CUZCO-COPACABANA

Voilà, nous venons de quitter CUZCO depuis 20 jours. Nous étions au camping QUITA LALA, la 1ère semaine pour s’acclimater à l’altitude car nous rentrions de FRANCE, la 2ème pour aller visiter le PARC MANU.

DIMANCHE 23 OCTOBRE 2016

Nous avons décidé avec Monique et Daniel de faire le SUD LIPEZ et le SALAR D’UYUNI, ensemble. Ils attendent des pièces pour leur Ford incessamment. Nous avons prévu de nous retrouver à COPACABA en BOLIVIE pour la fin de la semaine, ce qui va nous donner le temps de refaire la route que nous avions faite rapidement avec les enfants.

Nous ne pensions pas refaire un article sur ce circuit, mais nous sommes allés dans des endroits que nous n’avions pas faits et qui méritent bien qu’on en parle.

Samedi soir, d’abord nous irons prendre notre dernier repas à CUZCO dans un restaurant  “LE BUFFET FRANCAIS”, tenu par un jeune couple qui sont là depuis 3 ans, et voilà ce que nous mangeons, une raclette avec du fromage péruvien (moins gras que le français et 3 variétés de jambons, dont le plus foncé de lama). C’est bon.

P1060587P1060589

Nous passons une agréable soirée avec d’autres français; dans la petite salle tout le monde discute ensemble.

Le lendemain nous prenons la route vers 10 h.

Nous allons nous arrêter dans trois villages pour voir les églises : ANDAHUAYLILLAS, HUARO et KANINKUNKA construites au 17e par les Jésuites sur un lieu de culte INCA.

La 1ère : l’église SAN PEDRO, surnommée la chapelle Sixtime des Andes en raison de sa décoration exceptionnelle. Le baroque ayant horreur du vide, pas un centimètre carré, du sol au plafond qui ne soit peint de fresques multicolores. Malheureusement, les photos y sont interdites, nous réussirons à prendre les photos intérieures de l’extérieur, elles ne sont donc pas très nettes.

DSCN0686.jpg

DSCN0690  DSCN0691

Ici c’est le plus vieil orgue du continent en état de fonctionnement, il a été restauré par les français.

Des maisons aux abords de l’église

DSCN0693DSCN0700DSCN0701DSCN0707

7 kms plus loin l’église d’HUARO de style Renaissance. Peinte également à l’intérieur comme la précédente.

DSCN0702DSCN0704DSCN0703 Remarquez le dallage sur le parvis

La 3ème  est une petite chapelle au bord d’un lac, un peu moins spectaculaire.

DSCN0708

Le soir nous dormirons à SICUANI à l’intérieur de la ville près du fleuve. Nous avons du mal à dormir pourtant il n’y a pas de bruit aux alentours. Par contre à 2 h du matin on klaxonne à côté de nous, Bernard se lève, il s’agit d’une voiture de police qui nous demande si tout va bien et ils repartent en nous souhaitant bon voyage !!!!

Quelques photos le long de la route d’habitations surtout de petites fermes, nous sommes sur l’altiplano à 4.000 m

Ici, pas d’électricité, pas d’eau, les gens sont d’une extrême pauvreté, en perpétuelle lutte pour leur survie, vivant quasiment en autarcie alimentaire et combinant l’élevage (ovins, lamas, cochons) et l’agriculture de subsistance. Les paysans se regroupent en ayllus (communautés sociales) qui pratiquent entre elles l’entraide réciproque.

Morcelés en minuscules parcelles travaillées à la main, sans machine ni engrais, les champs ont de faibles rendements. L’analphabétisme atteint ici des niveaux élevés.

dscn0727 dscn0728 dscn0729 dscn0732 dscn0736 dscn0737

dscn0796  dscn0794

Nous passons le col à 4.312 m à LA RAYA mais nous ne nous y arrêtons pas, il pleut.

Nous visitons la ville de AYAVIRI, Bernard s’engage dans une rue et impossible de continuer il y a une table et un parasol au bord du trottoir, et personne ne veut la déplacer, je descends et vais chercher un policier qui nous fait faire marche arrière entre les étals. Pas évident, mais mon loulou réussit encore une fois à s’en sortir.

Nous nous garerons à la sortie de la ville et prendrons un vélo-taxi, pour aller jusqu’à la Place d’Armes, l’église est fermée, par contre il y a encore un défilé.

p1060593 p1060594p1060590          p1060596

A la sortie de la ville, 10 kms d’une bonne piste, il y a le Canyon de Tinajani

dscn0767 dscn0778

dscn0777 dscn0773 dscn0770 dscn0766  dscn0775 dscn0781

Nous allons déjeuner devant cette ferme au bord de la piste, puis nous ferons demi-tour.

dscn0772 Et là le village juste à côté.

De temps en temps une petite lagune

dscn0758

dscn0760

Une traversée de village

dscn0740 dscn0763

Arrêt l’après midi à PUCARA, village où l’on fabrique les céramiques des petits boeufs qui sont placés sur les toits des maisons, par superstition.

dscn0786 dscn0785 dscn0784 dscn0788

Il attend les clients dans sa boutique en dormant et une femme dans la rue qui file

dscn0787 dscn0792

Avant l’arrivée à JULIACA, il y aura  de la neige fondue.

Nous traversons la ville pour rejoindre la péninsule de CAPACHICA mais comme la nuit commence à tomber nous nous arrêtons sur la place du petit village du même nom.

Le lendemain matin nous partons pour l’extrémité de la péninsule à LLACHON

Les paysages sont magnifiques avec une vue grandiose sur le lac et les iles Taquile et Amantari.

dscn0810

Elevage de la truite

dscn0809

dscn0927 dscn0808

  dscn0797     dscn0811 dscn0813 dscn0814 dscn0815

dscn0838 dscn0829

Il n’y a aucun touriste nous avons juste rencontré la famille GITANA, des français qui habitent en Australie et qui voyagent avec 4 enfants. Ils sont venus nous voir sur la place où ils cherchaient du beurre. Nous avions déjà passé quelques jours avec eux sur le camping à CUZCO.

Des paysans conduisent des attelages de bœufs tirant des herses en bois, d’autres (surtout des femmes) bêchent le sol pour semer des pommes de terre, de l’orge ou du maïs, les villageois portent des costumes typiques.

dscn0865

La femme sème derrière la charrue

dscn0922 dscn0923 dscn0924

dscn0907

dscn0866 dscn0870 dscn0875          dscn0874

dscn0876

dscn0805

Sur les chapeaux plats des femmes, s’il y a des pompons c’est qu’elles sont mariées.

dscn0887 dscn0844 dscn0845

Apaisante, d’une grande beauté, la péninsule est un petit paradis naturel.

dscn0818 dscn0822 dscn0824         dscn0828 dscn0833 dscn0834 dscn0835 dscn0837 dscn0838 dscn0839 dscn0840 dscn0841 dscn0842         dscn0864 dscn0843       dscn0886

(ils cultivent même sur le sable)

Nous rejoignons  la pointe de la péninsule SANTA MARIA par une petite piste, pas vraiment bonne, surtout étroite et à l’extrémité il n’y a pas d’endroit pour faire demi-tour, il faut jongler avec les manœuvres.

dscn0832

dscn0836

dscn0830

Nous ferons demi-tour devant cette ferme

A Llachon, je vais descendre jusqu’à la plage, c’est assez fatiguant.

dscn0847

 dscn0853 dscn0852 dscn0846 dscn0851 +dscn0857 dscn0859 dscn0860

dscn0861 dscn0850 dscn0849          dscn0848

dscn0854 Voilà les cultures en bas.

et les femmes qui travaillent, bien qu’il y en a une qui a l’air de se reposer !

dscn0855

 Bernard qui m’attend en haut

                                                            dscn0862

devant cette ferme et cette dame mariée qui le regarde

dscn0863

L’après midi nous rejoignons la plage de Chiffron près de CAPACHICA, nous resterons assis dans un fauteuil à bouquiner au soleil tout l’après-midi.

Pour être tranquille, il n’y a pas mieux.                                                         dscn0881

Le soir ils emmènent les bêtes au bord du lac pour boire

dscn0883   dscn0884

dscn0885

Quand je  dis que nous ne faisons rien !

il ne va tout de même pas rester trop longtemps ici, il va retourner bien vite sur son fauteuil.

dscn0890

La plage et la vue ne sont pas si mal !

dscn0888 dscn0889

Nous ne nous sommes pas baignés mais l’eau n’est pas très froide, peut être comme en Normandie (l’hiver).

Nous avons juste vu le camping car de la famille GITANA qui est garé dans la cour d’une maison d’hôtes, ils ont du partir pour les îles car il y a un bateau qui fait la navette, les îles sont tout près juste face à la plage (moins d’heure de bateau)

Le lendemain nous décidons de rejoindre la Bolivie par le nord du lac TITICACA et redescendre par l’Est, nous partons par une piste pas trop mauvaise, nous longeons le lac mais entre la route et l’eau il y a toujours les mêmes cultures.

dscn0895

dscn0892

dscn0901 dscn0899

dscn0896

dscn0900  dscn0906

dscn0879

dscn0908 dscn0913 dscn0903dscn0902

A peine arrêtés pour le repas du midi, qu’une estafette s’arrête à côté de nous. 2 hommes descendent et nous montrent leurs cartes et leurs armes, il s’agit de douaniers. Ils nous demandent où l’on va et nous disent qu’à la frontière il n’y a pas d’immigration et qu’ensuite la route pour la BOLIVIE est jolie mais très mauvaise.

Ils nous demandent tout de même nos papiers et nous expliquent que si nous voulons vraiment passer par là, il faut aller jusqu’à PUNO  où l’on nous donnera un laisser passer de 4 jours pour rejoindre la frontière. Nous décidons de faire demi-tour.

Voilà où nous étions et où nous avons déjeuné.

dscn0928        dscn0927

Un lavoir sur le bord de la route

dscn0930

Plutôt que de rejoindre PUNO par la grande route, nous repartons par la piste que nous avons faite le matin car le paysage était magnifique et la vie dans les champs nous passionne.

Nous retournerons donc coucher où nous étions la veille.

Mais peut être avons nous eu tort, juste avant de passer ce village

dscn0916 dscn0918 dscn0919

 PAF, un pneu éclate

dscn0931

(Jean va être content il veut un peu d’animation dans nos voyages)

La roue de secours avait retrouvé sa place sous le camion, car à CUZCO lors de notre promenade en AMAZONIE, nous avions laissé le camper dans un garage pour y effectuer quelques réparations et les vidanges.

Nous sommes dans un tout petit village mais voilà la sortie de l’école. Les enfants prennent le chemin de toutes les petites “fermes” que nous avons rencontrées sur la route.

dscn0933

dscn0935

Des jeunes filles qui sont restées à discuter avec nous et qui ont visité le camper, l’une d’elles est allée me chercher une photo et elle voulait que je lui en donne une de moi, pas de chance, je ne savais pas que mon physique pouvait intéresser quelqu’un, je n’en avais pas (il va falloir que j’y pense). Je leur ai donné à chacune une petite Tour Eiffel.

Et voilà la piste, nous avions pourtant vu pire

dscn0920 dscn0921

Nous sommes à 30 Kms de l’endroit où nous voulons coucher, nous y allons très tranquillement.

Arrivés à notre bivouac de la vieille, notre place est prise par la famille GITANA qui effectivement était allée pour 2 jours sur l’ile d’ARMANTANI. Nous nous installons pas très loin, et après le dîner, les parents viennent nous rejoindre dans le camper où nous discuterons 2 bonnes heures.

dscn0937

La nuit il y a eu un orage et il a plu.

Le lendemain, moins de soleil. Nous partons pour PUNO et nous nous arrêtons à la 1ere gommeria (DUNLOP). Nous changeons donc nos 2 pneus arrière pour 250 E les 2. Nous avions réglé 340 E au CHILI et 720 E en Argentine, nous avons fait 30.000 kms avec ceux-là. Un caillou avait coupé le pneu sur environ 7 à 8 cms.

Nous ne resterons pas à PUNO mais prenons la route de la Bolivie.

1er arrêt à CHUCUITO, près de l’église un temple Inka dédié à la fécondité.

dscn0940

dscn0942

dscn0938

Autre arrêt à ACORA, toujours des églises SAN JUAN et SAN PEDRO, celle-ci semble abandonnée il y a juste un cimentière à côté.

dscn0944  dscn0948

  dscn0945

Les maisons à côté de l’église.

 dscn0946 dscn0947

Par contre la place du village en bas est animée.

dscn0956 dscn0954 dscn0953          dscn0950

Nous allons dormir à JULI à 4100 m, sur la plage, bien tranquille. Le lendemain en ville nous visitons (encore) les 4 églises coloniales des 16e et 17e

La cathédrale ST PEDRO sur la place d’Armes

p1060630

et les 2 autres qui sont devenus des musées avec des tableaux de dimensions gigantesques.

p1060619

p1060618

Seul le portail de la 2eme église me semble beau, l’église est visible sur la 2ème photo

p1060633 p1060634

p1060635 devant l’église sur la place

et la dernière en cours de restauration avec des sculptures magnifiques.

 p1060625  p1060628

p1060629

à l ‘intérieur de la cour un maître d’école fait faire du sport aux élèves.

p1060627

A côté de notre bivouac au bord du lac :

p1060615

Nous arrivons tranquillement au poste frontalier, les formalités ne sont pas aussi compliquées qu’en juillet.

Vue sur le lac TITICACA avec les montagnes boliviennes enneigées

p1060636

Puis nous retrouvons notre emplacement à COPACABANA où nous attendrons nos amis pour partir dans le SUD LIPEZ.

Il y a toujours des touristes mais rien à voir avec le mois de juillet. Nous n’allons pas faire grand chose, profiter du soleil, les nuits par contre sont froides.

Ce contenu a été publié dans Pérou. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à CUZCO-COPACABANA

  1. demerscastel sylvie dit :

    Dur, dur les pistes, pour les pneus, mais bon vous arrivez toujours à faire face à toutes les situations….
    Bonne route et à la prochaine aventure.

    Plein de bisous

    Sylvie et Jérome.

  2. Michel et Maryse CAMPO dit :

    Très content d’avoir de vos nouvelles. Les paysages sont a couper le souffle. A bientôt

  3. jean queron dit :

    Tout est haut en couleurs..et en altitude;
    Une chose m’intrigue quand même :
    Vous êtes certains que sont les femmes qui portent les pompons ?
    Parce que ici, sauf erreur, ce sont les hommes, non?
    Bises

  4. Lejeune francoise dit :

    Bonjour,
    Les « reportages »sont toujours aussi ovationnants et les photos superbes
    Bonne continuation et à plus pour un nouveau dépaysement
    Bisous à tous les deux

  5. Serge Daboussy dit :

    Vous allez être prêt pour l’Himalaya ?
    Bises
    Serge

  6. martine et claude dit :

    super photos et très bons commentaires,j’èspère que vous etes en super forme
    nous ça y est sommes au camping d’Agadir qui se rempli doucement
    bises de nous 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *