BAJA CALIFORNIE 2 – DE LA PAZ A SAN IGNACIO (avec Edwige)

DU 9 FEVRIER AU 22 FEVRIER 2019

Durant les vacances scolaires en Bretagne, EDWIGE, NOAN et LILOU viennent nous rejoindre en BAJA CALIFORNIE. Nous allons rechercher les baleines, requins et otaries et pour cela remonter jusqu’à SAN IGNACIO,  nous ferons 2.000 kms.

Nous ne les avons pas vus depuis début septembre.

Nous devions louer une voiture et partir tous les 5 dans le nord de la Péninsule et coucher à l’hôtel. Notre camper va nous manquer pour la vie courante.

Il y a 2 jours, nous changeons notre programme. François et Carole, gentiment, nous proposent une tente de camping, 2 matelas et 2 duvets. Nous annulons la location de la voiture et allons voir si nous pouvons déposer tout notre matériel qui se trouve sur la banquette arrière, dans un gardiennage de camping-car situé près de l’aéroport, pour que nous puissions utiliser les sièges arrière.

Tout est possible, le remboursement de la voiture et le gardiennage. Nous récupérons 2 places à l’arrière.

SAMEDI 9 FEVRIER 2019

9 h nous sommes à l’aéroport.

Ils arrivent les derniers, stoppés par la douane, car ils avaient des clémentines dans leurs sacs, ils ont décidé qu’ils les mangeraient avant de sortir.

Il est encore un peu tôt pour aller à l’appartement qu’Edwige a réservé, nous partons directement à la plage EL MOCOTE qui se trouve un peu plus loin que l’aéroport. Il s’agit d’une bande de terre en face de la ville de LA PAZ.

La piste est très sableuse. A l’intérieur dans la cellule, je suis installée avec LILOU, on bouge de tous les côtés, il faut se tenir à la table et à l’évier (nous n’avons pas encore vidé les sièges arrière, il n’y a donc que 3 places à l’avant).

Un premier arrêt juste pour voir la mer, elle est un peu agitée.

Nous retrouvons François et Carole. Nous espérons voir des requins baleines de la côte, nous partons un peu plus loin car on aperçoit  un bateau entouré  de plongeurs.

les enfants font connaissance et trouvent sur la plage une carapace de tortue.
Lilou et Naoki vont s’amuser à mettre des coquillages à la place des yeux.

Noan lui va trouver ça. On ne sait pas ce que c’est.

Toujours pas de requins en vue.

Il y a d’immenses dunes, tout le monde va s’en donner à cœur joie.

Vers 17 h nous partons au Airbnb qu’Edwige a réservé. La maison est sur la plage et nous allons pouvoir nous installer devant en prenant l’électricité.

Courses et léger repas au supermarché du coin et à 20 h tout le monde se couche.

DIMANCHE

A 8 h, nous sommes au centre de plongée tenue par une Française pour une journée snorkeling. Nous ne partirons qu’à 9 h car il a fallu attendre 3 autres Canadiens qui vont passer la journée avec nous. Tout le monde met sa combinaison. A mon grand regret, je ne peux pas encore aller nager, alors je vais être raisonnable. Je ne pourrais pas enfiler de palmes.

2 jeunes filles francophones vont nous accompagner.

1er arrêt : nage avec les otaries.

Nous allons au nord de l’île d’Espiritu Santos. Cet endroit a été désigné réserve de la biosphère par l’UNESCO en 2005. La biodiversité terrestre et sous-marine est extrêmement riche. Les oiseaux sont très nombreux. Elle est inhabitée par l’homme mais abrite une énorme colonie d’otaries de Californie, qui évolue autour de ces deux îlots rocheux.

Prêtes à sauter :

et les voilà tous partis, ils vont jouer une heure dans l’eau et même rentrer dans une petite caverne.

