LA COTE SUD DE LA FINLANDE

Après, notre traversée par l’Est de la Finlande, via la région des Grands Lacs et des forêts de conifères, nous arrivons dans le sud du pays sur les bords de la mer Baltique.

Les paysages changent et surtout la vie: nous voyons de plus en plus de villages et il y a de l’animation, dans les rues, dans les bars surtout.

DIMANCE 23 JUIN 2024

Ce matin, au réveil, on s’aperçoit que le réfrigérateur ne fonctionne plus, tout ce qu’il y a dans le congélateur commence à être mou.

A peine notre petit déjeuner pris, je vais me mettre à cuisiner et à faire des préparations pour les jours à venir de ce que j’ai à l’intérieur, principalement de la morue, des crevettes et des œufs de cabillaud que nous avions achetés en NORVEGE pour faire goûter à la famille et aux amis en rentrant (pas de chance pour eux, nous allons être obligé de tout manger et peut être d’en perdre un peu).

Une chance pour la suite de notre voyage, nous avions emmené un frigidaire-congélateur portatif, il nous arrive quelque fois d’être prévoyant, au cas où !

Dès que toute cette tambouille est terminée nous partons à 15 kms d’ici, pour aller visiter la ville de PORVOO, il s’agit de la plus jolie ville que nous voyons depuis notre arrivée en Finlande. Nous sommes à 50 km à l’est de la capitale.

Nous nous installons sur le parking d’un magasin LIDL, il est 11 h 30 lorsque nous partons. Nous sommes à 10 mn à peine de la ville.

J’ai oublié de vous dire que la Finlande a une heure de décalage avec la France, la Norvège et la Suède, donc nous continuons de fonctionner sans nous en occuper.

La promenade dans la vieille ville est un enchantement. Reconstruite au 18e selon le plan médiéval, après le dernier incendie, ses petites maisons de bois peints nous rappellent des villages de Norvège.

Au sommet d’une rue escarpée se trouve la cathédrale de Porvoo. L’édifice date du 13e siècle, mais au fil des ans et de plusieurs incendies, il a dû être restauré. C’est pourquoi il est encore en parfait état aujourd’hui.

Elle est ouverte de 12 h à 18 h, il est 14 h, mais malheureusement il y a un office, j’essaye le forcing, mais rien n’y fait : derrière la seule porte que j’ai trouvée ouverte,  il y a un ruban et un vigile.

Toutes ces églises avec le toit en bois m’impressionnent,  quel boulot.

Le 29 mai 2006 l’église est fortement endommagée par un incendie criminel. L’extérieur du toit s’effondre, mais heureusement le plafond intérieur ainsi que les intérieurs ont été épargnés. Un an après,  l’incendiaire, un jeune homme de 18 ans est reconnu coupable et condamné à six ans et demi de prison.

Les panneaux d’indications pour les pistes cyclables sont tous humoristiques.

En redescendant on va voir la rivière puis on flâne dans les rues pavées pour revoir les maisons en bois dans une myriade de couleurs.

Après cette visite nous partons pour HELSINKI, mais avant nous allons, encore une fois, visiter une église. Il s’agit de l’église Saint Siegried à SIPOO. Elle a été bâtie entre 1450 et 1454.

                          

L’intérieur est des plus dépouillé, ce qui est logique, puisque les galeries, stalles, bancs ont été vendus aux enchères en 1901, pour payer la réparation du toit, à l’exception de la chaire et des armoiries funéraires.

Elle a 2 nefs à l’entrée et 3 dans le chœur, ainsi que d’étroites fenêtres aménagées dans les piliers centraux.

 

 

 

 

Situé du côté ouest de l’église, le clocher, a une base voûtée en pierre construite en 1811. Sa partie haute est en bois

Un peu plus loin de l’autre côté de la route une église en brique rouge qui date de la fin du 19e

Après cette visite, nous arrivons à HELSINKI, au camping Rastila qui se trouve à 18 km du centre ville. Nous y resterons 2 nuits.

Ici pour laver son linge, il faut réserver. Ce que je fais pour ce soir 21 h. Nous y allons donc avec quelques minutes de retard.

Il y a 4 machines, et 2 personnes qui mettent leur linge dedans. Je mets le mien dans une des 2 qui restent, mais je ne vois pas comment la faire démarrer il n’y a pas de réglage pour le chauffage. Je leur demande mais personne ne sait. Je vais à la réception pour demander de l’aide et une jeune fille vient m’aider. Les 2 autres personnes sont parties. J’avais mis mon linge dans un sèche linge et quelqu’un a pris la machine qui m’était réservée.

Tant pis je prends un nouveau rendez-vous, mais pour mardi matin lorsque nous aurons tout notre temps. Cela m’arrange un peu, car je n’avais pas réfléchi : un rendez-vous à 21 heures pour laver, plus le séchage à 22 h, j’allais me coucher bien tard.

LUNDI 24 JUIN  

Un peu avant 10 h nous prenons le métro. Bien qu’il n’y ait pas de guichet c’est très facile, Françoise m’avait dit où je devais descendre. Nous nous retrouvons dans le centre.

Pour visiter HELSINKI, nous allons nous balader toute la journée, c’est amplement suffisant dès l’instant que nous ne faisons pas de musée. Le centre ville se visite à pied, ce qui est très agréable, en plus il fait très beau.

Nous arrivons dans un quartier qui est très vivant, il y a plein de boutiques et une belle place que nous traversons.

Le bâtiment de la gare est original

sur la place, le musée d’art Ateneum, le plus grand musée de la ville :

et à son opposé sur la place :

Les rues aux alentours :

Nous choisissons ensuite d’atteindre le front de mer par l’esplanade, très verte et agréable malgré les 2 routes qui la bordent.

Nous atteignons le front de mer, il est midi.

Nous entrons dans la vieille halle, située juste à côté du port. Dans ce marché traditionnel, on retrouve des étals de spécialités à base de saumon, harengs ou rennes, mais également des petites échoppes pour manger rapidement.

Tout y est appétissant, surtout le caviar vendu 10 € la cuillère et le Belunga 20 €.

Nous irons manger dehors sur un marché plus populaire (sous  les parasols jaunes)

Comme je n’ai pas eu l’occasion de gouter aux rennes, je vais opter pour ce plat typique (bof)

et Bernard plus classique, saumon frites

Sur la place du marché, le palais présidentiel et l’hôtel de ville

Une fois rassasiés, nous voici repartis:  juste à côté, la Cathédrale orthodoxe Ouspenski, héritage de la domination russe. Elle date du milieu du 19e, époque à laquelle les hauts responsables russes étaient nombreux en ville. C’est une des plus vastes églises orthodoxe de l’Europe de l’Ouest.

Une fois encore : fermée, ils auraient pû mettre le panneau en bas, j’ai  donc grimpé jusqu’en haut pour rien.

mais la vue sur la ville n’est pas mal

A ses pieds , de l’autre côté :

Un peu plus loin, mais toujours aux abords de la place du marché, le bâtiment des douanes

Je rentre à l’intérieur, et je ne vois que cela

Sur le côté :

Et maintenant direction la place du Sénat.

Elle est très grande, on distingue tout autour, la cathédrale, l’université et la bibliothèque, le palais du gouverneur, le musée de la ville (la maison Sederholm :  la 1er maison en pierre 1757 et la seule à avoir survécu au grand incendie de 1808.) 

La statue d’Alexandre II

Blanche et presque majestueuse (si elle n’était pas enrubannée), en haut de ses escaliers,  voilà la Cathédrale luthérienne, que je pourrais enfin visiter, moyennant 8 € (pour les vieux)

et sa crypte aux voutes et piliers de briques

Bien cachée derrière la cathédrale, l’église orthodoxe de la Sainte Trinité.

Nous allons reprendre tranquillement la direction de notre métro, après avoir effectué une dizaine de kilomètres.

Celui-ci va chipoter sur les tables

Dans le couloir du métro :

Pour résumer notre visite d’Helsinki : on ne peut pas dire que nous avons eu un grand coup de cœur.

MARDI

Nous trainons ce matin au camping, il faut faire (enfin) la lessive et là pas de problème.

Bernard regarde le frigidaire, il a trouvé la panne mais ne peut rien faire pour l’instant. Tout est dans notre glacière à 3°, donc pas de problème, mais plus de congélateur.

Nous quittons le camping un peu avant 15 h, direction TURKU. Nous avons à peine 200 km à faire pour prendre notre ferry pour rejoindre la Suède.

En chemin nous nous arrêtons à LOHJA pour aller voir (encore) l’église médiévale de St Laurent. Le détour n’est que de 10 km.

Ses fresques couvrent toute la surface des murs et de la voûte.

Vers 17 h 30 nous arrivons à TURKU ancienne capitale. Excepté son château, sa cathédrale et le bord de la rivière, la ville n’a pas vraiment de monuments historiques.

On s’installe au bord du port dans un parking qui ne nous plaît pas vraiment mais tant pis. Cela va me permettre de partir visiter la ville à pied qui n’est pas désagréable du tout. Tous les cafés sont bondés. Il y a même beaucoup de personnes qui dansent dans un petit coin d’un bar ou carrément sur les terrasses.

J’ai appris le lendemain que ce week-end il y avait la fête médiévale et le week-end suivant le plus grand festival de rock de Finlande.

Bernard reste au camping-car et je vais jusqu’à la cathédrale en passant par la place du marché.

Sur l’autre berge se trouve la cathédrale, autour dans le parc il y a déjà la fête.

La cathédrale ferme à 18h et il est maintenant 19h et pour une fois j’ai la chance de pouvoir pénétrer à l’intérieur.

Tous les mardis il y a un concert d’orgue, gratuit, 2 jeunes hommes proposent des tickets à l’entrée. Je leur demande si je peux jeter un coup d’œil et comme ils me donnent leur accord, je vais faire mon petit tour. Dommage qu’elle soit dans la pénombre.

La chapelle funéraire et ses sarcophages.

Je rejoins Bernard à 20h et j’ai fait 6 km. Une heure plus tard nous décidons de changer d’emplacement. Nous partons à 7 km d’ici sur l’île de Ruissalot, autrefois réserve de chasse de la cour royale, sur un grand parking à l’orée d’une forêt.

MERCREDI 26 JUIN 2024

Avant de quitter TURKU, il nous reste à visiter le château.

Cette forteresse construite en 1280 a subi maints et maints sièges, elle va être incendiée et ravagée à plusieurs reprises, la dernière en 1941, lorsque les Russes bombardèrent la ville.

On visite de nombreuses salles magnifiquement restaurées, malheureusement plongées dans la pénombre.

Dans l’église, des statues en bois qui ont été récupérées lors de la réforme : lorsque les Suédois ont obligé les Finlandais à devenir d’abord protestants, puis luthériens, toutes les églises catholiques ont été vidées et les objets sacrés ont dû être brulés. Ceux-là, dans le château, ont été cachés.

Les lits m’ont paru vraiment petits.

Des cuisines de différentes époques

La prison 1829

J’ai eu la chance, dès la première salle de tomber, sur une gardienne qui parlait couramment le français, elle m’a expliquée l’historique du château, pendant près de trois quart d’heure. C’était passionnant.

Nous quittons TURKU et encore 10 km pour rejoindre NAANTALI, notre dernière étape en FINLANDE.

Nous mangeons sur le parking d’un supermarché car nous n’avons plus de pain.

Arrivés à NAANTALI, nous allons d’abord vérifier où nous devrons nous rendre  pour notre embarquement pour la Suède, puis 2 kms plus loin on s’installe sur un parking  qui nous convient bien pour la soirée et la nuit, il est en surplomb de la ville.

Voilà les photos de cette très belle ville qui nous rappelle la Colombie avec ses maisons peintes aux couleurs chatoyantes.

Au bout de cette rue, on arrive au port, très animé. C’est le Saint Trop’ local.

Un marchand de glaces

L’église est le seul vestige du monastère Sainte Brigitte

Sainte Brigitte :

Pour revenir, nous prenons une autre rue

celle-ci dénote un peu :

JEUDI 27 JUIN

Debout 8 h, nous nous préparons mais n’allons pas déjeuner ici.

Nous nous installons dans la file pour prendre notre ferry qui part à 10 h 15, et là nous prenons notre petit déjeuner, en attendant.

Lancé en septembre 2023, il bat pavillon finlandais.  Notre vaisseau est immense. Long de 235 m, il peut emporter 1100 passagers, 200 voitures et 300 camions. Il comporte 13 ponts et dispose de 323 cabines.

Equipé de moteurs hybrides, il bénéficie de la plus haute classification environnementale et se revendique « zéro émission au port ».

Nous sommes installés dans de confortables fauteuils clubs au pont 11, face aux immenses baies vitrées qui vont nous permettre d’admirer les nombreuses îles que nous croiserons.

Le navire se fraie en effet un chemin entre les multiples îles qui parsèment la mer Baltique.

C’est magique et en plus nous avons la chance d’avoir du beau temps. Certains îlots sont minuscules, d’autres, un peu plus grands. Il n’y a pas d’interruption, un îlot succède à un autre et c’est un véritable dédale dans lequel se faufile avec précision notre navire.

Cette traversée est un enchantement.

A l’escale sur l’Ile d’ALAND à MARIEHAMN,  nous avons croisé le deuxième navire de notre compagnie. Il fait le voyage en sens inverse et a quitté la Suède à la même heure que nous. Il attendra que nous repartions pour prendre notre place au port et débarquer ses passagers.

Nous avons fait  2900 km en Finlande.

Ce contenu a été publié dans FINLANDE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.