DE ICA à HUARAZ – LA CORDILLERE CENTRALE

 

Nous quittons notre superbe plage de PARACAS, pour rejoindre les ANDES et plus particulièrement les CORDILLERES, et oui nous sommes un peu « barjot » on retourne en altitude, mais la côte ici n’est vraiment pas très belle en dehors de la réserve de PARACAS.

Il est midi lorsque nous partons d’ICA où nous avons fait le plein des provisions, direction HUANCAYO

Au début la route est belle, mais arrivés à PAMPANO, nous prenons une route asphaltée mais très étroite.

C’est la première fois que je stresse, d’un côté le précipice et de l’autre la montagne. Il faut faire attention à la hauteur pour ne pas accrocher des roches, attention aussi aux éboulis et aux pierres qui tombent. Je n’ai même pas fait de photos tellement j’étais crispée.

Nous allons faire 70 Kms en 2h 30 et le problème c’est que nous montons, nous allons donc nous arrêter à GASTROVIRREYNA sur la place du village à 4.700 m. Nous sommes montés de 0 à 4.700 en 5 h. Pas très sérieux.

On peut à peine se promener dans le village, légèrement pentue. Quant à la nuit nous n’avons pas pu dormir et pourtant nous étions bien au calme.

Le lendemain plus de ravin, et l’on commence à voir des lagunes et des paysages encore une fois magnifiques

dscn3327 dscn3329 dscn3331

Je descends un peu vite prendre des photos et je reviens toute essoufflée avec un point à la poitrine qui ne me quittera que lorsque je prendrai quelques bouffées d’oxygène avec la bombe achetée à AREQUIPA en juillet.

dscn3335

A SANTA INES, nous ne savions pas si nous allions vers ACAYAMO ou HUANCAVELICO, comme il y a encore un col à 4750 m et que le parcours augmente de 250 Kms, nous décidons de prendre la 2ème solution.

La route est encore très étroite, mais il n’y a plus le vide à coté, et les paysages sont tellement beaux que nous ne le regrettons pas. Nous repasserons par 2 cols de 4.800 m et de magnifiques lagunes.

dscn3336 dscn3337 dscn3340 dscn3341

Notre première neige

dscn3342 dscn3345dscn3347 dscn3352 dscn3354 dscn3356

dscn3359

dscn3361 dscn3363

Les paysages changent

dscn3364

Les murs dans les champs servent à parquer les animaux (alpagas, lamas et moutons) et la maison d’habitation est toute petite.

dscn3366

 Heureusement la route est belle car nous croisons quelques camions assez gros

dscn3367 dscn3368 dscn3370 dscn3372 dscn3375

Dommage qu’il y ait des fils électriques, mais je prends les photos en roulant, Bernard ne veut pas s’arrêter toutes les 5 mns.

dscn3377

Un peu d’élevage de truites dans le lac

dscn3378 dscn3380  dscn3384 dscn3385

Nous sommes à 4.825 m

dscn3401          dscn3386

De temps en temps le paysage ou plutôt la route change :

dscn3382

dscn3389 dscn3390dscn3391 dscn3394 dscn3395 dscn3396 dscn3398

Et ça : nous en verrons en pleine nature alors que l’on ne peut dépasser le 30 à l’heure, et dans les villages il peut y en avoir 3 sur 1 km. Cela devient très fatiguant pour Bernard, et celui-là nous avons de la chance il est peint, la moitié du temps on ne les voit qu’à la dernière minute.

dscn3403

Heureusement la vierge nous protège

dscn3404dscn3405

Ici le virage est tellement en épingle à cheveux qu’aucune voiture ne peut tourner, ils ont été obligés de continuer la route sur 100 m pour qu’on puisse effectuer un demi-tour

dscn3406

Une petite chapelle à flanc de montagne

dscn3407 dscn3408

On arrive à midi à HUANCAVELICA nous avons un  peu descendu : 3680 m, nous allons directement sur le bivouac de FINA et ALAIN, en centre ville, sur une petite place où la police nous installe juste à côté d’eux.

p1060996

Et l’on est bien gardé.

dscn3436

La crèche de la police à gauche de l’entrée

p1060985

La ville est agréable, elle a gardé son aspect rustique des siècles passées, c’était une ville minière (argent et mercure), les gens sont d’une amabilité  comme nulle part ailleurs (et ce n’est pas peu dire étant donné la gentillesse rencontrée partout).

dscn3434 dscn3433 dscn3426 dscn3424 dscn3423

Nous allons arpenter le centre de la ville tout l’après midi avec ses petites rues (obligatoirement) piétonnes, elle a été construite en 1572.