Très curieuses et peu farouches, les otaries de Californie n’hésitent pas à s’approcher du plongeur pour toucher l’intrus. Ce sont des ballets de danseuses qui viennent parfois, sans délicatesse, inspecter les palmes.

Même nous, nous avons droit au spectacle et à notre otarie

j’y vais, ou j’y vais pas :

Oui, je monte :

et je m’installe :

 je vais même jouer avec le capitaine :

Maintenant tout le monde remonte, plus qu’enchanté de leur première plongée.

et celle-ci veut nous accompagner :

Une sirène ou une autre otarie ?

Il était prévu que nous allions déjeuner sur une plage, mais finalement le repas se fera sur le bateau, une bonne salade au thon.

Autour de nous, on assistera à un ballet de dauphins au grand bonheur des enfants et de leur maman.

Nous partons  pour aller près de la plage où nous étions la veille. 1 h de bateau.

Et là une dizaine de requins baleines sont autour de nous. C’est assez exceptionnel d’en voir autant. Mais avant une petite explication sur ce poisson :

« Le requin-baleine est le plus grand poisson existant sur la planète (entre 5 et 14 m). C’est un animal au corps allongé et massif, à la peau grisâtre dont la livrée en damiers est caractéristique. La tête du requin baleine est aplatie et sa bouche est située à l’avant. Elle est énorme et sa taille peut atteindre les 2 mètres de largeur. Elle est équipée d’un grand nombre de dents minuscules qui sont réparties sur 300 rangées par mâchoire. Le poisson possède cinq paires de fentes branchiales qui, hormis leur fonction respiratoire, servent à filtrer l’eau pour en séparer la nourriture. Le requin arbore deux ailerons dorsaux.

Malgré sa taille, le requin-baleine est un poisson inoffensif et dénué d’agressivité. Il se déplace à une allure faible (environ 5 km/h) mais est capable de franchir des milliers de kilomètres lors de ses migrations. Il est un animal qui se nourrit essentiellement de plancton et de petits poissons dont la taille n’excède pas 10 cm. Pour ce faire, il ouvre grand la gueule et avale des milliers de litres d’eau contenant la nourriture. Il expulse l’eau par les fentes branchiales et avale les proies restées prisonnières en déglutissant.

La baie de La Paz en Basse Californie fait partie des rares endroits au monde où des groupes de requins baleines s’approchent chaque année des côtes, dans le but de s’alimenter.

Les requins baleine atteindraient leur maturité sexuelle vers l’âge de 30 ans, et leur espérance de vie moyenne est estimée à 70 ans. De plus, ces poissons n’ont pas de prédateurs connus. »

(ces 2 photos sont prises sur internet)

Les consignes étaient qu’Edwige et ses enfants nageaient ensemble avec un guide, remontaient et ensuite c’était au tour des 3 autres Canadiens. Mais vu le nombre de poissons aujourd’hui, tout le monde est parti en même temps. Il parait que nous avons une chance incroyable, il y en a des dizaines autour de nous, quelquefois, il n’y en qu’un seul, et la visibilité est bonne.

Pouvez-vous imaginer nager à côté d’un requin-baleine long de 10 mètres pendant qu’il est en train de manger ?

Tout le monde reste groupé, Lilou donne la main à une guide et Edwige s’occupe de Noan. Il paraît que c’est très impressionnant de se retrouver juste à proximité. Cela fait même un peu peur, aux dires de Lilou.

Il vont rester un peu plus d’une heure avec les requins baleines. je meurs d’envie y aller mais je n’ai pas de combinaison ni de palmes.

La bouche vue du bateau

et vue sous l’eau :

Voilà au fond la bande de terre où nous étions la veille.

Et la vue de la côte au retour :

Nous rentrons tous bien fatigués de notre journée et allons faire une petite promenade sur le malecon lorsque nous croisons, notre petite famille d’adoption, on finit la balade et la soirée tous ensemble.

