LES PARCS DE SEQUOIA – KINGS CANYON – YOSEMITE

 

DU 4 MAI 2019 AU 9 MAI 2019

 

 

SAMEDI 4 MAI 2019

Nous quittons MONTEREY et l’océan pacifique pour nous diriger vers les 3 parcs de l’ouest que nous n’avions pu faire fin novembre car les routes partant de la Vallée de la Mort venaient d’être fermées à cause de chute de neige.

Nous devons donc faire environ 350 kms pour rejoindre le SEQUOIA NATIONAL PARC.

L’État californien est le premier producteur de fruits, de légumes, de produits horticoles et laitiers du pays, nous traversons donc d’immenses exploitations agricoles. C’est assez monotone.

Voilà un arbre et ses fruits que nous ne connaissons pas.

Si quelqu’un peut nous dire de quoi il s’agit, il y en avait sur des kilomètres.

Et tout à coup, au loin des montagnes enneigées

On va s’arrêter au bord d’un lac à quelques kilomètres de l’entrée du parc. Il y a un camping assez sommaire (10 $ avec le Pass) on en profite. Nous n’aurons pas l’électricité, cet hiver il y a eu dans la région des tempêtes et des inondations, le lac a monté et la moitié du camping est sous l’eau.

DIMANCHE 5 MAI

Nous partons très tôt (8 h) car nous voulons être à l’entrée du parc avant que la foule n’arrive, nous sommes dimanche et il fait beau.

Ce parc a été créé en 1890, par le Général Grant, il est pratiquement resté à l’état vierge, seule une toute petite partie est ouverte au public.

Attention, il y a des ours. Malheureusement (ou heureusement) nous n’en apercevrons pas, pourtant presque tous les voyageurs que nous avons rencontrés en ont vus ici ou dans le YOSEMITE.

Les Sequoias possèdent des défenses naturelles qui  leur permettent de lutter contre les maladies et les insectes. Leurs troncs contiennent un acide tannique qui les protège efficacement contre le feu, celui-ci n’attaquant que partiellement leur écorce.

Nous entrons par le sud du parc et  voulons commencer la visite en suivant la route Crescent Meadow, en nous arrêtant aux différents sites dont MORO ROCK et  un peu plus loin, passer dans un tunnel à l’intérieur d’un séquoia géant.

Pas de chance, la route est fermée à cause des intempéries de l’hiver, elle n’est pas dégagée. Qu’à cela ne tienne, nous irons à pied au moins jusqu’à cet immense dôme de granit du Moro Rock.

Première photo pour :

et on grimpe donc par la route, première rencontre, les cerfs mulets (Mule Deer) ne sont pas sauvages.

Mais c’est dur la grimpette, on pense qu’on va mettre beaucoup de temps et qu’en plus nous ne pourrons peut être pas faire l’ascension du rocher, 400 marches c’est beaucoup. Nous faisons demi-tour au bout d’une vingtaine de minutes.

Il y a encore de la neige sur les bas côtés.

On file dans la  « forêt des Géants », la plus grande futaie qui abrite certains des spécimens les plus imposants, dont le General Sherman qui a environ 2200 ans, il fait 84 m de haut et 11 m à sa base. Son sommet a été cassé. Il ne grandit plus en hauteur mais son volume augmente chaque année. Les 1 486 m3  en font l’arbre le plus volumineux du monde.

(je n’ai pas de grand angle qui me permettrait de le prendre en entier)

En continuant le sentier, un arbre tombé

Et voilà le chemin que nous aurions pu faire pour rejoindre le Mono Rock sans passer par la route, l’été c’est peut être une randonnée très agréable, mais là on ne peut pas. En plus il y a plusieurs heures de marche.

Nous sommes un peu frustrés de n’avoir pas pu marcher un peu plus dans le Parc, mais les routes d’où partent les randonnées sont fermées (Tokopah, Crystal Cave) On se contentera donc des sentiers qui partent de la route principale.

Lorsqu’on rejoint la voiture, le temps change, il ne faisait pas très chaud, mais nous avions le soleil. Il est 11 h et le brouillard fait maintenant son apparition. Il va nous falloir conduire très prudemment, pour rejoindre le parc suivant.

KINGS CANYON, relié par la Général Highway au parc précédent, a 2 parties : la futaie du Grand Grove qui se trouve juste à l’entrée et le canyon plus à l’est.

Nous sommes minuscules sur le parking.  Nous allons suivre le sentier du Général GRANT Tree Trail. Sur mon guide je lis « …le matin, la brume qui enveloppe les troncs couleur cannelle confère encore plus la solennité à la découverte de cette futaie de séquoias démesurés, d’où s’exhale un parfum puissant, à la fois sucré et ambré… » Ils ont dû venir aujourd’hui, ou alors il y a souvent du brouillard.

Voilà une futaie de magnifiques séquoias dont le General Grant qui fait 80m de haut et a plus de 2.000 ans. Il est parfait : élégant et bien proportionné. On a donné à ces géants le nom de généraux illustres car ils ont été baptisés peu après la guerre de Sécession.

Ce sequoia a été utilisé comme abri où dormaient les travailleurs

effectivement, il y avait de la place.

Le brouillard c’est pas trop mal non plus, pour les photos

Beaucoup d’arbres ont le pied brûlé ou même évidé, mais ils sont encore bien vivants

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On croise cette petite cabane


Lorsqu’on touche à l’écorce, c’est souple et friable, on croirait du duvet.

Nous reprenons la route, on va s’arrêter à l’entrée d’un chemin (fermé) pour déjeuner et ensuite nous découvrirons que la route du CANYON est également impossible à prendre

Quelle déception, mais on ne va pas attendre, peut être est ce dû au brouillard, on ne sait pas. En tout cas, nous quittons le parc et on prend la direction du Parc YOSEMITE à 130 kms d’ici.

Pas grande  possibilité de bivouac, nous irons derrière une station essence sur un grand terrain à une vingtaine de kilomètres après FRENO.

Autour de nous le soir plein de petits oiseaux, assez difficile à prendre, ils volent toujours, et on assistera à un beau coucher de soleil.

MARDI

En arrivant au parc,  des hectares de forêt ont brulé

Nous apprendrons un peu plus tard qu’il y a eu plusieurs incendies, dont un en 2013 qui est devenu le troisième plus grand feu de l’histoire en Californie. Trois semaines après son déclenchement, il n’était toujours pas maîtrisé, brûlant plus de 100 000 hectares. Cet incendie a été déclenché par un chasseur qui n’a pas maîtrisé un feu de camp.

Récidive en 2014 mais celui-ci fut maitrisé en quelques jours, et un autre en 2018.

On ne peut rester insensible à ce désastre.

Le parc est renommé pour ses séquoias géants centenaires, en arrivant par l’entrée sud, on s’arrête d’abord à MARIPOSA GROVE.C’est la plus grande futaie du parc, avec 500 spécimens dont le GRIZZLY GEANT de 64 m et estimé âge de 2.400 ans.

La couleur des troncs varie :

On a trouvé ces petites fleurs inconnues à différents endroits dans cette futaie.

(remarquez la différence de taille)

Arrêt pas très loin au Visitor Center de Wawoma et là nous découvrons que la route des crêtes (la Tioga) qui permet de traverser la Sierra Nevada sans le sens est-ouest ou ouest- est, est  fermée.

Je n’avais pas du tout réagi en faisant notre circuit que cela pouvait arriver, pourtant c’est indiqué partout dans les guides qu’elle ouvre très tard. Cette année elle ne devrait pas rouvrir avant le 27 mai voire en juin. (Au 3 mai, les équipes de déneigement dégageaient encore 2m50 de poudreuse à 20 kms de l’entrée).

Notre projet était de rejoindre la partie Est de la Sierra Nevada, pour aller au Mono Lac,  au lac Mammoth, puis au nord le lac Tahoe avant de rejoindre SAN FRANCISCO par SACRAMENTO.

Quelle déception, mais nous n’irons pas, nous aurions eu moins de 100 km pour le lac MONO et en prenant par le sud ou par le nord du YOSEMITE nous devrons faire 500 Kms pour le rejoindre et 500 Kms pour revenir. Notre circuit avait été programmé en fin d’année lorsque nous étions à la Vallée de la Mort. Si j’avais réagi à cette époque, nous aurions peut être pu y aller, en novembre, nous n’étions pas très loin.

Trop tard, consolation : nous avons gagné une dizaine de jours que nous passerons dans l’ouest canadien.

On reprend notre route (60 Kms) pour la vallée qui est mondialement célèbre pour ses impressionnantes chutes d’eau, ses prairies, ses falaises et ses formations rocheuses insolites.

Nous traversons le tunnel et juste en sortant point de vue emblématique sur la chute vertigineuse du Voile de la Mariée, et les falaises granitiques d’El Capitan et du Half Dome.

Il est 17 h, et pendant quelques minutes nous aurons droit à des couleurs extraordinaires sur Bridalveil Falls, le Voile de la mariée, et son halo de brumes. Cette cascade fait 189m de haut.

Sur l’autre versant au loin une autre cascade

Nous allons au pied du « voile de la marié », on est trempé lorsque nous rentrons au camper.

et voilà la rivière qui se forme à ses pieds

On reprend le chemin pour le village de Yosemite,

et des cascades nous allons en voir et vous aussi.

Le parc abrite plusieurs dizaines de chutes d’eau. C’est à la fin du printemps qu’elles sont les plus spectaculaires, lorsqu’elles sont alimentées par la fonte des neiges et des glaciers. Une dizaine de ces chutes dépassent les 200 m de hauteur.
Les Yosemite Falls sont à la sixième place du classement des plus hautes chutes d’eau d’Amérique du Nord, et à la vingtième place au niveau mondial.

Le village où nous nous garons est un bel ensemble de vieilles maisons historiques et d’autres plus modernes et clairement destinées au tourisme de masse qui prend beaucoup de place dans la vallée.

Presque tous les campings sont encore fermés, il n’y en a que 3 à l’extrémité du village mais ils sont pleins. Bien entendu, c’est interdit de dormir à l’intérieur du parc. Nous nous installons sur un parking un peu à l’écart, pas très loin du poste des rangers et nous leur demandons si l’on peut rester ici pour une nuit. Ils nous donnent leur accord aussitôt.

Beau coucher de soleil, et belles vues sur les rochers

Demain on part en randonnée, la route qui nous permettait de rejoindre Glacier Point  (le plus beau point de vue de la région, perché sur une falaise, il domine la vallée de Yosemite de plus de 900 mètres de haut) est encore fermée, les équipes nettoient les trails et les parkings elle ne devrait pas tarder à ouvrir, mais en attendant il nous faut trouver autre chose.

Nous ne voulons pas trop grimper, on choisit une des rares randonnées qui soit facile. On gare notre voiture près des campings et on décide de partir à pied en longeant la rivière puisque la rando n’est que de 3 kms. Nous pouvions prendre une navette pour nous emmener à l’entrée.

Et pas de bol, on loupe l’entrée du Mirror Lake. Et on arrive sur une autre, un peu plus difficile. On s’arrête au petit centre à Happy Isles et on s’engage sur le trail pour Vernal Fall, Nevada Falls et John Muir Trail.

(attention aux ours), mais nous ne verrons qu’un écureuil.

Après une demie de marche, Bernard m’abandonne et décide de retourner au Centre.

Je continue seule et ramasse un bout de bois, on ne sait jamais si je rencontrais un ours, il va beaucoup m’aider lors des grimpettes, car nous n’avions pas pris nos bâtons pensant rester sur du plat.

Cette balade forestière offre divers panoramas au bord de la rivière. Bucolique à souhait. Je ne rencontre personne. C’est bizarre car cette randonnée est une des plus courue du parc.

En regardant ce plan, je vais m’apercevoir plus tard que j’ai pris un chemin réservé aux cavaliers. J’ai pris le chemin juste sous la rivière, je fais demi-tour à la bifurcation.

Lorsque je rejoins l’autre côté de la rivière, c’est la foule. Il est midi passé, les gens grignotent et ne vont pas plus loin. Lorsque j’entame la descente de l’autre côté je suis contente d’avoir pris l’autre sentier, le terrain est bitumé et il n’y a qu’une montée raide  et surtout le monde que l’on croise, c’est incroyable.

2 vues du pont :

Je rejoins mon Bernard qui m’attend bien sagement, il ne s’ennuie jamais lorsqu’il m’attend, il lit les nouvelles sur son téléphone, regarde les gens et discute avec ceux qui parlent français. Il est à l’arrêt de la navette et il en a vu passer.

Quant à moi, je suis bien contente de ne pas être obligée de rentrer à pied. Nous allons déjeuner assez tard en rentrant. Sur le parking il y a des douches, on va en profiter. Il a fait un temps magnifique dans ce parc, à l’inverse de SEQUOIAS où nous avons eu froid.

Nous reprenons le chemin de la sortie du Parc, nous avons suffisamment marché. On s’arrête une dernière fois devant El Capitan

El Capitan offre une paroi de 900 m de haut, ce qui en fait la plus haute falaise entière du monde. Quasiment toute l’année, des grimpeurs du monde entier escaladent ce rocher granitique. Il existe plus de 70 voies possibles pour en rejoindre le sommet. Pas pour nous évidemment, mais c’est impressionnant de les voir (il n’y en avait que 2 ou 3)

Jolie comme tout également, à la sortie du parc encore une cascade, et dire que l’été il n’y en a pas !

Et encore un paysage bien désolant, cette fois au nord.

Nous prenons la nationale 120 pour rejoindre SAN FRANCISCO.

Sur le chemin notre horizon ne sont que des arbres fruitiers, principalement des amandiers et des noix. Nous voyons également des cerisiers remplis de fruits, on s’arrête au bord de la route pour en acheter, car nous n’en n’avions pas vues depuis bien longtemps. Directement aux producteurs on les paye 8 $ les 3 livres, il fallait vraiment que nous soyons en manque, elles sont excellentes.

Le soir on s’arrête au bord du lac Mocassin Point, où il y a d’autres R.V.

 

La nuit sera des plus tranquille.

A midi nous arrivons à SAN FRANCISCO, mais cela fera l’objet d’autre article.

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Californie, U.S.A.. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à LES PARCS DE SEQUOIA – KINGS CANYON – YOSEMITE

  1. marlene decayeux dit :

    Coucou,
    Encore un moment magique. Vous me procurez beaucoup d’émotions. Bisous.

    • Genevieve dit :

      A peine publié, tu as déjà lu mon article, je vois que tu es vraiment intéressée, cela me fait énormément plaisir, en plus il doit être très tôt en France car ici il est bientôt l’heure d’aller au lit. Je t’embrasse

  2. QUERON dit :

    Nous avons visité le Yosemite il y a quelques années.
    Nous rajeunissons….
    Biz

  3. SERGE DABOUSSY dit :

    Que d’eau que d’eau,et jolie les arbustes geants ,dommage pour les fermetures des sites,bises,Serge

    • Genevieve dit :

      Et ça continue à SEATTLE, que d’eau et en plus du froid. Mais bientôt les glaciers on entre en Alaska dans quelques jours.

  4. daniel mazeron dit :

    comme d’habitude je suis en retard…mais ça n’enleve rien à mon plaisir !
    bravo genevieve toujours aussi alerte pour marcher
    si j’étais avec vous j’aurais souvent tenu compagnie à Bernard!!!
    que de belles photos!
    la suite aussi sans doute
    grosses bises à tous les deux
    Dan

    • Genevieve dit :

      Non je suis beaucoup moins alerte, je n’arrive plus à monter les pentes et les escaliers. Bernard me dit « dommage que tu ne sois pas là ».
      J’espère que ta santé est bonne. Bisous GEGE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.