RETOUR : de LOS ANGELES à MORRO BAY

LUNDI 29 AVRIL 2019

Nous quittons Sydney pour un vol de 15 h mais on gagne une journée. Comme je vous l’ai dit sur mon article précédent, nous partons à  11 h du matin le lundi et nous arrivons à Los Angeles le lundi à 7 h du matin. On a gagné une journée !

En arrivant, nous craignions qu’on ne nous accorde pas un visa de 6 mois, mais aucun problème nous avons l’autorisation de rester aux Etats-Unis et au Canada jusqu’au 28 octobre. Donc pas de problème puisque nous rentrons le 1er octobre.

L’arrivée sur L.A.

Nous récupérons notre voiture qui est au gardiennage.

Et des allées comme celle-ci, il y a une dizaine, toutes remplies.

Nous allons nous reposer pour le restant de la journée sur le parking du supermarché où nous étions avant notre départ (Home Dépôt)

Nous avons à peine dormis dans l’avion, puisque le voyage avait lieu de jour. Nous sommes restés plus de 36 heures sans dormir. À 7h30 nous étions au lit, mais à 1h du matin nous étions réveillés et impossible de se rendormir.

MARDI 30 avril

Après cette mauvaise nuit, nous reprenons la route à 9 h du matin

Nous venons de quitter l’automne en Australie et nous arrivons directement au printemps. La végétation et toute en fleurs, mais il ne fait pas vraiment chaud.

Nous n’avions pas visité VENICE, une plage bohème de Los Angeles. Nous y allons et ne le regrettons pas.

D’abord pour ses canaux construit au début du XXe siècle par un homme qui fit construire des canaux sur d’anciens marécages et importa des gondoles. Son projet tomba à l’eau.

Il reste tout de même plusieurs rangées de canaux, bordés d’habitations modernes, de demeures de style espagnol ou tout simplement de bungalows en bois ou de maisons en pierre plus cossues.

On passe sur les petits ponts blancs d’un canal à l’autre où l’on se promene le long des petites allées fleuries, entre les maisons et l’eau, avec les barques amarrées sur les rives.

Les abords des canaux sont moins jolis mais les maisons encore plus grandes

La promenade le long de la plage est également typique. C’est le repaire de tous les excentriques du coin, et de tous les rollers.

Le parc à rollers

La ville est recouverte de graffitis.

Nous déjeunons à SANTA MONICA dans la rue où nous avions dormi avant de partir en Australie. Ensuite nous allons prendre la côte jusqu’à SAN FRANCISCO.

Un petit arrêt à MALIBU, avec ses surfeurs

Sur la route nous rencontrons de grandes étendues de champs de fraises. On va s’arrêter pour en acheter, il y a longtemps que nous n’en n’avions pas manger de si bonnes, toutes celles trouvées en Amérique du Sud étaient sans goût. Nous sommes obligés d’en acheter en grosses quantités, tant pis on les mangera au sucre, à la crème ou au vin.


Comme nous sommes « très férus » de feuilleton américain après « Alerte à Malibu » nous nous arrêtons à « Santa Barbara », et allons dormir sur les hauteurs au bord de la Gibraltar Road.

Tout le long de la montée, c’est le grand luxe américain, d’immenses propriétés dans la verdure et les fleurs. Dans les collines, de nombreux ranchs dont celui de la famille « Reagan ».

 

Il y a une belle rando à faire, je vais commencer à y aller, le sentier est très étroit. A l’entrée il faut prendre une petite clochette qui se trouve dans une boîte et la laisser tinter en marchant; je n’avais pas compris pourquoi, mais c’était tout simplement pour signaler notre présence aux cavaliers et surtout aux vététistes. Le soir nous en verrons plus de 10 qui vont faire la descente, je ne sais pas comment j’aurais fait pour me garer s’ils étaient passés lorsque j’y étais.

La vue n’est pas vilaine.

MERCREDI 1er MAI

La route en descendant

La ville nous a surpris, nous l’avons trouvée très jolie, avec toutes ses maisons à l’architecture mexicaine, éclatantes de blancheur.

Visite du County Courthouse, c’est le palais de justice édifié en 1929. Décorations de ferronneries d’art, de mosaïques tunisiennes et de peintures murales racontant l’histoire de la ville. C’est impressionnant et beau.

Plusieurs salles sont fermées car il y a des audiences, mais celle-ci est ouverte, des peintures recouvrent tous les murs.

Je croise un prisonnier menotté (mains et pieds)

la salle du mécanisme de l’horloge

La vue panoramique de la ville. Je monte à pied et là plus de batterie, je dois redescendre à la voiture ensuite je m’aperçois qu’il y avait un ascenseur. Bernard reste en bas.

La salle d’état civil

C’est vraiment de toute beauté. La vue côté jardin

On continue à  travers la ville : Le Présidio, c’était une installation militaire construite par l’Espagne en 1782 dans le but de défendre le Second District Militaire de la province, c’est le dernier avant-poste militaire construit par les espagnols dans le Nouveau Monde.


Tout le long de la côte, beaucoup de plateformes pétrolières.

Arrêt à SOLVANG

Nous voilà arrivés dans un vrai village danois, les restaurants, les boulangeries, les commerces, tous regorgent de produits danois. On a juste essayé un gâteau danois, mais c’était vraiment très bourratif.

Par contre se promener dans les rues est très agréable.

Une fontaine avec la copie de la petite sirène

Boutique d’huile d’olives Des japonais en ballade alors qu’il fait très chaud

On traverse le marché de produits locaux. Tout y est excessivement cher.

Ce fut une étape très sympathique.

Nous traversons ensuite des régions de vignobles

Les journaux toujours en vente libre

Et nous arrivons à notre bivouac, le parking, une ligne de chemin de fer et la mer

et de petits oiseaux

Nous sommes à plusieurs kilomètres du moindre village, et il y aura bien des trains qui vont passer (pas la nuit)

Et ça, vous y croyez, après l’Australie où nous ne pouvions pas nous baigner à cause des méduses et des crocodiles, nous voilà en Californie, avec ce panneau :

Et là, regardez la température dans le camping car, et voyez comment Bernard est habillé

 

(soirée crêpes)

Nous aurons passé une nuit tranquille, seuls, sauf des écureuils qui jouent autour de notre camper.

JEUDI 2 MAI

En quittant LOMPOC, on traverse des hectares de champs de cultures maraichères et de fleurs

Nous allons visiter, sur notre chemin, LA PURISSIMA MISSION

On découvre ici la vie des missionnaires franciscains lorsqu’ils sont venus convertir les indiens. Pendant les premières années de la mission, plusieurs milliers d’indiens Chumash sont baptisés dans l’église catholique. Plus de 100 bâtiments en pisé sont construits, un système d’alimentation en eau est mis en place, permettant de développer les cultures et d’élever du bétail. La mission grandit et prospère ainsi.

Pendant 100 ans, les missions en Californie ont été abandonnées et oubliées, les services des Parcs Nationaux ont commencés la reconstruction des bâtiments de la Purissima en 1930.

10 des bâtiments originaux ont été entièrement restaurés et meublés à l’identique

La chapelle

Les aumôniers développent des magasins de tissage, de poteries et d’autres métiers (Bernard se tien à côté d’un four de potier et sur la dernière photo, 2 soufflets pour la forge)

C’est également une garnison militaire

Une autre chapelle

La bibliothèque

Les toilettes

Diverses chambres

Diverses cuisines

Le réservoir qui collectait les eaux de pluie, acheminée par des conduites souterraines en argile vers la fontaine du potager

Les animaux de la ferme, et les animaux des champs (une espèce de grosses souris et des oiseaux dans leurs nids sous les toits des bâtiments)

Nous ne visiterons pas d’autres missions, nous avons eu un bon aperçu de la vie mexicaine avant que la Californie ne soit cédée aux Etats-Unis, en 1848.

Aujourd’hui nous n’avons pas fait beaucoup de kilomètres, nous rejoignons Morro Bay avec son rocher similaire à celui de Gibraltar. Il s’agit du sommet d’un ancien volcan. Nous irons coucher au pied.

Balade dans la ville très plaisante le long des quais d’où l’on entend le bruit des lions de mer

Il y en a un qui s’est échappé

(le hibou est sur un bateau pour faire peur aux oiseaux, il bouge avec le vent)

En rejoignant le rocher, on verra une cinquantaine de loutres de mer avec des petits sur le dos. Je vais faire plein de photos mais je les annulerai le lendemain, car nous en verrons beaucoup plus près.

On s’installe sur le parking face à la mer, pour une nuit calme

 

VENDREDI 3 MAI 2019

À 7h du matin le parking est déjà plein de voitures. Il s’agit de surfers qui viennent ici avant d’aller au travail.

On essaye de faire le tour du rocher pour voir les faucons de Californie, mais nous ne verrons que des mouettes qui s’amusent avec les écureuils.

Par contre, en s’arrêtant au port nous aurons droit au ballet des loutres de mer. Elle sont juste sous nos yeux. C’est impressionnant.Elles sont sur le dos avec un bébé sur le ventre. La fourrure des loutres est la meilleure du monde, ce qui a causé leur quasi extinction dans les années 1900.

On resterait bien des heures a les regarder, mais il nous faut reprendre la route. Et je crois que pour ce soir, je vais arrêter l’article ici.

 

Ce contenu a été publié dans Californie, U.S.A.. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à RETOUR : de LOS ANGELES à MORRO BAY

  1. jean queron dit :

    Moi je dis : bravo!
    Car ce n’est pas tous les jours que l’on gagne une journée.
    Dommage que vous vous soyez arrêtés car à ce train là et en continuant vous auriez pu peut-être gagner des jours supplémentaires…………..et donc un rajeunissement général de l’équipe.
    Partir à 60…ans et revenir à 40, quel beau programme.
    A réfléchir…En attendant on vous suit toujours.

    • Genevieve dit :

      Tu as raison, mais on doit faire le tour de la terre, car on avait sauté une journée en arrivant en Australie… Merci toujours de nous suivre et surtout de tes commentaires

  2. SERGE DABOUSSY dit :

    Bernard,tu es sorti du camion sans ta doudoune,attention tu vas prendre froid ??le rocher il ressemble plus au rocher du diamant en Martinique ?
    Bises à vous deux
    Serge

    • Genevieve dit :

      Il répond oui pour le Diamant en Martinique. ET pour la doudoune on devient très frileux à 18 ° dans le camper on met la polaire. A San Francisco où nous sommes actuellement, on caille. J’étais prête à prendre mon anorak de ski, c’est surtout le vent qui est froid, au soleil en ville il fait 20.

  3. marlene decayeux dit :

    Merci encore pour ce voyage virtuel. Bisous .

  4. MARIN Daniel dit :

    Dommage que tu aies arrêter ton article ici car je rêvais ! tu as vraiment l’art de raconter ton vécu… pour notre plus grand plaisir !!! Gros bisous à vous deux et à bientôt sur ton blog !

  5. Gisele dit :

    Merci encore pour ce compte rendu . Je les attend toujours avec impatience. Très agreables à lire ils nous permettent de partager votre aventure par la pensee. On vous embrasse. Mais….presses de vous revoir.

  6. edith cauchard dit :

    coucou les amis je découvre une amérique que je n’imaginais pas du tout les villes les paysages les oiseaux, les maison tout est beau et les loutres que du plaisir merci de me faire partager vos découvertes et émotions j’attends avec beaucoup d’impatience le numéro suivant bonne route bisous à vous deux edith

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.