J’ai besoin d’aller chercher de l’argent, François va m’y emmener. Nous sommes dimanche et il y a beaucoup de monde sur la promenade, on doit zigzaguer à travers la foule.

LUNDI

Petit déjeuner en famille dans le AirBnb

Edwige a pris une plongée en bouteille sur l’ile où nous étions hier pour aller sur une épave et nager sous l’eau avec les otaries.

(photos prises avec une GO-PRO par un plongeur)

Quant à nous, nous allons en profiter avec les enfants pour aller déposer les affaires que nous avons sur le siège arrière de notre voiture au gardiennage près de l’aéroport.

Repas avec les enfants à la maison, un peu de piscine et nous rejoignons Edwige au club vers 15h .

Nous finissons la journée sur la plage de Balantra à 18 kilomètres où nous étions allés avec Evelyne.

Les enfants vont s’y baigner, mais il ne fait pas très chaud car il y a un peu de vent.

Dîner au ranch viejo à la PAZ.

MARDI

Départ pour Loreto dans le nord de la Paz à 350 km.

Un camion couché sur la route et ce n’est pas la première fois que nous en voyons

Toujours des vaches

Repas de tacos sur la route, dans une petite loncheria typique qui longe la route. Ces petits restaurants du peuple, n’offrent pas de confort, d’atmosphère ou de vue intéressante, elles présentent à la place de la bonne nourriture traditionnelle à un prix très économique.

Une photo prise le long de la route, la baie est magnifique, nous nous arrêterons quelque part au retour.

LORETO, la plus ancienne ville de la péninsule, est peut-être aussi la mieux située : elle est à la fois encerclée par le désert, les montagnes et la mer de Cortés. Ceci étant, elle n’a pas grand chose d’autre à offrir que ses paysages.

En arrivant dans la ville, un immense complexe hôtelier, avec un golf

Edwige ayant réservée encore un Airbnb qu’elle n’a pas annulé, nous nous installons devant son logement. Ensuite nous nous servirons de la tente.

Petit promenade en ville où on réserve un tour pour le lendemain.

Repas d’un hot dog ou d’un hamburger aux crevettes dans un « resto » ambulant.

Tous bien gourmands, le mien le plus copieux avec un bifteck et des crevettes.

MERCREDI

Nous partons en lancha avec un autre couple de mexicain.

En cours de route nous voyons une ribambelle de dauphins

Nous nous approchons d’une île, où nous verrons encore des otaries au bord de la falaise

Arrêt de 2h sur une plage tout à fait paradisiaque, je vais enfin pouvoir me servir de mes palmes et faire du snorkeling avec Noan. Les poissons sont gros et beaux.

Bernard ne nous a pas accompagné et comme nous rentrons vers 14 h, nous décidons de laisser la chambre que nous avions réservée pour 2 nuits et de partir directement pour notre prochaine destination.

Nous traversons une région bordée de plages magnifiques sur Bahia conception, prises d’assaut par les gros camping-cars.

 

Arrêt pour notre premier camping un peu avant San Rosalia.

Nous installons la tente juste à côté du véhicule, elle est très facile à monter

Au moment de nous coucher, nous décidons avec Edwige et les enfants de faire une partie de skip boo (le jeu de cartes qu’Edwige nous a ramené de France et que nous avions découvert avec les Canadiens à Noël).

Bernard voulant aller se coucher, il décide d’aller dormir dans la tente. Il y prendra ses quartiers durant tout le séjour des enfants. Un enfant dormira sur la banquette et l’autre avec Edwige et moi.

JEUDI

La nuit ayant été excellente pour tout le monde, nous décidons de continuer comme cela.

Nous nous arrêtons à SAN ROSALIA. Il s’agit d’une ville construite par une entreprise française, El Boleo, afin d’y extraire les quantités importantes de cuivre localisé autour de la ville. L’opération minière y étant terminée depuis les années 50, la ville de Santa Rosalia est maintenant un petit port de pêche avec un peu d’industries assez délabrées. Les Français ont laissé leur marque dans la ville.

La Iglesia Santa Barbara est unique parce qu’elle a été dessinée et construite par Eiffel pour l’exposition universelle de 1898. Elle a ensuite été transportée par bateau par le Cap Horn vers son emplacement actuel.

La structure du toit est entièrement métallique

Le midi nous arrivons à SAN IGNACIO, qui se situe au cour d’une délicieuse oasis.

Lors de sa construction par des moines jésuites en 1728, de la Mission de SAN IGNACIO, on utilisa des blocs de roche volcanique de 1,20 m d’épaisseur, cela a permis à l’église de survivre au passage des siècles à la différence des autres missions qui ont été reconstruites.

Nous mangeons sur la place des tacos.

Nous réservons également un tour pour le lendemain matin, car nous sommes montés jusqu’ici pour rejoindre le site des baleines grises.

Nous sommes dans la Laguna de SAN IGNACIO, nous avons 70 Kms à parcourir, mais les 35 derniers kilomètres sont une très mauvaise piste. Nous mettrons presque 2 h.

Il fait du soleil mais un peu de vent. On s’installe dans la salle du restaurant pour jouer au cartes.

VENDREDI

Au matin, un préposé passe en revue les consignes pour l’observation des baleines.
C’est la baleine qui choisit si elle veut se faire toucher. Ne pas toucher les narines, les yeux ou la queue.

À 8h 1/2 précise nous prenons une petite barque avec 4 personnes pour découvrir un site fabuleux.

Des dizaines de baleines vont nager autour de nous. Pendant 2 heures, nous en verrons près d’une centaine. Encore une fois la chance est avec nous.

« La baleine grise a une peau grisée plus ou moins sombre et plus ou moins mouchetée et incrustée de balanes. La baleine de Californie qui migre depuis la Basse Californie jusqu’au détroit de Béring, est une espèce côtière qui fréquente les eaux profondes, mais qui n’hésite pas à s’aventurer dans des zones à faible tirant d’eau.
Elle peut plonger jusqu’à 120 mètres de profondeur, mais en règle générale elle préfère fréquenter les lagunes où elle peut sonder le fond à la recherche de nourriture. C’est une grande migratrice qui évolue dans les mers froides en été, saison durant laquelle elle reconstitue ses réserves de graisse, et passe l’hiver au sud pour la période de reproduction et de mise bas. Les migrations peuvent atteindre les 10.000 km. Celles-ci ne sont pas sans danger pour les jeunes qui prennent la «route» à la suite de leur mère dès trois mois, car les orques connaissent les voies de passage, et sont à l’affût. La vitesse de croisière d’un adulte est d’environ 10 km/h mais le baleineau est beaucoup plus lent et ne dépasse pas les 4 km/h, ce qui le rend très vulnérable.
Les migrations sont très organisées. Ce sont les célibataires, mâles ou femelles qui partent les premiers, suivis des femelles ayant mis bas ou fécondées. La baleine grise possède une gamme de vocalisations dont elle se sert pour rester en contact, informer d’un danger ou signaler une ressource en nourriture. Elle est également acrobate dans le sens où elle est capable d’effectuer des sauts impressionnants hors de l’eau. C’est un animal pacifique et confiant, qui se laisse aisément approcher par l’homme.
Le régime alimentaire de la baleine grise varie selon les lieux de passage et de résidence. Il se compose d’espèces pélagiques telles que le krill et autres amphipodes, de crabes et autres crustacés qui vivent sur le fond océanique, mais aussi de calmars, de sardines ou d’algues. Lorsqu’elle s’alimente d’organismes vivants dans les sédiments, la baleine grise nage sur le flanc droit en s’inclinant d’une trentaine de degrés. Elle aspire alors ses proies en rejetant le limon par les fanons.
Les principales causes du déclin de l’espèce sont bien évidemment la chasse à outrance dont la baleine grise a été victime et les autres activités humaines : trafic maritime accru, pollutions. Il ne resterait qu’une cinquantaine de mâles reproducteurs pour la sous-espèce asiatique. La population de Basse Californie compterait environ 21.000 individus. Malgré le moratoire imposé par la Commission baleinière internationale, la chasse illégale se poursuit. De nos jours, elle est principalement pratiquée par l’Islande et le Japon qui argue d’une « raison scientifique » totalement injustifiable. »

