YELLOWSTONE

DU 11 AOUT 2019 AU 14 AOUT 2019

Nous n’avons pu faire que le circuit rouge, à mon grand désespoir.

Dans l’histoire de la protection de la nature, le 1er mars 1872 est une date-clé. Ce jour-là, fut créé, par le Président GRANT, le 1er parc national du monde : YELLOWSTONE, dans le Wyoming, au nord ouest des Etats Unis. Et quel parc ! Un plateau volcanique plus grand que le Corse, perché à 2.300 mètres d’altitude, cerné de montagnes et troué de geysers mugissants. Des milliers d’animaux sauvages y vivent en toute liberté : ours, wapiti, élans, bisons, mouflons, lynx, pumas, rats musqués etc…

Il est considéré par beaucoup comme le plus beau parc  des USA, voire du monde ! On vient y admirer les geysers, les fumerolles, les sources d’eau chaude, le grand canyon, les forêts et les espaces sauvages, ainsi qu’un grand lac.

Il abrite la plus grande concentration de phénomènes géothermiques du monde. La croûte terrestre y est très fine (entre 3 et 5 km d’épaisseur), ce qui explique la présence de nombreux : 200 geysers , 10.000 sources d’eau chaude, concrétions calcaires, mares de boue, fumerolles, soit 62 % du total connu sur l’ensemble de la planète.

Le gouvernement américain s’est engagé une fois pour toutes à protéger des lieux uniques en créant les parcs. On dit souvent que les Parcs Nationaux sont la meilleure invention des Etats-Unis, c’est peut être un peu exagéré, mais pas sans fondement.

Ces terres sont épargnées par la mécanisation et l’appât du gain. Mais…. les grands espaces ne s’étendent plus, ils rétrécissent. Les parcs suffoquent sous l’affluence. Les activités industrielles se multiplient à la lisière, voire à l’intérieur. Les grandes entreprises sont plus puissantes que jamais, des restrictions budgétaires des services chargés de leur protection et l’exploitation croissante des ressources naturelles mettent en péril les paysages qui les constituent.

DIMANCHE 11 AOUT

Pour ce soir, nous n’allons pas rentrer dans le parc puisque nous ne pouvons pas y faire de camping, on traverse le village de GARDINER et on monte sur une colline, direction JARDINE. On se gare au bord de la piste et nous passons une nuit bien tranquille.

J’ai laissé mon appareil photo dans la cellule et juste avant notre arrêt, un magnifique élan broute sur le bas côté. Je vais réussir à prendre un photo avec ma tablette.

LUNDI 12  AOUT

Il existe dans le YELLOSTONE environ 500 km de routes asphaltées et cinq entrées.

Nous sommes donc à une vingtaine de minutes de l’entrée nord du parc, encore une fois nous n’avons pas réussi à nous lever très tôt. Lorsque nous passons la porte d’entrée à 9 heures, il y a 4-5 voitures devant nous (seulement).

On voit déjà des animaux :

Nous allons de suite au Visitor Center situé dans la zone de « MAMMOTH HOT SPRINGS », on nous conseille d’abord de trouver un camping pour le soir. Il y en a 4 que l’on doit réserver par téléphone ou par internet, mais pour aujourd’hui, il n’y a aucune place. On peut juste réserver pour le lendemain et encore. Quant aux 7 autres « premiers arrivés, premiers servis », il faut y aller directement, nous verrons donc lorsque nous passerons devant, sinon nous ressortirons du parc.

On commence par visiter le site de MAMMOTH. C’est magnifique. Il y a du monde, mais on trouve toujours une place pour stationner sur les parkings. Aujourd’hui nous aurons encore la chance de ne pas tomber sur des bus remplis d’Asiatiques.

On commence en beauté, juste à côté du Visitor Center, un beau menhir : « Liberty Cap », en réalité il s’agit d’une ancienne source.

« Lower Terrace » où on admire d’immenses formations calcaires, on se promène tout autour dans des chemins ou des passerelles bien aménagés.

« Palette Spring »

« Opal Terrace », « Main Terrace » et « Minerva Terrace »

« Mound Terrace » :

On prend la voiture pour monter sur une petite colline, par une petite route à sens unique très étroite : « Upper Terrace Loop Drive », peu de monde, les gens sont restés sur le parking en bas.

On ne se lasse pas de contempler ce site.

Nous partons au camping de « Tower Fall », le plus près d’ici, à environ 40 kms, pas de chance à midi il est déjà plein. Nous décidons d’aller voir les 2 suivants à la sortie nord-est.

Mais avant on déjeune et on va voir la cascade Tower qui plonge de 40 m de haut dans le grand canyon du Yellowstone (on a vu plus beau).

Par contre un peu plus loin, la gorge de la rivière est spectaculaire, avec ses piliers de basalte hexagonaux.

Belvédère de « Calcite Spring »

On reprend la route, embouteillage, provoqué par cet ours

Direction LAMAR VALLEY vers l’est, nous y apercevons des quantités de bisons broutant dans la vallée.

Le Yellowstone est un sanctuaire pour les bisons, présents depuis la Préhistoire. En 1902, on pouvait compter moins de 50 bisons dans le Yellowstone ; en 1998 : 3 000, ils sont aujourd’hui environ 4 000 dans ce parc. Chaque année, plusieurs de ces grands mammifères meurent percutés par des véhicules automobiles.

Le bison ne connait pas les lois, ils sont seulement protégés dans le parc. Un male peut peser 1 tonne , ils sont rarement agressifs et peuvent vivre 20 ans.

Un peu plus loin, voilà un beau bison qui fait sa sieste en bordure de route. Nous n’avons même pas assez de recul pour la photo, c’est dire qu’il est vraiment près de nous, en plus nous sommes seuls, on peut le regarder tranquillement.

On s’arrête aux 2 campings sur le chemin, mais ils sont pleins, il nous faut donc quitter le parc. Juste après le petit village de COOKE CITY, nous nous engageons sur une piste « Lulu Pass » et nous nous installons au bord. C’est très agréable, nous sommes entourés de fleurs des champs et de sapins. En faisant la cuisine par la fenêtre, j’ai aperçu un élan.

 

MARDI

Nous nous réveillons tôt, à 8 h nous sommes partis. Vers 6 h du matin, le chauffage s’est déclenché, il faisait moins de 7°. Dans la journée au soleil il doit faire un peu plus de 20°.

On re-traverse le petit village avant de pénétrer dans le parc

Il n’y a encore personne à l’entrée du parc pour le règlement ou pour vérifier que nous avons bien la carte que nous avions achetée en septembre 2018 pour 80 E et qui nous donne pendant un an l’entrée gratuite dans tous les parcs nationaux.

On reprend la route à sens inverse, les bisons se sont approchés.

C’est une vallée splendide.

Mais blocage pendant 30 mn, des bisons « jaunes » qui manifestent mais ici lorsque les rangers arrivent, ils forcent le passage et nous pouvons repartir tranquillement.

Nous avons le temps de regarder les autres autour de nous, bien à l’abri dans notre véhicule :

un bébé

Non, ce n’est pas un feu, mais des geysers

Nous filons jusqu’à CANYON VILLAGE pour réserver un camping pour ce soir. À 9 h du matin, ils sont déjà tous pris pour les 2 jours à venir, même les campings « 1er arrivé, 1er servi » sont pleins, sauf peut être celui de l’entrée au sud, mais c’est trop loin et nous quitterons le parc par là, nous décidons de ressortir ce soir à l’entrée Ouest.

En attendant on va prendre notre temps et continuer la visite.

D’abord le bord Nord du Grand Canyon du YELLOWSTONE. Pas de mot pour décrire cette splendeur, c’est le plus beau de tous les canyons que nous ayons vus.

On s’arrête à tous les points de vue, mais nous ne ferons aucune randonnée, je ne peux plus marcher : s’il y a une légère montée, j’ai du mal à respirer (nous sommes à 2.300 mètres)

Ensuite le Sud du Grand Canyon, tout aussi beau avec seulement 2 points de vue, près de la cascade.

et à « Uncle Tom’s » mais il y a beaucoup de marches, je vais en descendre seulement 38 jusqu’au premier belvédère.

« Artist’Point » où la route s’achève, avec la plus belle vue sur le canyon

On traverse la HAYDEN VALLEY, vert pâturage, avec encore des bisons. On longe toujours la rivière Yellowstone.

Arrêt à « MUD VOLCANO » avec une série de mares boueuses et fumantes tout au bord de la route,

et une source d’eau chaude jaillissant d’une caverne en émettant de bruyants gargouillis.

Les « Sufur Caldron », de l’autre côté de la route, qui ne sentent pas très bon.

Puis nous arrivons au bord du « YELLOWSTONE LAKE » pour le repas du midi. Nous nous installons près de l’hôtel « Lake Yellowstone », bâti en 1891. On ne voit personne même sur le parking où nous sommes.

En reprenant la route un attroupement dans un champ et des voitures arrêtées sur la route

On s’arrête et tout ce monde pour juste quelques élans.

En 1988, les incendies causés par la foudre ravagèrent 36 % de la superficie du parc. Des milliers de pompiers essayèrent de contenir le feu pour protéger les habitations, mais on accusa les pouvoirs publics de ne pas avoir eu la volonté d’éteindre complètement les foyers, qui restèrent en activité jusqu’aux pluies automnales. Certains écologistes affirment en revanche que les incendies sont un phénomène naturel qu’il ne convient pas d’entraver. De fait, peu d’animaux de grande taille furent victimes des incendies. Les arbrisseaux repoussèrent spontanément, on redécouvrit quelques panoramas intéressants et de nouvelles découvertes géologiques et archéologiques furent mises au jour. Mais il faudra des dizaines d’années avant que le Yellowstone ne retrouve son aspect initial. De nos jours, le National Park Service allume volontairement quelques incendies circonscrits, afin de prévenir une catastrophe de l’ampleur de celle de 1988.

L’après-midi nous partons pour « WEST THUMB Geyser ». Un chemin de planches serpente le long du lac, dans un petit cratère effondré. Ici sont concentrés des geysers et de belles sources chaudes

Tout cela est dans l’eau du lac, on marche au bord, il y a même des poissons qui vivent dans cette chaleur

On quitte ce lieu qui nous a bien impressionné par sa beauté.

Comme nous avons décidé d’aller dormir à l’extérieur Est du Parc, et que nous referons  la route le lendemain pour quitter le parc par l’entrée Sud, nous ne nous arrêterons qu’à  OLD FAITHFUL.

Le plus célèbre geyser du monde crache un jet de 14.000 à 32.000 litres d’eau bouillante,  de 40 m en moyenne toutes les 75 mn environ. Le spectacle dure de 90 s à 5 mn.

Et là il y a du monde. A peine arrivés à proximité, il se met à cracher, nous n’aurons pas eu besoin d’attendre 75 minutes, on le regarde avec du recul, mais c’est tout aussi beau.

Nous n’avons jamais eu autant de foule qu’ici, mais seulement devant le geyser et au moment où il crache. Ensuite tout le monde disparait. Où ? Mystère.

Je suis partie ensuite faire une marche, juste derrière. Pendant une bonne heure. Tout aux alentours n’est que jets de fumée et d’eau.

La ballade commence maintenant sur les planches

Une anémone :

et là j’ai eu de la chance, il ne gronde que 2 fois par jour pendant une vingtaine de minutes.

En revenant le OLD FAITHFUL. se remet à cracher. Je le vois de l’autre côté.

Je suis partie marcher 75 mn, c’était une marche d’une heure, mais je suis obligée de m’arrêter régulièrement pour reprendre mon souffle. Maintenant je suis consciente qu’il faut qu’on prenne une décision. Je ne peux plus continuer de marcher dans ces conditions, la promenade au bord du canyon, et maintenant où le terrain est plat, ont été pour moi très durs.

En attendant nous quittons le parc pour l’entrée Ouest et allons bivouaquer dans le village de West Yellowstone, très touristique. Nous trouvons un parking derrière la bibliothèque pour la nuit et demain nous verrons ce que nous ferons : médecin ou on continue le Parc.

Ce contenu a été publié dans U.S.A., Wyoming. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à YELLOWSTONE

  1. marlene decayeux dit :

    Coucou,
    Merci pour ce beau voyage virtuel. Je déménage le 26 septembre à la Grande Motte où habite mon fils. Bisous et bonne route pour la suite de votre voyage.

  2. jean queron dit :

    Les geysers , les cascades cela me rappelle un pays…mais sans ours, bisons ou élans….
    Beau reportage!
    Bises aux voyageurs

  3. MARIN Daniel dit :

    Reportage lu tardivement mais de toute beauté ! du relief, des couleurs, certainement des odeurs (y compris celle du souffre !), tout est là pour vous régaler ! bisous à vous deux; Geneviève ne pas négliger le médecin pour tes problèmes respiratoires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.