SUD LIPEZ

DU 10 AU 14 NOVEMBRE 2016

Monique et Daniel viennent de nous retrouver à UYUNI, nous allons réserver notre tour à l’agence SKYLINE TRAVELLER, c’est une petite agence qui se trouve dans la rue Ferroviara (www.skylinetraveller.com) et qui a également une agence à SAN PEDRO D’ATACAMA. Continuer la lecture

Publié dans Bolivie | 16 commentaires

BOLIVIE DE COPACABANA AU SALAR D’UYUNI

Nous sommes maintenant en BOLIVIE, la douane nous a donné un mois pour nous et 2 mois pour le véhicule, nous essayerons de faire prolonger d’un mois pour nous à UYUNI.

1 Bolivieno =  1.30  E

Drapeau

Essence : 3,7 bolivieno pour les Boliviens, et 10/12 pour nous.

A la 1ère station où nous avons fait le plein, nous l’avons payé 8 B le litre. Je pense que nous aurions dû négocier à 6 mais nous ne connaissions pas les prix exactement et à la 2ème à l’entrée nord du Salar pour 3,7 B.

Le pays est beaucoup plus sale que le Pérou, des poubelles partout, et toujours des chiens. Ils paraissent encore plus pauvres, mais tout aussi accueillants.

31 OCTOBRE 2016

Nous partons de COPACABANA en direction du SALAR D’UYUNI et du SUD LIPEZ, magnifique région au sud de la Bolivie, près de la frontière chilienne et de l’Argentine. Nous avions décidé à CUZCO de faire cette région avec Monique et André avec qui nous sommes allés en Amazonie, mais ils attendent toujours leur jante. Nous partons donc devant tranquillement et l’on se retrouvera à LA PAZ dans 1 semaine.

Pour la petite histoire, la célèbre plage de COPACABANA au Brésil doit son nom à un moine bénédictin natif de COPACABANA en Bolivie. En perdition en 1745 au large du Brésil, il promit que, s’il échappait au péril, il donnerait le nom de son village à l’endroit où il échouerait…

Dernières vues du Lac Titicaca, côté Bolivien.

dscn0960 dscn0961

En route maintenant pour rejoindre LA PAZ, à une centaine de kilomètres, mais nous devons traverser un bras du lac TITICACA, sur une barge. Heureusement que nous avons vu des camions et des cars monter dessus, sinon nous aurions eu un peu peur.

Mais il n’est pas loin de midi, nous allons au resto « local » manger une truite.

dscn0972 dscn0971

Sur la place

dscn0970

dscn0966

Il y  a  un peu de vent et voir le camper tanguer de droite à gauche nous donne des sueurs froides. Par manque de fond, la barge se manœuvre au départ et à l’arrivée avec une perche en bois. Elles sont propulsées par un moteur de 40 CV et peuvent transporter jusqu’à 80 tonnes. Il y a 80 barges d’un côté et 35 sur l’autre rive. Chaque barge est numérotée et appartient à un propriétaire, le transport est assuré à tour de rôle pour maintenir l’équité.

dscn0968

dscn0975

La route pour rejoindre LA PAZ n’est pas mauvaise, mais 30 Kms avant, il y a des travaux, nous allons mettre 3 H dans les embouteillages, les déviations  et surtout dans la poussière.

Nous avons 2 possibilités pour bivouaquer soit l’aéroport qui est sur notre route pour le Sud Lipez, soit un hôtel-camping un peu plus bas. Comme nous sommes fatigués de ces 3 dernières heures, nous nous arrêterons à l’aéroport à EL ALTO, banlieue située à 4.100 m, au dessus de LA PAZ. Sa population est majoritairement pauvre, il s’agit de paysans AYMARAS venus des 4 coins du pays.

1er novembre 2016

1er nuit pas très bonne, nous nous sommes installés dans l’aéroport. Pas sur le parking proprement dit car nous aurions entendu les hauts parleurs des arrivés et départ des avions, mais au bord de la route et nous avons été dérangés par le va et vient des  voitures.

Au réveil, je ne suis pas du tout en forme, j’ai extrêmement mal au ventre. Nous allons rester à l’intérieur du véhicule pour que je me repose et comme le soir cela ne va pas mieux, j’appelle mon médecin préféré, en l’occurrence ma soeur, qui me dit quels médicaments je dois prendre. Il pourrait s’agir d’une crise de diverticules comme j’ai eu en France l’an passé avant notre départ.

Nous allons nous garer dans le parking surveillé qui est un peu plus loin que la route.

2 novembre

Les médicaments m’ont fait de l’effet, je vais mieux mais je n’en ai plus, nous décidons d’aller voir le médecin de l’Ambassade pour qu’il me donne une ordonnance et surtout qu’il confirme le diagnostic.

On embarque dans un  taxi, tout est fermé, pas de circulation, on demande au chauffeur pourquoi, et il nous dit c’est férié c’est la fête de tous les saints. L’Ambassade se trouve tout en bas de la ville, et bien sur “cerrado”. Le taxi nous remonte dans le centre de la ville historique, place Saint Francisco, nous ferons le circuit à pied que nous propose notre guide (Lonely Planet) 2 à 3 h de promenade (2,5 kms)

Visite de l’église

p1060638

et des rues avoisinantes, marché aux sorcières

 p1060639

Sauf les magasins pour touristes, tout est fermé, nous aurons même beaucoup de mal pour trouver un restaurant pour Bernard (moi je ne peux pas manger).

Après avoir été jusqu’à la place Murillo où se trouve la cathédrale et les palais du gouverneur et  législatif, nous rentrons.

p1060640

p1060641

3 novembre

On essaie de téléphoner à l’Ambassade, mais le numéro doit être mauvais. Nous reprenons un taxi et arrivé là-bas, on s’entend dire “le médecin sera là demain matin” par les 2 policiers boliviens qui gardent l’entrée. On ne veut pas nous laisser entrer pour parler avec quelqu’un, on voudrait au moins qu’on nous indique un médecin en ville qui parle français, rien à faire. Voilà comment nous sommes reçus. Une chance arrive un homme qui parle bien français, il va sur internet regarde les molécules du médicament que nous voulons et me donne la traduction en espagnol. Il suffisait de mettre un A à la fin au lieu du E français.  Nous l’avons trouvé aisément.

On se ballade dans le quartier (OBRAGES). Rien à voir avec la veille, on se croirait en Europe, nous allons dans un supermarché, on trouve de tout : jambon artisanal, petit salé, des produits importés d’Europe, même des escargots en boite.

Je ne vais pas mettre des photos de LA PAZ et en parler car nous y reviendrons plus tard.

Tout de même une photo du cimetière bien fleuri car nous sommes à la Toussaint

p1060663 p1060656 p1060660 p1060648

4 novembre

Nos amis sont à PUNO et ils ont à nouveau des problèmes de jante !!!!!!!!!!!!!!

La réparation faite à CUZCO dans le garage où nous étions allés a dû être mal faite. Il leur faut changer de jante. Nous nous retrouverons donc dans une semaine aux portes du SALAR à UYUNI.

Nous quittons donc LA PAZ pour le SALAR.

Nous prenons l’autoroute, 80 Kms/h, des péages à l’entrée des villes, car il faut les traverser et là ce n’est plus l’autoroute. Nous voyons notre 1er radar (mobile) depuis 1 an. On va faire attention à ne pas dépasser la limitation mais la route est monotone les paysages sont quelconque.

De temps en temps on longe la voie ferrée

   dscn0984  dscn0983

On s’arrête dans une petite ville pour dormir à CHALAPATA, près de la police, sur une place et devant ce magasin. Il n’y a personne à l’intérieur il faut sonner et la vendeuse arrive d’ailleurs.

p1060672

5 novembre

Avant de partir nous irons au marché faire des emplettes pour 2 ou 3 jours car nous allons nous engager sur le SALAR.

Nous quittons la route d’Uyuni pour rejoindre le Nord du salar. Nous sommes à 3800 m, nous retrouvons nos 1ere vigognes et toujours des lamas et des moutons. La terre est pauvre, presque du sable, ils cultivent le quinoa, mais en ce moment on le sème, nous n’en verrons pas.

dscn0988 dscn0986 dscn0993 dscn0995

Pour notre bivouac du midi, d’un côté de la route les moutons de l’autre les lamas

dscn0998 dscn1000  dscn0997 dscn0996

On ne sait pas qui est ce Victor Hugo mais on voit son nom partout dans le coin.

On reprend la route pour s’arrêter quelques kms plus loin pour voir un énorme cratère de météorites.

dscn1006

Beaucoup de petites tornades aux environs :

dscn1003

Nous sommes peut être seuls sur la route, aucune voiture, mais eux sont toujours là

dscn1013

Depuis LA PAZ, c’est pour ainsi le désert mais ils arrivent tout de même à travailler la terre ou le sable pour planter de la quinoa.

dscn1002

Et nous arrivons au Salinas de Garci Mendoza par une route toujours asphaltée. Plein d’essence (3,7 B) et piste pour rejoindre l’entrée du salar en longeant le Volcan TUNUPA (5.432 m), que l’on aperçoit déjà au loin.

dscn1016

 dscn1019

Et voilà la piste pour rejoindre le salar

dscn1021 dscn1023 dscn1026 dscn1029 dscn1031

De temps en temps un village qui nous semble abandonné

dscn1017

Le village de JIRIJA. Personne. Même l’auberge est fermée.

                                                     dscn1038 dscn1037

Il y a 2 routes pour rejoindre le village suivant où nous voulons dormir, continuer la piste pendant 1/2 h ou prendre le salar. Et bien nous prendrons la 2ème solution.

Voilà déjà un petit aperçu de la route (vigognes et flamants sur le sel et la vue du volcan)

dscn1039 dscn1044 dscn1045

dscn1042

Arrivés donc à COQUESA, petit village au 3/4 abandonné, il reste un petit office du touriste, il faut bien payer pour faire l’ascension du volcan et 2 ou 3 hospedajes, car il y a quelques 4X4, avec (surtout) des français qui viennent ici pour escalader le volcan.

La place principale :

dscn1050 dscn1051 dscn1049

Maisons le long de la rue principale (on se croirait à BREHAT)

 dscn1047 dscn1052

Les lamas en moins et le salar que l’on voit au loin

dscn1056

dscn1048

et le volcan bien sur.

dscn1089

dscn1092

Nous bivouaquons juste à l’entrée du Salar, avec les lamas et les flamands à côté de nous.

dscn1095

dscn1057 dscn1064 dscn1074

Il y a toujours un petit oiseau qui suit les flamands :

dscn1069

Là c’est le matin au réveil

dscn1085 dscn1086

Encore un beau coucher de soleil.

dscn1075

dscn1084

dscn1083 dscn1079

6 novembre

Impossible pour nous de faire l’ascension du volcan, pourtant ce n’est pas très difficile, on monte en voiture jusqu’à un mirador et ensuite on doit partir avec un guide local, qui nous emmène en haut en 2 ou 3 heures. Nous sommes à 3.653 m, il n’y a donc pas trop de dénivelé et les pentes ont l’air douce, mais nous ne pouvons plus monter sans être essoufflés, on laisse cela aux jeunes.

dscn1096

dscn1093

Là c’était le soir

dscn1082

On fête notre première année de voyage dans un lieu surnaturel.

Nous entrons dans le Salar, cette gigantesque étendue de sel d’un blanc aveuglant. Il s’agit de la plus vaste réserve de sel au monde. Il s’étend sur 12.600 km² et il est profond de 120 mètres. Les couches de sel varient de 2 à 20 mètres d’épaisseur. Sous ce sel, il y a environ 120 mètres d’eau et beaucoup de minéraux. 120 Kms de long pour 80 kms de large (environ).

Ce dernier est exploité par des hommes qui travaillent à l’extraire. A coup de pelles, ils érigent de petits monticules de sels afin de les faire sécher et avant de les emmener dans les villages à l’aide de vieux camions. La production annuelle est de 20 000 tonnes dont 18 000 servent à la consommation humaine, et le reste au bétail. Sous la surface, il y a d’importants gisements de lithium mais également du magnésium, du sodium, du potassium.

Il y a plus de 25 000 ans, le Lago Minchín qui atteignait 3760 mètres d’altitude recouvrait la majeure partie du sud-ouest de la Bolivie. Lorsqu’il s’évapora, l’endroit resta sec pendant 14 000 ans avant l’apparition du Lago Tauca, qui ne subsista que 1000 ans et dont le niveau grimpa à 3 720 mètres. Il laissa deux grands plans d’eau, les Lagos Poopó et Uru Uru et deux vastes concentrations de sel, les Salares de Uyuni et de Coipasa.

 

dscn1140 dscn1150

Ces hexagones sont formés par la pression provenant des couches inférieures et qui fait craqueler la couche de sel en surface. La pression étant identique les formes sont toutes à peu près de la même grandeur.

Départ pour la plus grande réserve de sel au monde.

dscn1058

Le panneau c’est pour nous indiquer approximativement la direction que l’on doit prendre en suivant les traces des pneus de nos prédécesseurs

dscn1097

La carte OMSTAND+ sur la tablette va beaucoup nous aider car il faut suivre des pistes qui ne sont pas marquées. On suit donc des marques de pneus. La saison des pluies débute le mois prochain et là je ne sais pas comment nous aurions pu faire car le sel retient l’eau.

dscn1123

là c’est un carrefour

dscn1146

Il fait très chaud environ 33°. La nuit dernière nous n’avons pas eu froid (14° à l’intérieur du camper à LA PAZ 11°)

Dans ce désert il y a quelques îles, nous irons d’abord à la plus touristique, juste en face de notre bivouac, l’Ile Incahuasi à 35 kms, on roule à 80/100 kms/h. Ce n’est pas difficile du tout, Bernard dit “du velours”. On y arrive vers 10 h, personne, on va monter au sommet. Elle est couverte de cactus. Nous en faisons le tour.

L’arrivée sur l’île Incahuasi :

dscn1154 dscn1155

dscn1098

Maintenant on grimpe à travers les cactus.

L’île volcanique  Incahuasi était auparavant recouverte par les eaux du lac. Elle est recouverte de coraux fossilisés.

Sur les cailloux poussent des milliers de cactus Trichoreceus hauts de 8 à 10 mètres. Leurs troncs ont un diamètre de plus d’un mètre pour certains. Ils ont des épines jusqu’à 10 cm.

dscn1099 dscn1100 dscn1101 dscn1102 dscn1103 dscn1105 dscn1106 dscn1107 dscn1108 dscn1109

3692

La vue avec un peu de hauteur est imprenable sur le salar. On croirait avoir la banquise sous les yeux, de la neige ou de la glace à perte de vue.

Nous redescendons tranquillement nous avons fait cette montée, pour ainsi dire seule, les 4×4 ne sont pas encore arrivés. Mais il y viendra  2 petits avions

dscn1111

et si je partais avec, et que je laissais Bernard rentrer seul !!!

dscn1113

12 h 30 la foule commence à arriver, pour nous, heureusement, c’est l’heure de partir. Direction une autre petite île à 20 kms, l’Ile Pescados. Et là, personne. Nous allons y rester l’après-midi et sur les conseils de FINA nous y dormirons car le lever du soleil est magique. (Mais il va falloir mettre le réveil à 5 h)

Notre bivouac au bord de l’Ile

dscn1114 dscn1124

Coucher du soleil sur l’île Pescados

dscn1121 dscn1118 dscn1125 dscn1126 dscn1116

Et j’ai bien mis mon réveil à 5 h du matin mais je me suis recouchée très vite, car il faisait vraiment froid, je n’ai pas eu le courage d’attendre la suite.

dscn1136 dscn1135

Quelles photos en repartant :

dscn1142 dscn1145 dscn1149

p1060675 p1060674

Les îles au loin sont suspendues sur le salar

dscn2249

dscn1153 dscn1157

Nous sommes repassés par l’Ile aux Cactus, ensuite la piste est plus marquée,  car les 4X4 ne vont qu’à cette île et il y a beaucoup plus de « trafic »

dscn1159 dscn1160

 3699

                                                        3617

Des tours s’installent à manger en plein milieu

3694

Un mirage une voiture devant un nuage                                                                                   3704 3709

Direction ensuite, l’ancien Hôtel de Sel de Playa Blanca. Il a aujourd’hui perdu sa licence d’exploitation mais est toujours utilisé en temps que réfectoire le midi et petit musée. Il est construit en briques de sel et en bois de cactus. Dedans et devant, de nombreuses statues et sculptures de sel dont quelques unes associées au passage régulier du rallye du Dakar dans le salar de Uyuni.

Pour la troisième année consécutive, il est encore passé par là au mois de janvier 2016 laissant derrière lui une quantité importante de déchets non récupérés et traités par les organisateurs.

dscn1168

Tout est en sel à l’intérieur

dscn1161 dscn1162 dscn1163 dscn1166 dscn1167

Devant l’hôtel :

dscn1170

Il y a même le drapeau breton.

3634

dscn1173

dscn1171

p1060772

Un trou dans le sel, l’eau bouillonne.                                                                                   dscn2252 dscn2254 dscn2255 dscn2256

 Un petit détour pour aller voir le ramassage du sel, pour la consommation.              dscn2259dscn2260

Un deuxième hôtel à l’entrée du salar :

dscn1175 dscn1176

dscn1177

Le village de COLCHANI où nous irons voir une famille qui met en petit sachet du sel qu’ils ont transformé (manuellement) en sel fin

dscn1178 dscn1179

dscn2262

dscn2263

Cette dame rempli puis scelle avec son chalumeau les paquets de sel qui doivent faire 100 gr maximum.

Ensuite nous arrivons à UYUNI et nous nous installons devant l’hôtel TONITO et nous allons manger une pizza au resto. Bernard a eu les yeux plus gros que le ventre il n’en a mangeait que la moitié, le reste on l’a emmené au camper pour le lendemain. Moi je me contente de spaghettis, je dois encore faire un peu attention, et je n’ai pas pu l’aider elle était trop épicée.

p1060684

Ici en attendant nos amis, nous allons chercher une agence pour faire le Sud Lipez, la plus belle région d’Amérique du Sud, parait-il.

Publié dans Bolivie | 6 commentaires

CUZCO-COPACABANA

Voilà, nous venons de quitter CUZCO depuis 20 jours. Nous étions au camping QUITA LALA, la 1ère semaine pour s’acclimater à l’altitude car nous rentrions de FRANCE, la 2ème pour aller visiter le PARC MANU.

Continuer la lecture

Publié dans Pérou | 3 commentaires

LE PARC MANU EN AMAZONIE PERUVIENNE

MARDI 11 OCTOBRE 2016

Nous sommes toujours à CUZCO et nous avons décidé avec  Monique et Daniel de partir en excursion 7 jours au PARC MANU.

img_20161021_1721231

Le parc national de Manu, inscrit au patrimoine mondial, est l’un des endroits présentant la plus grande biodiversité de la planète. Il est l’unique parc d’Amérique latine incluant toutes les zones de végétation entre la basse jungle tropicale et les hauts plateaux andins froids, au-dessus de 4 000 m d’altitude. Continuer la lecture

Publié dans Pérou, Pour les enfants | Marqué avec | 23 commentaires

RETOUR A CUZCO

LUNDI 3 OCTOBRE 2016

Audrey nous emmène à ORLY

img_20161002_180603

 

Continuer la lecture

Publié dans Pérou | Marqué avec | 9 commentaires

LE CHEMIN DE l’INCA AU MACHU PICCHU

Comme nous n’avons pas fait le MACHU PICHU avec Bernard, (je vous l’expliquerai dans l’article suivant),  je laisse la parole à Audrey pour parler du Chemin de l’Inca qu’AVI et elle ont fait lors de leur visite en juillet.

Le treck du chemin de l’Inca est une « randonnée » de 4 jours pour rejoindre le MACHU PICCHU. C’est un sentier pavé qui emprunte des escaliers, des tunnels, des ponts en bois et qui traverse des vallées encaissées aux forêts humides et des cols d’altitude.

Le Chemin de l’Inca n’est pas unique, il en existe plusieurs  avec des tronçons secondaires. Le Grand Chemin inca est long de 5.000 kms, il traverse la cordillère des Andes depuis la frontière colombienne jusqu’à SANTIAGO DU CHILI, en passant par l’Equateur, le Pérou et la Bolivie.

« Nous sommes partis avec Xtreme Tourbulencia, un tour opérateur péruvien, dont le manager parle français. On a été très contents du trek fait avec eux.

Départ de Cuzco en minibus (très tôt, vers 4 h du matin) et rencontre avec le groupe. Nous sommes donc 9 personnes.

Passage par Ollantaya pour un petit déjeuner et pour récupérer les porteurs et leurs chargements, puis le minibus nous dépose à notre point de départ à 2.300 m d’altitude.

Distribution des sacs de couchage, des bâtons de marche et c’est le grand départ avec un check-point juste avant le pont.

p1050866 p1050867

p1050868

p1050872

p1050869

Nous déjeunerons sur ce campement. Malgré le nombre de groupes, chaque groupe a un endroit tranquille et isolé.

p1050886

Le grand avantage du Chemin de l’Inca, c’est que nous allons voir (de près ou de loin) un grand nombre de sites incas, qui permettait à la cour de se reposer sur le chemin vers le Machu Picchu. Il faut savoir que tous les chemins des Incas n’étaient pratiqué que par les nobles, le peuple devait passer par un autre sentier.

Nous voyons également quelques maisons isolées (et un terrain de foot à plus de 3500m d’altitude).

p1050881 p1050879 p1050878 p1050876 p1050875 p1050890 p1050893

Nous voilà à notre premier col. C’est haut (4.200 m), c’est plutôt aride

p1050901 p1050903

Puis à partir du 3eme jour, la végétation va vraiment changer. On passe dans la jungle d’altitude. Bien plus atypique pour nous.

Les chemins sont aussi mieux pavés, mais nous rencontrerons des grosses marches très fatigantes.

On aurait pu voir des perroquets, toucans, mais nous n’aurons rien vu… juste une orchidée.

p1050906 p1050910

p1050928 p1050912

p1050926

p1050914    p1050916

p1050918  p1050919

p1050923  p1050924

p1050928 p1050941

p1050942 p1050944

011p1050946

Un petit système ingénieux pour l’écoulement de l’eau: une petite feuille bloquée avec une pierre et un bout de bois:

p1050947

 

p1050948 p1050949p1050952 p1050953p1050954 p1050956p1050962 p1050963

p1050967 p1050963

La rivière Ollantaya

p1050969 p1050975

Nous arriverons assez tôt à note bivouac du 3eme jour. Après l’installation, nous irons visiter un très beau site Inca, appelé le petit Machu Picchu.

Les lamas sont là pour entretenir la végétation (qui aurait tendance à pousser entre les pierres des murs)

p1050976 p1050981p1050989 p1050992p1050993 p1050994p1050995 p1050999p1060005 p1060007p1060011 p1060014p1060015 p1060017p1060023

Le matin du 4eme jour, nous partirons très tôt et nous arrivons au Machu Picchu par la porte du Soleil. Le site est encore relativement vide à cette heure matinale (il est 6h du matin).

Nous devons ressortir pour rentrer juste ensuite. Nous retrouvons notre guide francophone.

p1060027

p1060039 p1060042 p1060044 p1060050

p1060045 p1060053    p1060052  p1060057p1060060  p1060065

p1060067  p1060062

p1060066  p1060068

p1060073 p1060076

 

p1060077 p1060075

p1060069

p1060078  p1060079

p1060084  p1060082

p1060080 imm011-001

p1060085 p1060086

Voilà pour le treck d’AUDREY et AVI en juillet.

Publié dans Pérou | Marqué avec | 10 commentaires

CUSCO

Fin juillet 2016

Donc nous venons de quitter la douane Bolivienne après la bévue que j’ai faite.

Nous sommes à 147 kms de PUNO, où nous avons rendez-vous avec les enfants, pour y passer la nuit et rejoindre le lendemain CUSCO.

Nous allons nous arrêter en chemin, très peu, car nous devons refaire encore une fois cette route en octobre lorsque nous rentrerons pour aller en BOLIVIE. Continuer la lecture

Publié dans Pérou | 7 commentaires