Lilou en voit une :


On se fait mouiller, en voilà une qui passe sous notre bateau mais on n’arrive pas à la toucher.

Nous rentrons encore très heureux de notre promenade en mer, le camping car nous attend.

Edwige a tellement adoré, qu’elle décide de reprendre un tour l’après-midi, ils partiront à 3 personnes et en verront tout autant (dont une avec son baleineau).

Dès que sa balade est terminée, nous reprenons la route, par un autre chemin, mais tout aussi mauvais.

Nous nous arrêtons juste après le village de SAN IGNACIO, avant de reprendre la grande route, au camping PETATES

Nous sommes seuls, l’endroit est agréable, les enfants joueront avec les canards au bord de l’étang

Nous reprenons le chemin inverse pour rejoindre LA PAZ.

Nous nous arrêterons à MULEGE, l’endroit semble joli, encore un bel oasis.

On s’arrête pour déjeuner à Playa Requesón. Une bande de sable rejoint à marée basse une île en face de la plage et donne à l’endroit une allure très pittoresque. Au lieu de palmiers, ce sont les cactus qui nous entourent. Le vent  aura par contre vite fait de nous fatiguer.

On longe toujours BAHIA CONCEPTION sur une quarantaine de kilomètres

Nous avons encore un site important où l’on peut voir les baleines à PUERTO LOPEZ MATEOS. Il faut faire un léger détour mais la route est correcte.

Il est 18 h, nous allons nous installer directement sur le parking (whale watching), il y a énormément de vent. On s’installe derrière les buissons et on colle la tente au camper.

Après ce travail effectué, nous allons prendre une petite margharita au bar, juste pour nous réchauffer.

La nuit n’a pas été bonne du tout,  le camping-car gigote dans tous les sens, la fenêtre sur notre tête tape. A 2 h du matin, on réveille Bernard pour qu’il fasse quelque chose,  lui non plus ne dort pas. Il referme le lanterneau correctement et on va essayer de se rendormir.

Pas très frais, nous partons prendre une excursion à 9 h, on fait une bêtise, on ne prend qu’une heure et on ne nous explique pas que 2 h c’est mieux et surtout qu’on met 20 mn en bateau pour aller sur le site. On prend un bateau pour nous seuls, c’est beaucoup moins onéreux qu’à SAN IGNACIO (1500 Pesos pour nous tous, au lieu de 4300)

Déception après la journée de la vieille, on verra tout de même deux baleineaux avec leur mère.

Nous arrivons à LA PAZ et allons nous installer au Camping NAYARIT, il faut qu’on recharge un peu nos batteries. Repas le soir où nous avions diner avec François et Carole.

Et le lendemain matin nous partons sur CABO PUMO, l’aquarium de la Basse Californie, il y a toujours autant de vent. Les enfants vont tout de même se baigner sur la plage LOS ARBOLITOS où nous camperons.

Petite balade le long de la falaise et re-baignade pour les enfants dans des vagues énormes, avec de repartir le lendemain matin.

Nous partons à 8 kms plus au sud à CABO FRAILES (nous étions déjà passés ici avec Evelyne mais sans nous arrêter), toujours pour aller faire du snorkeling. Edwige va y aller mais pas moi, je suis trop frileuse. Ils verront des poissons.

Nous sommes dans un tout petit village de pêcheurs situé carrément sur la plage.

Et oui, ici les pêcheurs tuent les requins. Ils n’ont qu’une restriction c’est une interdiction de pêche pendant 3 mois.

On reprend la piste pour rentrer à LA PAZ.

MERCREDI 20 FEVRIER

Nous avons bien nettoyé le matériel de camping, Edwige retournera pour sa dernière nuit au AirBnb qu’elle avait pris à l’aller. Le lendemain matin, valise, un dernier petit tour sur le Malecon, derniers tacos, et Bernard nous dépose à l’aéroport à 13 h.

L’avion devait partir à 14 h30, mais il aura une heure de retard, on s’installe dans l’aéroport pour jouer aux cartes.

Arrivés à MEXICO, nous prenons un taxi pour rejoindre notre hôtel, un peu vieillot, mais beaucoup de cachet. La chambre est immense.

JEUDI

Petit déjeuner à l’hôtel

Nous allons aux pyramides à TEOTIHUCAN (pour moi c’est donc la 3ème fois). On arrive à 11 h et le bus, malheureusement, nous laisse à la porte 2, il faudra qu’on fasse une partie du chemin 2 fois.

Edwige et les enfants montent au haut de la pyramide du soleil, ensuite nous sortons pour prendre un repas à côté du site, et direction la pyramide de la lune.

Visite de tout le coin, et retour à la porte 1.

Nous finirons la visite aux environs de 17 h, il n’y a plus personne sur le site.

Nous reprenons tranquillement le bus, puis un taxi qui va nous emmener au restaurant dans le centre de Mexico à la Chusqueria Brésilienne, la même où j’étais allé avec Evelyne.

Le lendemain, nous visitons le centre historique de MEXICO, à pied.

Le Zocalo

La place San Domingo

La place Garibaldi, mais il est encore un peu tôt pour écouter les chanteurs et les mariachis.

La rue des musiciens

Notre déjeuner du midi, on s’arrête dans une « pâtisserie »

Visite du Musée de la Poste (j’ai déjà parlé de tous ces monuments dans l’article sur Mexico)

Une tapisserie faite avec des timbres :

On continue la visite, avec le Palais Bella Artes, une pause repos dans le parc en face

et on rejoindra tranquillement notre hôtel

Dans l’hôtel :

Après avoir été récupéré nos bagages, nous prenons un taxi pour rejoindre l’aéroport. Ils prennent l’avion à 20 h et moi le lendemain matin à 7 h 30. Je dois les quitter à regret.

Ils m’envoient 2 dernières photos avant le décollage

Et moi je rejoins mon hôtel, dont vous aurez les explications sur l’article prochain. Juste une photo du couloir avec les « portes des chambres ».

Et voilà le circuit fait avec Edwige.

 

Ce contenu a été publié dans Mexique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à BAJA CALIFORNIE 2 – DE LA PAZ A SAN IGNACIO (avec Edwige)

  1. sylvie demerscastel dit :

    Bel intermède en famille, ils sont beaux tes petits enfants; Merci de toutes ces belles photos, l’aventure continue…. Bisous

  2. Daboussy Serge dit :

    Muy bien ,une bouffé de jeunesse,tu as du être contente Geneviève,bises à vous deux,Sergio

  3. jean queron dit :

    Bonjour de Bourgogne
    Très bon séjour avec les enfants
    Nous vous embrassons tous
    Monique et Jean

  4. MARIN Daniel dit :

    Que de baleines ! les enfants ont bien profité… mais qu’il a dû être difficile de les laisser à l’aéroport ! Allez, le voyage continue et nous vous faisons de gros bisous.

  5. marlene decayeux dit :

    Merci encore de me faire voyager. De réver. Bonne route pour la suite de votre voyage. Bisous. Marlène.

  6. jean louis rouzin dit :

    toujours intéressant ton reportage
    belles photos et commentaires
    bonne continuation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *