L’ETAT DE RIO DE JANEIRO

DU 19 MARS AU 21 MARS 2016

Et voilà nous sommes arrivés à RIO DE JANEIRO

Quelques chiffres.

BRESIL : 205.000 millions d’habitants

RIO DE JANEIRO : 6,32 millions d’habitants et 16 millions avec la banlieue

Capitale du Brésil jusqu’en 1960, transférée à :

BRAZILIA : 2,48 millions et 3,8 avec la banlieue

SAN PAULO : 11,32 millions d’habitants et 29 millions avec la banlieue

BELO HORIZONTE : 1,43 millions et 2,375 avec la banlieue (où nous irons plus tard).

La température à RIO est avoisinante des 30°.

Maintenant il fait nuit à 18 heures et le matin à 6 h il fait déjà jour.

Ici on ne trouve pas beaucoup de boucherie, la viande est accrochée comme chez nous dans le temps mais dans un frigo, des charcuteries encore moins, la viande est vendue au supermécado (bœuf, poulet et quelquefois du porc).

Le supermécado est une petite supérette où l’on trouve de tout, mais pour les conserves de légumes, il n’y a que des petits pois et du mais.

Dans les boulangeries, le pain (rien à voir avec le nôtre) est vendu au poids, il s’agit de petits pains assez mous qui ressemble un peu à des pains au lait, quelques pâtisseries (pas très alléchantes), beaucoup de petits bouchées faites à base de farine de tapioca et fourrées avec de la viande ou du fromage, des empanadas.

Des marchands de verdures : petites salades, courgettes, aubergines, carottes, piments (de toutes sortes), choux, potirons, pas de haricots verts (il faudra que je retourne en cueillir en Vendée chez Claude et Martine), tomates, avocats et des fruits : pommes, mangues, papayes, bananes, quelquefois du raisin et des poires d’exportation. Pour les légumes et les fruits, nous avons du mal, en dehors de la salade…. c’est dur.

Il y a des drogueries, comme autrefois chez nous, qui vendent au détail le petit matériel, des pharmacies qui vendent des produits de beauté, des coiffeurs, des marchands de vêtements et beaucoup de marchands de chaussures. La mode est la même qu’en France pour les jeunes.

Quand aux restaurants, j’en ai déjà parlé : ce midi par exemple nous sommes allés dans une churasqueria à côté d’une station service : buffet de crudités, de riz, de haricots rouges en marmite et nouilles, plus en général un ou 2 plats de viande en sauce mais surtout des serveurs qui passent entre les tables avec d’énormes brochettes où ils nous découpent la viande à la demande dans notre assiette : 4 ou 5 sortes de morceaux de bœuf différents grillés, du jambon à l’os, du poulet et ils passent autant de fois que nous acceptons d’en prendre. L’ensemble pour 22 reals (vous divisez par 4).

Si l’on va dans une landorette c’est un buffet un peu plus varié mais sans viande grillée pour une dizaine de reals. N’oubliez pas d’ajouter la boisson : une bière 1 euro et la petite bouteille d’eau un peu moins . Alors la cuisine, je n’en fais pas tous les jours, et le soir, après un repas comme celui-ci, on n’a plus très faim….. On n’utilise plus beaucoup de gaz (précision : la douche c’est maintenant à l’eau froide, on ne chauffe plus l’eau)

20160331_123609 20160401_122653 20160401_122824 20160401_123048

 

Les habitants de Rio sont appelés les Cariocas ceux de SAO PAULO des Paulistes.

Des collines verdoyantes et des plages de sable blanc bordent l’océan. Le parc national de TIJUCA, en plein milieu de la ville est la plus grande forêt urbaine du monde, 120 kms2

Le taux de criminalité et les inégalités sociales continuent de faire des milliers de victimes en particulier dans les favelas. Les classes moyennes et supérieures sont résignés à vivre barricadées dans des résidences surveillées. Depuis 2012, plusieurs dizaines de favelas bénéficient de programmes de réhabilitation et en 2020, les programmes seront étendus aux 1000 favelas de RIO.

De 1920 à 1950, Rio connut son âge d’or : ouverture de grands hôtels, la ville devient une destination exotique pour la jet-set internationale. Dans les années 60, des immeubles modernes furent érigés et certains des plus beaux édifices rasés.

L’arrivée par l’autoroute venant de SAO PAULO n’est pas spectaculaire.

De plus il y a des travaux sur toutes les voies pour la préparation des jeux olympiques cet été.

20160319_11285920160321_091636

20160321_092143Regardez la circulation de bus en sens inverse de nous.

En arrivant, le samedi en fin de matinée, nous allons directement au PAIN DE SUCRE, car l’emplacement est gardé par la police et l’armée. Endroit où tout le monde se pose à RIO dans le quartier URCA. Malheureusement, il n’y a pas de place. Nous allons stationner dans la rue à coté avec les bus.

Mais la vue est belle, nous étions juste à côté de la marina, dans la rue de la dernière photo (plage de Botafogo)

P102001120160319_123324(0)20160319_12343320160319_123541

Vers 16 H, nous allons être obligés de nous promener en voiture dans la ville.

Quelques photos prises au hasard, en roulant dans RIO

20160319_15290020160319_153211_00120160319_15530520160319_155322_00220160319_15564020160319_15574620160319_16064220160319_162458

Nous irons découvrir les différentes plages, sans nous poser très longtemps, il y a la police partout.

COPACABANA : Plage légendaire, c’est un long croissant de 4,5 km de long.

20160319_16501720160319_16511720160319_165803_00220160319_174247

20160319_17431320160319_17431620160319_17433820160319_174432_00220160319_174836

En général les plages sont séparées les unes des autres par un tunnel, il faut traverser ces énormes rochers.

 

20160319_170652.jpg

Plage LEBLON et IPANEMA vers 17 h 30.

Le soir nous retournons au parking du Pain de Sucre et trouvons une place. Nous y stationnerons donc 2 nuits sans bouger : coût 1,50 E, bien sur les nuits n’ont pas été très calmes, il faut préciser que le soir, les cariocas font la fête jusqu’à….. très tard, ensuite ils pêchent et le matin avant 6 h ils font leur gym. Lorsque l’on se réveille, vers 7 h, le parking est déjà plein.

Sur la plage Vermelha où nous sommes, l’eau étant polluée, nous ne nous baignerons pas. Il parait que toutes ces petites plages vont être nettoyées pour les J.O.

P1010998P1010999P1020004P1020012

P1020002

Dimanche

Aussitôt réveillés, nous partons à l’assaut du PAIN DE SUCRE. Le guide devant, et Bernard et moi côte à côte. Il faut trouver le bon endroit pour accrocher les crampons, c’est très très raide, nous n’avons pas pu faire faire une photo de l’ensemble vous n’auriez vu qu’un tout petit point sur le rocher. Il n’y a pas de chemin de tracé sur la roche.

P1020023P1020022

 

La vue en haut est absolument magnifique, nous allons y rester 2 heures.

P1020052

P1020048

P1020043

P1020025La plage où nous sommes garés vue d’en haut.

 

P1130737P1130738P1130741P1020026P1020027P1020028P1020029P1020031P1020032P1020037P1020038P1020039P1020050P1020064P1020047

 

Alors vous nous avez cru ? Mais non ce n’est pas nous qui grimpons, nous monterons en téléphérique. Il faut être de sacrés alpinistes pour monter là haut.

Petit anecdote : au guichet nous payons 72 reals, mais la  personne  qui était dernière nous, nous dit que si nous avons plus de 60 ans, on doit payer demi tarif. Il en informe la guichetière qui nous rembourse 50 % du billet.

Il est presque midi lorsque nous redescendons, nous prendrons un bus et irons voir le Christ Rédempteur,  perché à 710 m au sommet du CORCOVADO (le bossu). Poids : 1145 tonnes, 33 m de haut.

La réalisation du projet en 1923 fut confié à un sculpteur français qui réalisa dans ses ateliers de Boulogne une maquette en plâtre de 4 m de haut, ainsi que la tête et les mains.

Nous montons dans un petit train à crémaillère (20 mn de voyage) et là on n’a pas voulu nous faire demi-tarif, “pas pour les étrangers”, on paye 72 reals

En haut il y a beaucoup de monde mais la vue d’en haut est également magnifique. Des « photographes » sont couchés par terre pour avoir une meilleure perspective

P1130734P1130739

P1020074P1020081P1020082P1020088P1020103P1020106

 

P1020107

Pour finir la journée, nous reprendrons le bus pour aller à la plage de COPACABANA. Nous louerons une chaise comme tout le monde

P1130749P1130752

Et le soir avant de reprendre un taxi pour retourner au camper, nous mangerons au bord de la plage dans un botecos (petit bar en plein air) et cette fois en regardant l’animation de la rue (avenue qui a une voie fermée le dimanche jusqu’à 18 h et sur laquelle il y a des vélos, des skates et des familles entières qui s’y promènent)

P1130754pour 2.

 

Nous quitterons RIO, car nous ne voulons pas aller en ville et nous promener dans le centre. Pendant ces 2 jours nous n’avions pas pris ni nos passeports, ni la tablette. Seulement un minimum d’argent et un appareil photo.

En partant nous verrons de vieux hangars, le fameux SAMBADROME où sont stockés les chars pour le carnaval.

Lundi

Nous partons à PETROPOLIS, à 80 Kms dans les terres.

C’est une ville impériale. La cour impériale de PETRO II venait y prendre ses quartiers d’été lorsque RIO était trop étouffante.

20160321_102918_00220160321_124900

20160321_12592720160321_15013020160321_13283520160321_125217

Le palais que nous ne visiterons malheureusement pas car le lundi, les musées sont fermés au Brésil.

Difficile de stationner, il faut mettre de l’argent dans les parcmètres en mettant le n° d’immatriculation de la voiture, et le nôtre ne passe pas. Nous voyons un contrôleur qui nous permet d’y rester 1 h sans payer, on lui propose pourtant de mettre n’importe quel numéro, mais il ne comprend pas trop.

Nous partirons donc pour la ville voisine de TERESOPOLIS, ville également impériale.

La route sinueuse monte en pente raide à travers la jungle à l’ombre de hauts pics dénudés. Elle est très belle.

20160321_160239_001.jpg 20160321_155222.jpg 20160321_162341.jpg P10201141.jpg

 

Photos de la ville

20160321_15124420160321_15133920160321_16494720160322_120222

P1020110P1020111P102011220160321_150651

Le soir nous irons au camping dans les hauteurs, il est absolument impossible que nous nous garions dans la ville.

P1020117 P1020119

Photos des environs de TERESOPOLIS et des doigts de Dieu (4e et 6e photos)

Nous prenons la direction de Nova Friburgo pour visiter la région.

Les 30 premières familles arrivées ici, originaires du canton de Fribourg, fondèrent dans les montagnes ce village à l’image de leur pays natal. (Pas surprenant que nous trouvions beaucoup de fromageries.)

Il y a également sur le chemin beaucoup de maraîchers sur la route avec des champs tirés au cordeau, pas une mauvaise herbe et un alignement des légumes au millimètre près. (salades, choux, fraises, oignons)

On mange au bord d’une cascade dans un restaurant indiqué sur notre guide : chevreau en ragout, fraises cueillies juste avant de nous les servir avec une crème chantilly et un pichet de jus d’orange-fraise.

Ensuite nous ferons demi-tour pour prendre la direction de l’Etat du MINAS GERAIS, mais le soir nous coucherons dans une petite ville à AREAL au bord de la route.

Dans cette ville à la sortie le lendemain matin, nous passerons devant l’usine des Laboratoires P.FAVRE (et oui Bertrand le savais-tu qu’ils étaient là ?)

Voilà pour notre grand weekend à RIO.

 

Ce contenu a été publié dans Brésil, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

11 réponses à L’ETAT DE RIO DE JANEIRO

  1. Daboussy Serge dit :

    Salut les alpinistes du poisson d’Avril ,mais je pense que le Christ rédompteur vous a fait prendre conscience que mentir c’est pas beau.
    Bernard ,tu dois être content avec toute cette viande ,par contre je comprend ton désarroi devant ce pichet de jus de fruit.
    Bravo pour les photos Geneviève .
    Bisous à vous deux
    Serge

    • Genevieve dit :

      Tranquillises toi, il n’en a même pas gouté, c’est moi qui est tout bu, pendant que lui sirotait sa bière mais je ne voulais pas le faire remarquer

  2. Altmann Chris dit :

    Magnifique, les pays mais Bernard va prendre des kilos il a l’air très heureux . Tout est beaux superbes grandioses Merci bisous Ici temps moyen un peu moins froid le printemps arrive doucement.

  3. MESNIL Gisèle dit :

    Merci pour ces pages si intéressantes et qui nous font voyager par procuration. Les photos sont superbes. Profitez au maximum et emmagasinez plein de souvenirs. J’avoue que j’attends chaque publication avec impatience. Geneviève tu nous avais caché tes talents de journaliste.
    on vous embrasse
    Gisèle et Jean Claude

    • Genevieve dit :

      Tu auras bientôt la prochaine…. et te fiches pas de moi pour mes talents de journaliste, je ne sais pas écrire malheureusement

  4. MARIN Daniel dit :

    Nous ne nous sommes pas laissés convaincre par vos talents d’alpinistes mais beau poisson d’avril !
    Nous vous embrassons… pas de trop près compte-tenu de la température extérieure que vous nous annoncez !
    EVELYNE et DANIEL

  5. grente dit :

    J’ai Lilou sur les genoux ,elle apprécie également les photos de mami Geneviéve et
    Papy Bernard,Noan il y a deux jours a regardé egalement votre reportage avec moi sur
    L’ordinateur.
    Profitez un maximum.

  6. Serge simon dit :

    coucou , gégé , t’es loin ?

    • Genevieve dit :

      Et oui très très loin, nous sommes maintenant de retour à CUZCO, avec le mal des montagnes. Nous allons nous reposer au camping pour nous acclimater. Bisous et merci de cette soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *