.

Nous prenons le chemin des écoliers. On va visiter un petit bijou :  les SOUTHERN HIGHLANDS. Cela ressemble un peu aux Blues Mountains à côté de Sydney où j’étais allée plusieurs fois.

On s’arrête d’abord à MITTAGONG à l’office du tourisme pour avoir la documentation de la région.

Il y a des vacanciers dans le coin, nous sommes le long week end de Pâques. Le vendredi Saint et le lundi de Pâques, les Australiens sont en congés, et en plus jeudi c’est une fête nationale : Anzac Day, rendant hommage aux soldats australiens tombés pendant la Première Guerre mondiale.

Quelques kilomètres plus loin on visite du village de BOWRAL. C’est très touristique, il y a beaucoup de monde dans les rues (ça nous change un peu)

C’est la patrie du grand joueur de cricket Donald Bradman (1908-2001),

Héros national en Australie, un musée lui est dédié.

Dans le parc également la statue de Mary Poppins (je ne sais pourquoi)

Promenade dans la rue principale avec un arrêt dans une excellente pâtisserie.

Puis le Parc National de MORTON à une trentaine de kilomètres, pour y admirer plusieurs cascades qui plongent dans la vallée en contrebas.

On s’en met plein les yeux car nous avons la chance, aussi, d’avoir une journée radieuse.

La route est magnifique.

Et on arrive au parc : des voitures partout, sur les sentiers de randonnée il y a du monde jusqu’à la première cascade ensuite personne.

Je vais le chercher mais rien, dommage.

 

Voilà la première cascade à 300 m du départ

Quant à la deuxième, il ne reste plus qu’un filet d’eau en haut

La troisième j’abandonne à 150 mètres de l’arrivée, il faut descendre des marches faites en pierres disjointes, j’ai trop peur de glisser et la montée sera difficile. En plus, il n’y a peut être pas d’eau.

Demi tour au bout d’une heure. La forêt est belle et le soleil brille. Je ne verrais pas d’autres cascades, pourtant sur mon GPS il y en a au moins 5 ou 6.

Même du mimosas

(vais-je faire une fricassée ce soir)

Je verrais un oiseau lyre mais la photo est ratée.

 

 

 

 

 

 

 

En voilà un pris sur internet.

Ensuite nous allons jusqu’à BERIMA, autre village historique fondée en 1829

Il n’a pas beaucoup d’habitants mais il est très étendu.

Voilà un monument ancien : le palais de justice achevée en 1838, construit en grès.

L’église anglicane


et l’église catholique

Il est 17 h, nous n’avons pas encore cherché d’hôtel car nous ne savions pas dans quelle ville nous allions être.

Nous sommes la vieille de Pâques. Les réservations sont faites depuis au moins 2 mois. Il n’y a rien dans le coin, ni sur AirBnb.

Nous nous rabattons sur une ville à 60 kms qui se trouve sur notre chemin. On réserve sur Agoda par internet un hôtel en pleine ville mais que nous ne recommanderons pas. Pour 50 €, la salle de bains n’est pas privée et la chambre est minuscule.

Repas au club juste à coté, avec un beau casino à l’intérieur.

A droite un morceau de porc (genre petit salée grillée)

J’ai oublié de dire qu’en Australie dans presque tout les restaurants, il faut commander et payer à la réception, on nous donne un numéro et on vient nous servir ensuite. On commande sa boisson (généralement les gens prennent une bière ou un verre de vin blanc) que l’on paye au bar.

DIMANCHE

Nous allons rejoindre Canberra toujours par des petites routes en traversant la campagne, qui est beaucoup plus jolie que dans le Nord, surtout avec les couleurs de printemps.

Beaucoup de moutons

Un train va passer, pas de barrière au passage à niveau

A midi nous arrivons chez notre amie. Elle va nous emmener visiter la ville.

La ville nous fait un magnifique cadeau, une météo de rêve avec une ciel azur et une température très agréable… En une heure, nous pouvons essuyer 4 fois la pluie et autant d’éclaircies, mais pas aujourd’hui.

CANBERRA a été choisi comme capitale australienne en 1908 ; ce choix fut un compromis entre les deux villes rivales de Sydney et Melbourne qui voulait avoir ce titre.

Il y a donc beaucoup de fonctionnaires et d’expatriés.

Nous ne connaissons pas de ville comme celle-ci en Europe. C’est très très étendu. Il faut absolument avoir une voiture pour aller d’un quartier à l’autre. Il n’y a pas de centre ville, chaque quartier a un petit centre avec quelques magasins. A 17 h tout est fermé.

Ici Mesdames, on ne peut pas « faire du shopping »

Une chose est sûre, son statut de ville verte lui convient bien, il y a des parcs partout et un énorme lac artificiel, le lac Burley Griffin qui se trouve en plein centre.

Il mesure 28 Kms, bordé de restaurants et de petits appartements grand standing d’un côté et de parcs un peu plus loin.

Des cygnes noirs, fréquents dans le pays.

et d’autres oiseaux à l’entrée du lac

Toutes les ambassades sont dans le même quartier, les unes à côté des autres. (Ronit nous donnait le nom à chaque fois, mais je n’ai pas pris de note).

On retrouve l’ami de Ronit que nous ne connaissons pas et le soir dîner dans un resto indien. C’est une première pour Bernard et il a adoré.

Ils ont un pavillon moderne à 10 mn de leur travail

LUNDI

Nous allons faire un tour au bord du lac et voilà ce que l’on y découvre :

Je lis sur mon guide qu’à Canberra il y a la plus grande concentration de kangourous. Ils ne sont pas du tout peureux. On s’approche d’eux à quelques mètres.

Certains sont bagués.

Un diaporama de tous ces beaux marsupiaux

L’autre extrémité du lac juste à côté des kangourous.

Point de vue sur la ville, on y voit le plus grand drapeau d’Australie au Parlement

La même vue dans les années 1920

Sur le sentier qui descend

Les abris bus pare-soleil de CANBERRA

Nous sommes dans le centre de la capitale, et on entend et l’on voit toujours les oiseaux

je crois que ce sont des GALAH

Découverte du parlement. Pour ce projet de ville nouvelle, est lancé un concours international qui sera remporté par l’architecte américain Walter Burley Griffin. L’architecture se veut le reflet de l’ouverture du gouvernement. Il s’agit d’une construction extravagante, encastrée dans Capital Hill, le bâtiment est coiffé d’un toit herbeux surmonté d’une hampe haute de 81 m, où flotte un drapeau gigantesque .

L’ancien parlement, transformé en musée

de chaque coté de l’entrée : l’emblème national

et les armoiries du Commonwealth

de l’autre côté de la rue

Le Ministère où travaille James, l’ami de Ronit

Et déjeuner au « yatch club » d’un fish and chips.

On a eu du mal à trouver une petite table, sinon nous nous installions dans l’herbe

A 15 h, il nous faut quitter Canberra car nous voulons remonter par la côte avec plusieurs arrêts de prévus.

Il vient de se mettre à pleuvoir à torrent et la pluie ne nous quittera que pour être remplacée par du brouillard. Nous ne pourrons pas profiter du paysage.

On cherche un hôtel en roulant. Rien sur Airbnb. Sur Agoda on trouvera un motel à BATEMANS BAY. C’est pas mal, une grande chambre confortable avec frigo et tout pour se faire un petit déjeuner le matin.

Notre voiture est stationné devant la chambre.

Juste devant l’estuaire avec vue du pont

Derrière l’hôtel encore de l’eau

Les pêcheurs vivent sur ces barges

On ramasse des huitres

MARDI

On traverse toujours des parcs nationaux.

C’est vraiment une belle région avec des lacs et des rivières qui se jettent dans la mer, des plages magnifiques et des pâturages verdoyants et vallonnés.. En suivant la côte, nous nous arrêtons de temps en temps pour admirer toutes ces belles choses.

On redescend vers le sud à 10 kms pour visiter le petit village de MOGO, constitué de maisons anciennes en bois avec des cafés et des boutiques. A 10 h du matin il y a déjà beaucoup de monde dans la rue

James nous a dit qu’il fallait aller au bord de la mer à PEBBY BEACH. On quitte la M1 par une jolie petite route. Il y a une forêt de mimosas

et que voit on en arrivant sur la plage ? (encore allez-vous me dire), ils sont plus petits que les précédents.

Sa queue lui sert d’appui :

Bien que cela soit interdit, les gens leur donnent des carottes

A côté du parking, un male et une femelle « Perroquet King Australien »

Les mâles ont un plumage rouge vif sur la tête et la poitrine, des plumes vert vif sur le dos et la queue et des plumes bleues sous leurs ailes. Ils sont les seuls perroquet avec des têtes entièrement rouges. Les femelles  ont des plumes vertes sur la tête, le dos et la poitrine, rouges sur le ventre et une tache bleue sur la croupe.

Et le male qui se laisse photographier sans bouger de son perchoir.

Le midi on s’arrête à ULLADULLA, Bernard prendra son repas chez M’DO et moi, j’ai trouvé sur mon guide, en face, une boulangerie « Hayden’s Pies », où l’on fait d’excellentes tartes. Il y a la queue dans ce tout petit magasin, je vais en acheter 2 différentes et rejoindre Bernard pour les manger. C’est autre chose qu’un hamburger !

Ronit et James nous avaient donné une adresse à BERRY plus au nord, pour déguster les meilleurs pies de l’Australie,  mais c’est vraiment trop loin pour y être à l’heure du repas.

On va faire un tour jusqu’au phare

et une marche sur le sentier qui longe la côte

Prochain arrêt JERVIS BAY, grande baie dans le parc national de Booderee

Malheureusement, il est déjà 17 h, on va chercher où dormir et il n’y a plus rien ici ni dans les environs. Nous allons devoir aller jusqu’à WOLLONGONG à 80 kms, et nous ne pourrons pas faire les arrêts que nous avions prévus. La nuit commence à tomber, et un orage éclate.

Pas de « Pies » à Berry, pas de visite à Kangaroo Valley, ni à Kiama pour voir l’eau jaillir du trou du souffleur. Il s’agit d’un geyser maritime qui peut jaillir à 25 m de haut en quantité suffisante pour asperger les visiteurs, si la mer est haute et s’il y a du vent.

Nous avons trouvé une chambre chez un particulier par AirBnb. Il n’y avait plus que celle-là. Une vrai catastrophe. On sonne, un homme vient nous ouvrir et nous dit qu’il est en train de manger (nous avions précisé que nous arriverions à 19 h et il est exactement 19 h). Je fais semblant de ne pas avoir compris et il m’emmène au sous-sol dans une petite pièce, je dirais plutôt un débarras avec un lit. On peut à peine tourner autour.

Il me laisse et me dit qu’il revient dans 5 minutes. Je vais chercher Bernard et on s’assoit sur le lit en attendant. On ne peut absolument pas faire la fine bouche, il n’y a rien d’autres.

Lorsqu’il arrive, je lui demande où est la salle de bains, il nous emmène à l’étage et nous la montre ainsi que la cuisine. 2 belles grandes pièces.

On s’aperçoit qu’il vit avec sa femme dans un petit bâtiment près de la piscine. Les chambres à l’étage sont ouvertes, elles sont belles. Il n’y a personne dans cette grande maison.

Par contre au sous-sol, il y a 3  » chambres » dont une est occupée et l’autre un peu mieux que la nôtre, il aurait pu nous mettre dedans, mais ne réussissant pas à me faire comprendre, je ne dis rien et on va dormir dans notre débarras.

J’ai à nouveau regardé les commentaires sur AirBnb et  une personne disait que seul le prix était intéressant, les autres étaient bons…. (50 E tout de même).

C’est la dernière nuit que nous passons à l’extérieur.

MERCREDI

Nous sommes au Mount Ousley, pas très loin d’un bon point de vue : MOUNT KEIRA, nous montons donc jusqu’au belvédère  à 464 m. Effectivement nous avons une belle vue de la ville

Et comme aux USA, attention aux feux :

Vert : pas de risque

On va descendre jusqu’au phare (le nouveau)

et l’ancien dans le port

Bernard m’attend au loin, en regardant un chalutier

Voilà le genre de vêtements les moins excentriques que portent les Japonaises

On passe un très long pont presque sur l’eau

Ensuite nous découvrons  le Royal National Park aux portes de Sydney. Ce parc fondé en 1879 est le plus ancien parc national du monde après celui de Yellowstone, aux Etats-Unis. Il protège des poches de forêt humide subtropicale, des zones broussailleuses, des ravines de grès bordées d’eucalyptus, des bassins d’eau douce et d’eau salée, ainsi que des plages isolées.

Une partie de la forêt à brulé aux approches de Sydney

Et on rejoindra l’aéroport vers 16 h pour rendre notre voiture. Nous rentrons en train et bus jusqu’à chez Jacques. Ils sont absents car la maman de Dona s’est cassée le bras et ils ont dû aller lui rendre visite à côté de BRISBANE.

Le frigo est plein, les bouteilles de vin sont sur la table, que demander de mieux ? Nous allons nous reposer un peu, je vais terminer mon blog de l’Australie.

Nous sommes à SYDNEY et voilà l’appartement

JEUDI

Il fait trop beau pour rester enfermés, nous partons faire une virer dans SYDNEY.

Pour midi nous allons gouter aux ormeaux (vous vous souvenez j’en avais acheté sur un marché avant la frontière Mexicaine-USA et ils étaient immangeables, j’avais raté la cuisson). On a trouvé que cela ressemblait un peu à la coquille Saint Jacques.

VENDREDI

A midi, nous retrouvons Diane et Richard,  rencontrés en 2000. Diane parle très bien le français, elle prenait des cours à l’alliance française.

Nous passerons la journée avec eux. Ils nous ont d’abord emmené faire un tour dans le quartier de BARRANGAROO, pas très loin de Circular Quay.

Historiquement lié à la pêche, le site  est en cours de réhabilitation pour être occupé par des bureaux et des logements.

C’était un quartier ancien et il semblerait que tout va être abattu.

Ils habitent également à LANE COVE mais près de la rivière. Un ferry va jusqu’au centre ville pour emmener les employés à leur travail.

On passe devant de magnifiques maisons

Et nous voilà chez eux. Nous aurons droit à un excellent repas suédois, Diane ayant des origines suédoises.

Voilà des personnes avec qui j’avais presque perdu contact, un petit mail et on se retrouve. J’ai perdu malheureusement l’adresse de la famille chez qui j’ai vécu 3 mois à Sydney. Pourtant ils étaient venus nous rendre visite à REVIERS, ils habitaient près de chez Jacques, je n’ai pas retrouvé l’appartement (ma mémoire me fait défaut).

Comme vous voyez, rencontrer et connaître des gens lors des voyages est pour moi la vraie richesse du voyage. On partage nos expériences de voyage, des activités, des soirées, on développe des amitiés, on prévoit de se revoir dans un autre pays et parfois, même pas besoin de planifier, on se retrouve naturellement.

Pendant notre long périple, il était fréquent de retomber sur un même voyageur dans plusieurs villes ou pays, alors qu’on n’avait pas le même itinéraire et qu’on ne s’était pas donné le mot. Et ce voyageur, on a beau avoir passé juste une soirée avec lui, c’est un visage familier qui vous donne l’impression de recroiser un ami.

SAMEDI

Jacques vient nous chercher en début d’après-midi pour aller faire un tour le long des plages du nord

BALMORAL

Dans la baie de Sydney il y a une multitudes de petites plages comme celle-ci.

DEE WHY, plage avec quelques surfeurs

Nous ferons demi-tour au parc NARRABEEN et le soir nous allons dans un restaurant gastronomique.

Le restaurant Banjo Paterson Cottage est installé dans un magnifique bâtiment en grès datant des années 1830. C’est l’endroit où Banjo Paterson a vécu dans sa jeunesse. L’écrivain figure sur les billets de 10 dollars australien.

Sauf Jacques qui va prendre du boeuf, nous prendrons un barbecue de poissons : poulpe, calamars et des grosses King crevettes. Excellent. L’entrée : huitres pour Bernard, coquilles St Jacques pour Dona, soupe pour Jacques et moi un risotto de crabe.  Pour le dessert : nougat glacé pour les Messieurs et soufflé chaud de mangues au grand Marnier pour les Dames. Voilà très longtemps que nous n’avions pas fait un repas comme celui-ci. Merci à nos amis

DIMANCHE

Repas chez Dona : gigot façon anglaise.

Son appartement situé également à LANE COVE a une vue sur la rivière

et sur des arbres remplis d’oiseaux, surtout le soir. Je ne prendrais donc que ceux là :

Ici des Marbled Frogmouth de la même famille que ceux que nous avions vus sur la DANTREE où il y avait les crocodiles.

Et pour terminer mon article les mêmes oiseaux que ma première photo en arrivant à LANE COVE : des kookaburras. (Les photos ont été prises par DONA au pied de son appartement.)

C’est un martin-chasseur d’Australie. Le chant de cet oiseau a été utilisé pour réaliser la voix du dauphin dans la série télévisée Flipper le dauphin.

 

Et demain matin nous prenons l’avion, pour 14 h de vol, nous partons à 11 h du matin et arrivons le même jour à LOS ANGELES à 7 h du matin. (15 h de décalage)

LUNDI 29 AVRIL

Aucun soucis à l’aéroport, nous sommes en avance.

Le vol s’est également bien passé et nous sommes très contents de la DELTA AIR LINES, le personnel passe plusieurs fois nous voir et les trois repas étaient bons.

Dernières vues de SYDNEY

(problème sur mon petit appareil photo)

Ce contenu a été publié dans Australie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à DE SYDNEY A CANBERRA

  1. jean queron dit :

    Dommage que vous rentriez si tôt, j’aurais bien aimé voir encore pendant quelques jours , voire quelques semaines, des photos de Kangourous.On ne s’en lasse pas…….
    Mais à la place vous allez nous montrer bientôt des Séquoias.
    Nous avons hâte!
    Quelle saga…
    Bises bourguignonnes

  2. daniel mazeron dit :

    encore des bravos pour ce reportage
    pour moi qui ne connais pas ce continent c’est tres instructif et j’aurais bien envie d’y
    aller…mais c’est hors de portée !je n’aurais pas pensé qu’il y avMazeronait un telle variété animale
    avez vous reçu mon mail du Laos? La croisière sur le Mekong en fev-mars fut super
    On envisage la croisière sur le Douro (au Portugal) début Juillet
    Vous verra t on bientot en France?
    Bonne continuation du voyage aux US
    Bisous Dan et Nicole

    • Genevieve dit :

      Non nous n’avons pas reçu ton mail du Laos, nous ne savions pas que tu étais partis en vadrouille. Tu vas me raconter. Quant au Douro on a fait la croisière mais en camping-car, c’est super beau. Viens donc nous rejoindre en Alaska !!!!!
      On rentre en France en octobre, nous sommes obligés de rester ici pour l’été, sinon impossible de faire le nord. Bisous à vous 2, on vous espère en bonne santé.

  3. SERGE DABOUSSY dit :

    Beau voyage,bravo,je suis jaloux,mais content pour vous,grosses bises,Serge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.