La Place d’Armes avec la cathédrale

dscn3414

dscn3410 dscn3411 dscn3412

p1060991

dscn3413

d’autres églises dans la ville

Sur la même place il y en a même 2 et la messe est dite tous les jours à 17 h

dscn3422

dscn3416

dscn3419

dscn3417  dscn3420

Nous ne savons pas si quelqu’un s’y promène

dscn3421

p1060992 p1060993

p1060994

La montée aux thermes (que d’escaliers !)

dscn3428

Non, nous n’irons pas au restaurant aujourd’hui, pourtant la dame à l’intérieur était très sympathique.

dscn3429Et voilà ce qu’elle nous proposait un chicharon de porc (c’est du porc cuit dans du gras)

dscn3430

Nous quitterons la ville  à midi et prenons la direction de HUANCAYO

Un village perché dans la montagne

dscn3455

dscn3457dscn3459

dscn3448

Les paysans cultivent le moindre lopin de terre, même inaccessible, pour subvenir aux besoins de leurs familles. On se demande comment ils font pour travailler dans des endroits si abruptes. Se promener ici à travers ces terres reculées, mais peuplées, équivaut à remonter le temps. Les cabanes d’1 ou 2 pièces n’ont guère changées depuis la période Inca. Pas toujours de l’électricité, l’eau se puise directement dans les torrents.

dscn3449

p1070001  dscn3446 dscn3445 dscn3441 dscn3439 dscn3438

dscn3465

dscn3466

Le petit village à côté du pont colonial

dscn3468

dscn3471

dscn3470

Ici au carrefour à côté du pont, les dames courent dès qu’ils arrivent une voiture pour leur vendre du pain

dscn3476

Et là à l’angle, une maison et devant en jaune : les toilettes dont le contenu se jette directement dans la rivière

dscn3477

On continue la route et tout à coup : arrêt

dscn3480

Nous arrivons aux abords de la ville de HUANCAYO, les cultures changent et les maisons sont plus « belles »

dscn3481 dscn3482

Là pareil, elle est au beau milieu à vendre quelque chose                                          dscn3483

Nous y arrivons vers 17 h et allons nous garer pour la nuit dans la COCHERA d’une station service (c’est un grand parking privé et fermé) que FINA et ALAIN nous ont indiqué. Maintenant, comme nous allons faire (espérons le) le même parcours qu’eux mais en sens inverse, nous essaierons de profiter de leur bivouac au maximum.

Les propriétaires de ce parking sont particulièrement accueillants, 2 tous petits enfants (moins de 7 ans) nous ouvrent le portail, il y a 3 ou 4 camions, nous sommes en retrait de l’avenue, donc au calme et tout cela pour 6 Soles (2 E)

p1060999

Le lendemain, il pleut un peu. Comme la ville n’a pas de particularités, sauf le dimanche pour son marché et que nous sommes mercredi, nous irons juste au centre commercial et la visiterons en voiture, nous la quitterons après le déjeuner pour rejoindre TARMA.

A TARMA nous ne pouvons aller sur la place car il y a une fête et des stands sont installés partout, pas de place pour stationner, nous allons donc à la sortie de la ville dans l’HACIENDA FLORIDA qui fait hôtel et qui reçoit des campeurs. Il s’agit d’une immense ferme datant de l’époque coloniale, tenue par un Péruvien  marié à une allemande qui elle est ici depuis 38 ans, ils ont 3 grands enfants mais qui ne veulent pas travailler ici, la partie hôtel est donc à louer. Pourtant leur père est le descendant des 1er colons.

Nous partons le lendemain vers 14 h après avoir visité les lieux. Plus de 40 hectares de champs cultivés, actuellement beaucoup d’artichauts et d’ananas dans les champs.

  Un cimetière perché sur la colline à côté de l’Hacienda

p1070007

Un autre un peu plus loin :

Nous contournons CERRO DE PASCO, mais passons devant sa mine à ciel ouvert, il y a beaucoup de camions.

g-Cerro de Pasco, la ville et la mine

Le soir arrêt à LA QUINUA, village au bord de la route, et nous allons encore une fois près du commissariat pour dormir. D’abord le policier a qui j’ai demandé m’a dit non, et lorsque je lui ai bien précisé que c’était juste pour la nuit il est allé demandé à son chef, qui lui a accepté. .

p1070032

Départ vers 9 h, d’abord pour la grande ville de HUANUCO, (presque 500.000 habitants). Sur les conseils de FINA et ALAIN nous ne nous y arrêtons pas, rien qu’à passer sur le côté les motos-taxis et les camions qui vont et viennent dans tous les sens, nous rebutent.

Il est 11 h lorsque nous nous engageons sur la route qui doit nous emmener à HUARAZ , début de la CORDILLERE BLANCHE.

Sur ma carte, il est indiqué une route comme celle que nous venons de prendre (bonne). En fait, c’est une toute petite route étroite, absolument infecte, avec en moyenne 3 trous au m2, nous étions prévenus, mais il n’y a aucune autre possibilité. Nous ferons 60 kms en 4 heures.

J’ai de la chance, je peux contempler le paysage, mais pas Bernard: il doit faire attention aux trous, aux dos d’ânes (malgré l’état de route il y en a toujours autant) et à la circulation. Nous croisons des voitures qui roulent vite et il n’y a pas beaucoup de place pour se croiser.

Comme il est tôt, nous décidons de ne pas nous arrêter à CHAVINILLO, comme prévu, mais dans un village suivant. Malheureusement c’est impossible, ce ne sont que des villages sur le bord de la route, tout en longueur, nous continuons donc.

La route est à peine meilleure.

Nous arrivons à la UNION (nous sommes à 3.200  m, mais maintenant nous sommes bien acclimatés) vers 17 h 30, on a fait depuis 11 h ce matin 120 Kms. Ah, on peut dire qu’on roule prudemment et qu’on prend notre temps.

La ville est sale et il y a beaucoup de monde. Le commissariat étant très en pente, nous irons donc dans une cochera que nous avions vue en arrivant. Pour 3 soles (80 cts) nous pourrons même faire le plein de notre réservoir d’eau. Le propriétaire a dû, pour nous laisser une place, déplacer sa voiture mais comme elle n’avait plus de batterie, il a fallu qu’il fasse venir un copain pour démarrer. Est-ce que chez nous pour 0,80 E on se donnerait autant de mal ?

Nous partons le dimanche matin tranquillement, la route est meilleure, la vallée est jolie

 

Nous passons devant la mine de Huanzala. Mine de plomb-zinc d’une capacité de 1200 tonnes/jour (opérée par une Cie Japonaise). Elle  est célèbre pour les excellents spécimens de pyrite et de fluorite et détient sans doute le record du monde en ce qui concerne le tonnage total de spécimens minéraux produits par une seule mine.

Nous nous approchons de la Cordillère

A un moment sur la route nous voyons, un grand panneau, LIMA à gauche et HUARAZ à droite, alors que nos GPS et carte nous indiquent que nous devons continuer vers LIMA encore une trentaine de kilomètre.

Nous stoppons à l’entrée de la piste

où il est aussi indiqué que nous sommes juste à l’extrémité du parc Nal de HUASCARAN.

Après avoir étudier OSMAND (notre carte sur la tablette), il y a bien une piste qui  nous raccourcirait pour rejoindre notre destination. On s’y risque.

Mais malheureusement au bout de 500 m, voilà  :

On s’arrête et on palabre, aucune information de l’état que nous aurons pendant 50 kms.

On continue pendant 3-4 kms et après avoir examiné les pierres, qui ont l’air bien coupantes et pointues, nous rebroussons chemin. Pourtant le paysage était à couper le souffle.

 

Juste en revenant sur la route principale que nous venions de quitter, une voiture de la police s’arrête. Je demande pourquoi on indique HUARAZ à droite un peu plus bas, ils ne savent pas, puis je leur demande si on peut la prendre, ils ne savent pas non plus.

Nous aurions été 2 véhicules on le faisait, mais seuls nous n’avons pas osé, nous avions 50 kms à faire et nous passions devant le glacier PASTORURI (où nous irons le lendemain mais avec un tour).

On commence à voir la neige sur les sommets, nous avons toujours beau temps.

Arrivés à la laguna CONOCOCHE,

Nous nous arrêtons pour déjeuner dans un restaurant andin. Au menu : soupe avec un morceau de mouton et du blé et pour Bernard truite

  Restaurant qui fait également petite épicerie.

Un arrêt également à RECUAY avec ses petites rues étroites, ses toits de tuiles et son cachet traditionnel.

 Les paysages sont toujours grandioses

Puis HUARAZ, notre bivouac dans un champ derrière l’hôtel REAL HUASCARAN. Pour 35 soles, nous n’avons rien : pas d’eau, pas d’électricité et la WIFI marche très mal, mais pas le courage de chercher plus loin, il crachine et Fina et Alain ont couché dans un garage où nous irons le lendemain pour faire faire des révisions au camper.

Nous sommes maintenant dans la CORDILLERE BLANCHE, qui fera l’objet du prochain article.

En attendant comme nous sommes le 23 décembre, nous souhaitons à tout le monde de très bonnes fêtes de Noël et de fin d’année. On pensera bien à vous tous et merci de penser à nous qui serons isolés dans la Cordillère des Andes, et certainement seuls devant une petite boite de fois gras (tout de même) et une bonne bouteille de vin argentin (n’est-ce pas Evelyne)

Ce contenu a été publié dans Pérou. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à DE ICA à HUARAZ – LA CORDILLERE CENTRALE

  1. Ouinas claudine dit :

    Bon Noël à vous deux

  2. LEVIGNEUR dit :

    Bonjour Geneviève et Bernard

    Merci pour ce beau voyage virtuel, on en conclut que l’on est pas si mal en France.
    Certaines routes sont plutôt angoissantes, heureusement vous êtes des professionnels.
    Tous les deux on vous souhaite un joyeux Noël , ici ça se prépare.
    Bises
    Jacqueline et Yannick

    • Genevieve dit :

      Vous avez raison, nous sommes des privilégiés, il y a de tout chez nous.
      Quand aux routes ce n’est pas fini, vous verrez les prochaines, encore pire.
      On espère que vous avez passé de bonnes fêtes en famille.bisous

  3. Daboussy Serge dit :

    C’est vraiment un périple très aride, vous allez bientôt être prêt à faire l’Himalaya.
    Je découvre que l’altitude à vraiment changé Bernard ,voilà qu’il mange des truites ?
    Quoi qu’il en soit je vous souhaite un bon noël Montagnard?
    Bises
    Serge

    • Genevieve dit :

      Il faut dire qu’il n’y a pas grand chose à manger dans les restos. Il préfère une truite à ma soupe. Pas de boucher non plus sauf sur les marchés et rien qu’à l’odeur on n’a pas envie d’acheter.
      Bisous à toi.

  4. Lejeune francoise dit :

    Bonjour tous les deux
    Aujourd’hui, 24 décembre, 19 heures 40, nous vous souhaitons un bon Noël , un bon réveillon , prenez soin de vous,
    Gros bisous et à bientôt

  5. ollivier edith dit :

    coucou tous les deux

    que les paysages sont beaux c’est magnifiques c’est magique de passer les fêtes dans des endroits pareils j’ai passé les fêtes avec toute ma famille enfin réunie, et la semaine passée j’avais mes 3 loulous, = grosse fatigue mais que de bonheur heureusement les ports d’arrivent à grands pas ouf gros gros bisous à vous edith

  6. MARIN dit :

    NOEL en famille, c’est bien mais NOEL dans des paysages comme ceux que vous traversez, c’est pas mal non plus !!! Gros bisous à vous deux
    EVELYNE et DANIEL

  7. Serge simon dit :

    Simplement vous souhaiter nos meilleurs voeux pour 2017.
    S.M.A

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *